Omar Khadr

Omar Khadr
Photo Credit: CBC

10 M$ à Omar Khadr : la décision heurte les Canadiens alors que le Barreau du Québec en appelle à un devoir de mémoire

Un sondage qui vient d’être publié indique que la majorité des Canadiens serait défavorable à l’idée de verser 10 millions de dollars en guise de compensation à l’ex-enfant-soldat Omar Khadr. Le Barreau du Québec, qui a pris acte de la déclaration d’excuses du gouvernement fédéral, salue ce geste, bien qu’il arrive tardivement.

Le règlement à l’amiable critiqué

Le gouvernement fédéral a indiqué la semaine dernière avoir conclu une entente avec M. Khadr. Ce qui est connu jusqu’à présent, c’est le fait que des excuses officielles lui ont été présentées.

En ce qui concerne le possible versement de la somme de 10 millions à titre de dédommagement, rien n’est encore confirmé du côté d’Ottawa. Mais dans l’opinion, l’idée que l’argent public ait pu ainsi être versé à un homme qui est perçu négativement par la majorité des Canadiens apparaît comme une pilule amère à avaler.

En effet, selon le sondage qui a été mené par l’institut Angus Reid, 64 % des Canadiens pensent qu’Omar Khadr demeure un homme dangereux, « une potentielle menace radicale ». Tandis que seulement 32 % se sont prononcés en faveur d’une compensation financière.

Ils sont 71 % à penser que le gouvernement est allé trop vite en affaire en prenant la responsabilité de présenter des excuses, alors qu’il aurait pu laisser la cour décider de la conduite à tenir en pareille circonstance.

Parallèlement, 74 % estiment qu’il y a eu des maladresses au moment de son arrestation parce qu’il aurait pu être traité comme un enfant-soldat, par conséquent admis à suivre des programmes de réhabilitation, plutôt que de se retrouver au fond d’une cellule.

Le paradoxe découle du fait que 34 % seulement des Canadiens pensent qu’il a eu un traitement injuste, alors que 42 % affirment qu’ils n’en sont pas certains.

Sondage effectué du 7 au 10 juillet 2017, auprès de 1512 Canadiens, avec une marge d’erreur de 2,5 %, 19 fois sur 20.

Omar Khadr en 2003
Omar Khadr en 2003 (Archives)

Barreau du Québec : « le Canada avait violé certains droits fondamentaux d’Omar Khadr »

Le bâtonnier du Québec, Paul-Matthieu Grondin © Barreau du Québec

Dans un entretien avec Alice Chantal Tchandem, le bâtonnier du Québec, Paul Mathieu Grondin, a déclaré que le Barreau a pris acte de la déclaration d’excuses du gouvernement fédéral. Il a par ailleurs salué ce geste, bien qu’il arrive tard.

Le bâtonnier a souligné l’implication du barreau dans la dénonciation du traitement qui avait été infligé au jeune Khadr, à la prison de Guantanamo, par les autorités américaines.

M. Grondin a indiqué que cette détention était une violation des règles fondamentales du droit et de la charte canadienne des droits et libertés.

Il a également rappelé le rôle du Barreau comme intervenant devant la Cour suprême du Canada qui avait rendu un jugement en 2010 reconnaissant que le pays avait violé certains droits fondamentaux de l’enfant-soldat, notamment le droit à la liberté et à la sécurité.

Écoutez

RCI avec Radio-Canada et le Barreau du Québec

.

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “10 M$ à Omar Khadr : la décision heurte les Canadiens alors que le Barreau du Québec en appelle à un devoir de mémoire
  1. Pierre Tremlbay dit :

    Bonjour, je m’excuse mais les droit de Monsieur ont été brimé dans un autre pays et par un autre pays. Il a plaidé coupable à des accusations criminelles non. Foutaise non.

  2. Serge St-Pierre dit :

    Les excuses et l’indemnité versées à Omar Khadr pour préjudices sont à mon avis nécessaires afin de corriger la monumentale erreur du gouvernement Harper d’avoir laisser maltraité cet enfant-soldat lors des événements le concernant. Ses droits ont été délibérément ignorés par un gouvernement obtus. Omar Khadr aurait dû être rapatrié au Canada et être jugé par un tribunal impartial selon nos règles de droit. Il est honteux que le Canada ait été le seul pays à ne pas avoir rapatrié son ressortissant d’autant plus qu’Omar Khadr était un enfant à l’époque.

  3. Rene Albert dit :

    Aucune lecon a prendre du Barreau du Quebec, dont plusieurs de ses membres contribuent activement au prolongement des procedures judiciaires pour fins de gains personnels et font partie du probleme!