De gauche à droite : Clarisse Fournier,, Wiston Chan et Chan Rayrolles
Photo Credit: Wiston Chan

Chan Rayrolles et Clarisse Fournier : deux femmes d’affaires autour de leur mentor dans l’incubateur de HEC Montréal

Alors que Justin Trudeau a pris l’engagement ferme au sommet du G20, en Allemagne, de soutenir l’entrepreneuriat au féminin, nous nous sommes tournées vers de futures femmes d’affaires actuellement en formation à HEC Montréal, dans le but de renforcer leurs capacités managériales. Chan Rayrolles et Clarisse Founier nous parlent de leurs projets et de leurs attentes en tant que femmes d’affaires susceptibles de bénéficier du coup de pouce du premier ministre du Canada. 

Portrait croisé

Les deux futures femmes d’affaires se retrouvent à entrePrism, l’incubateur de HEC Montréal, pourtant elles sont des épouses et des mères, qui ont déjà mis sur pied leurs entreprises.

Elles y sont à la quête des instruments techniques qui vont les accompagner tout au long de leur parcours, en tant qu’opératrices économiques indépendantes.

Tout un défi pour celles qui doivent gérer au quotidien une importante charge familiale, avec trois enfants en très bas âges pour Chan Rayrolles qui a 34 ans, et une vie de couple pour Clarisse Fournier, âgée de 28 ans.

Toutes deux sont des Françaises. Chan est née à Bangkok et est diplômée de l’ISEG, une école de commerce de Paris. Elle a cofondé l’entreprise Maison Maya avec son mari Christophe, après des expériences enrichissantes, tantôt comme employée, tantôt comme chef d’entreprise dans plusieurs villes des États-Unis, avant de déposer ses valises à Montréal.

La jeune femme, fascinée par la « richesse naturelle du Québec», espère des affaires florissantes dans son nouveau pays qu’elle entend conquérir, avec ses coussins soigneusement confectionnés de matériaux parmi les plus recherchés.

L’annonce du premier ministre Trudeau, à Hambourg, représente pour elle la bouffée d’oxygène qui va la propulser, comme beaucoup d’autres femmes, vers les sommets de l’excellence en affaires.

Femmes et affaires
Femmes et affaires © iStockphoto

Quant à Clarisse Founier, elle s’inscrit dans une démarche familiale, son père et son frère l’ayant inspirée en tant que chefs d’entreprise.

Mme Founier a tenté une expérience comme salariée dans une entreprise, ce qui l’a totalement dépaysée. Elle s’est ainsi prise en main. Cette titulaire d’un MBA de l’Université Laval lance alors OMQ, une entreprise spécialisée dans le domaine alimentaire, qui propose, comme à un distributeur, des aliments prêts pour la consommation.

Soutenues toutes les deux par leur époux, Clarisse et Rayrolles, sans complexe, sont déterminées à réussir dans un contexte où le terrain de l’entrepreneuriat demeure largement occupé par les hommes.

L’incubateur HEC

À HEC Montréal, elles déclarent bénéficier de tout l’accompagnement technique nécessaire à la réussite de leurs affaires. Elles nourrissent de nouveaux rêves avec la volonté politique affichée par le gouvernement fédéral d’accompagner les femmes dans leurs démarches entrepreneuriales.

Ce que confirme Wiston Chan, mentor et enseignant à HEC. L’institution a récemment mis sur pied entrePrism, un incubateur qui est chargé du renforcement des capacités managériales de femmes chefs d’entreprise.

M. Chan présente la structure comme un modèle novateur d’entrepreneuriat, un outil d’intégration socio-économique, qui accompagne les entrepreneurs en privilégiant les personnes issues des communautés culturelles, dans le démarrage de nouvelles entreprises, ou dans la croissance de celles qui existent déjà.

Tous les trois sont au micro d’Alice Chantal Tchandem

Écoutez
Une femme d’affaires
Une femme d’affaires © Istock

À noter : 

entrePrism offre aux entrepreneurs un programme d’appui et d’immersion au sein de l’écosystème d’affaires québécois dans une série d’activités :

  • mentorat avec des partenaires de l’industrie;
  • formations diplômantes (microprogramme en entrepreneuriat ou certificat en création d’entreprise);
  • financement sous forme de capital de risque par le biais de fonds d’investissement et de subventions;
  • accompagnement par nos étudiants du B.A.A. et de la M. Sc., dans le cadre de stages ou de projets supervisés crédités par l’École;
  • développement de nouveaux outils destinés aux entrepreneurs par nos professeurs et nos professionnels de recherche.
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*