L’épave du MV Miner a été abandonnée au large du Cap-Breton en Nouvelle-Écosse pendant quatre ans.
Photo Credit: Ministère de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse

Navires abandonnés sur les côtes canadiennes : le Canada doit en faire plus selon une députée fédérale

Share

La députée fédérale néo-démocrate Sheila Malcolmson (Nanaimo- Laydismith, Colombie-Britannique) demande au gouvernement canadien d’accélérer le processus depuis la promesse faite en mai dernier par le ministre des Transports Marc Garneau de s’attaquer à ce problème.

Selon Mme Malcolmson, il existe un vide juridique en la matière en ce sens que les navires abandonnés et les frais encourus pour en disposer sont laissés à la charge des villes et des gouvernements provinciaux.

Le cas du MV Miner


MV Canadian Miner,de son ancien nom, échoué en Nouvelle-Écosse (Ministère de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse)

Le MV Miner, était un vraquier canadien des Grands Lacs qui s’est échoué en Nouvelle-Écosse en 2011.

Déclassé cette année-là, le navire avait été vendu à un chantier de ferraille en Turquie pour y être dépecé. C’est lors de ce voyage qu’il s’est échoué.

De passage en Nouvelle-Écosse, Mme Malcolmson a présenté le projet de loi privé qu’elle défendra à la Chambre des communes dans lequel elle précise comment elle s’attaquera au problème du vide juridique par de nouvelles procédures d’enregistrement. Elle y propose aussi de créer un programme novateur d’enregistrement de fin de vie utile d’un navire tout en créant des conditions gagnantes pour les ferrailleurs locaux ou encore les recycleurs de navires.

Responsabilisation de la Garde côtière

L’épave du navire Farley Mowat amarrée au quai de Shelburne en Nouvelle-Écosse. Photo : Radio-Canada/CBC

La députée Sheila Malcolmson entend aussi voir la Garde côtière canadienne prendre les commandes des opérations de retrait d’épaves et de navires abandonnés.

En mai dernier, lors d’un passage à Halifax, capitale de la Nouvelle-Écosse, le ministre Garneau promettait de s’attaquer au problème des bateaux abandonnés le long des côtes canadiennes et dans les eaux limitrophes en annonçant un investissement de 6,85 millions de dollars dans ce dossier.

Des centaines de bateaux abandonnés

Il y aurait 600 bateaux abandonnés le long des côtes canadiennes.

Des bateaux de toutes tailles, du bateau de plaisance au navire marchand.

Cela dit, même si la plupart des vieux bateaux terminent leur parcours en pièces détachées, certains sont parfois laissés dans les marinas ou dans les ports du pays, ou même en mer.

Le ministre Garneau a affirmé que le gouvernement fédéral collaborera avec les provinces et que des fonds seront offerts pour faciliter l’enlèvement des épaves.

Le futur Plan de protection des océans de 1,5 milliard de dollars ne soulagera toutefois pas les propriétaires de leurs responsabilités juridiques. Ils seront responsables de leur bateau à partir de leur achat jusqu’à leur démantèlement dans un parc de ferraille.

Épave du Corfu Island à l’Étang du Nord aux Îles-de-la-Madeleine Photo : Marjolaine DeSinety

RCI, PC, Gouvernement du Canada

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Économie, Environnement, International, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*