Omar Khadr

Omar Khadr
Photo Credit: CBC

Protestations et réclamations concernant le versement de plus de 10 millions du Canada à l’ex-enfant-soldat Omar Khadr

Le scénario non-confirmé du versement de millions de dollars à un homme qui serait à l’origine du décès d’un militaire américain en Afghanistan est contesté dans les milieux politiques canadiens.

Tabitha Speer est la veuve du soldat américain Christopher Speer tué par Omar Khadr en Afghanistan. (Archives 2010) Photo : Associated Press/Colin Perkel
Tabitha Speer est la veuve du soldat américain Christopher Speer tué par Omar Khadr en Afghanistan. (Archives 2010) Photo : Associated Press/Colin Perkel

Ce geste est aussi sévèrement dénoncé par la veuve du soldat Christopher Speer, apparemment tué en 2002 par Omar Khadr.

La veuve du soldat tué en Afghanistan veut obtenir l’argent d’Ottawa.

L’avocat de la veuve du soldat américain tué en Afghanistan a indiqué mardi avoir fait une demande pour que toute somme versée par le gouvernement canadien à l’ancien détenu de Guantanamo Bay, Omar Khadr, lui soit remise à elle, ainsi qu’à un autre soldat blessé.

Omar Khadr (à droite) en compagnie de son avocat Dennis Edney.
Omar Khadr (à droite) en compagnie de son avocat Dennis Edney. © Jason franson/Canadian Press

Les conservateurs sont en colère

La critique la plus virulente a été livrée hier par le chef du parti conservateur provincial de l’Alberta, Jason Kenney, qui était l’ancien ministre de la Défense sous le précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper. « Ce terroriste confessé devrait être en prison pour payer ses crimes, ne pas en tirer profit au détriment des contribuables canadiens », a-t-il dit.

La Fédération canadienne des contribuables (FCC) s’oppose elle aussi à ce qu’Ottawa remette à M. Khadr ces 10,5 millions de dollars. « Si le gouvernement Trudeau souhaite s’excuser pour des erreurs commises dans le passé, c’est une chose. Mais donner 10,5 millions de dollars, de l’argent des payeurs de taxes, c’est extrêmement offensant », estime Aaron Wudrick, directeur fédéral de la FCC.

La FCC a lancé une pétition en ligne exigeant d’Ottawa qu’il n’aille pas de l’avant avec cette mesure.

Mais plusieurs organisations vouées à la défense des droits des détenus ou des libertés civiles au Canada applaudissent en bloc le principe d’une compensation financière du gouvernement canadien.

Écoutez
La victime, Christopher Speer - US army

La victime, Christopher Speer – US army

Aide-mémoire…
Khadr, né au Canada, avait 15 ans lorsqu’il a été capturé par des soldats américains après un attentat à la bombe perpétré par un groupe soupçonné d’appartenir à Al-Qaïda en Afghanistan. Cet attentat a entraîné la mort d’un médecin des forces spéciales, le sergent Christopher Speer, et a blessé le sergent Layne Morris, qui a perdu un oeil dans la tragédie.
Khadr, soupçonné d’avoir lancé la grenade qui a tué Speer, a été emmené à Guantanamo. Il y a été torturé, battu et finalement accusé de crimes de guerre par une commission militaire.
En 2010, M. Khadr a accepté de plaider coupable à cinq accusations, afin de pouvoir quitter Guantanamo et revenir au Canada.
Le gouvernement canadien n’est jamais intervenu pour faire valoir ses droits en vertu des conventions internationales sur les enfants soldats, une erreur selon un jugement récent de la Cour suprême du Canada.

Khadr a passé au total 2920 jours à la prison américaine de Guantanamo. Le voici dans une salle d'interrogatoire de Guantanamo Bay dans cette image tirée d'une vidéo de surveillance de 2003. (Document / Presse canadienne) La veuve du militaire américain tué dénonce l'affaire

Khadr a passé 2920 jours à la prison américaine de Guantanamo. Le voici dans une salle d’interrogatoire de Guantanamo Bay dans cette image tirée d’une vidéo de surveillance de 2003. (Document / Presse canadienne)

Protestations américaines

 Layne Morris - La Presse canadienne
Layne Morris – La Presse canadienne

Un avocat travaillant pour l’ancien sergent Layne Morris et pour la veuve de Christopher Speer a déclaré qu’il se battra pour s’assurer que toute compensation accordée à Omar Khadr par le gouvernement canadien ira en lieux et place à Morris et à la famille de Speer.

« Nous allons procéder à cette demande et essayer de faire en sorte que s’il obtient de l’argent, il ira à la veuve de Speer et à Layne Morris pour la perte d’un oeil » , a déclaré Winder à l’Associated Press.

La veuve de Christopher Speer et Layne Morris ont tous deux intenté un procès contre Khadr en 2014 et un juge américain leur a accordé en 2015 des dommages-intérêts de 134 millions de dollars. Ils attendent toujours cette compensation.

Omar Khadr en 2003
Omar Khadr en 2003 (Archives)

RCI avec les informations de CBC, de l’Associated Press et de Radio-Canada et la contribution de Philippe-Vincent Foisy, Patrick Masbourian, Guillaume Dumas, Sébastien Bovet de Radio-Canada

En complément

Ottawa versera 10 millions de dollars à l’ex-enfant-soldat Omar Khadr – Radio-Canada 

Omar Khadr : « Je suis une bonne personne » – Radio-Canada 

La longue bataille de l’avocat d’Omar Khadr – Radio-Canada 

Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

6 comments on “Protestations et réclamations concernant le versement de plus de 10 millions du Canada à l’ex-enfant-soldat Omar Khadr
  1. Isabelle dit :

    Je suis très heureuse de ce dénouement. Entendons-nous, le montant versé est bien pour indemniser les années passées à Guantanamo de cet enfant soldat et la torture vécue et non en raison de l’acte commis sous l’influence et l’endoctrinement de son père. C’était un enfant soldat! Tels que tous les autres enfants soldats qui sont protégés par des traîtés internationnaux, qui eux, ne sont pas poursuivis et torturés.
    Bravo! Au gouvernement d’avoir afin reconnu les erreurs commises, toutefois, il est toujours dommage de savoir que les personnes responsables ne seront jamais trainées en justice pour avoir laissé croupir des personnes dans un lieu aussi inhumain que Guantanamo.

  2. Nicolas dit :

    En ce qui concerne le montant versé, je ne vois pas un cadeau à Kadhr, les excuses auraient suffit. Je vois ça plus comme un avertissement futur à quiconque en place au commande de notre pays que bafouer la Charte des droits et liberté a un coût. Je suis content de savoir que l’on vit dans un pays où le gouvernement est en mesure de reconnaitre ses fautes.
    Les représentant du SCRS ont ignorés la situation d’un ressortissant Canadien, emprisonné sans procès, alors qu’il était mineur et soumis à une série de sévices et tortures à Guantanamo.
    Dire que notre gouvernement était justifié de fermer les yeux pour des raisons de sécurité nationale, c’est rejeté le système de justice et de droits en place de notre pays. C’est perdre la légitimité de nos actes en étant près à faire autant sinon pire que les terroristes que l’on veut combattre.
    C’est baisser la tête devant le grand frère américain en espérant ne pas le contrarier.
    Ça n’excuse en rien le geste posé par Kadhr, mais il a justement purgé sa peine, dont les années d’incarcération à Guantanamo n’ont même pas été reconnus.

  3. Lisette dit :

    Aucun argent ne devrait être donnė à cet homme. Quand on tue on devrait étre punit.
    C’est rire des canadiens que de donner cet argent pour quelqu’un qui se fou de nous clest évident.

  4. Jacinthe gilbert dit :

    c’est inadmissible ce versement d’argent,il y a tant de gens au Canada qui n’ont pas leurs besoins primaires et le système santé qui est terrible,Justin tu vas manquer de votes pour être encore premier ministre,c’est honteux je comprend la situation de Omar mais lorsque nos propres canadiens sont emprisonnés dans d’autres pays le gouvernement ne fait rien pour elles,mais avec Omar le gouvernement encourage et paie les terroristes ,merci Justin de ce que tu es en train de faire aux canadiens c’est comme nous giflerai en plein visage,
    Jacinthe

  5. Les Conservateurs pourraient étudier les faits avant de juger. Voici mon résumé.

    Avant-propos : critiquer le montant de la compensation est tout à fait démocratique et normal.

    Il faut insister que le problème n’est pas simplement qu’il était mineur à l’époque: c’est surtout qu’il n’a strictement commis AUCUN crime de guerre. L’endroit de combat où était fut bombardé à de nombreuses reprises; retrouvé dans un état où on le pensait mort, sa réaction *peut-être* offensive n’a rien d’un crime de guerre. Cet enfant a été blessé gravement d’un tir au dos et un adulte ennemi avait survécu et réagit. Des soldats tuent des civils à tous les jours dans ce monde sans être accusés de crimes de guerre. Là, bizarrement, un jeune qui est surtout « coupable » d’avoir miraculeusement survécu là où tous les autres sont morts, est condamné pour avoir peut-être tué un infirmier militaire dans le chaos.

    Au pire des cas, *s’il* a vraiment lancé une grenade, ce n’était pas du tout dans l’intention de tuer un infirmier ni dans dans une situation de non combat —il faut violer les Conventions de Genève de manière intentionnelle ou prévisible pour que ce soit un crime; les circonstances étaient plus qu’atténuantes.

    Un tribunal militaire, patriotique douteux, en sol non-étasunien, l’a jugé.

    Omar Khadr a plaidé coupable à cinq chefs d’accusation pour réussir à s’en sortir, sans quoi c’était la prison à vie: crimes de guerre ; meurtre du soldat américain ; complot ; soutien matériel au terrorisme et espionnage.

    Comment un jeune de 15 ans, trimbalé par son père en zone de combat, qui a été capturé à moitié mort, peut-être coupable de complot et d’espionnage?

    Ironiquement, c’est plutôt tout ce qui concerne la prison de Guantanamo Bay qui est contraire à l’esprit des Conventions de Genève.

  6. Pierre Tremlbay dit :

    Je trouve cela ridicule que l’on donne de l’argent à Omar Knadr. Nous n’avons pas à payer car nous ne sommes pas responsable des civisme qu’il a subit. Il a juste à poursuivre le gouvernement américain. Tant qu’a cela pourquoi pas le rembourser pour son billet d’avion quand il s’est rendu en Alganistan. Il a plaidé coupable à des accusation criminel et on le paye.