Utilisation de blindés canadiens contre les civils saoudiens : le verdict d’Ottawa après une enquête!
Un véhicule blindé léger canadien, construit par General Dynamics, en Afghanistan.

Un véhicule blindé léger canadien, construit par General Dynamics, en Afghanistan.
Photo Credit: ICI Radio-Canada

Utilisation de blindés canadiens contre les civils saoudiens : le verdict d’Ottawa après une enquête!

Share

Le gouvernement fédéral s’est déclaré sensible à l’usage qu’a pu faire l’Arabie saoudite des blindés qu’il lui a vendus. Ottawa admet la nécessité d’ouvrir une enquête pour avoir les preuves factuelles des allégations d’utilisation de ces blindés contre la population saoudienne par l’armée.

Des violences contre la minorité chiite?

Des informations peu rassurantes sur l’utilisation des engins vendus par le Canada à l’Arabie saoudite ont suscité la réaction des responsables fédéraux.

Ces informations font état d’une possible utilisation de ces engins, avec l’approbation des autorités de Riyad, sur la population saoudienne, notamment sur la minorité chiite.

Cette minorité, localisée principalement dans la province orientale du pays, ne représente que 10 % de la population saoudienne.

Elle s’est maintes fois soulevée contre les  politiques du pays qui ne tiennent pas compte des intérêts de ses membres, et qui les marginalisent.

Ses manifestations ont été à plusieurs reprises violemment réprimées par la police. Ce qui a conduit à des arrestations et à d’autres assassinats des principales figures de proue de la contestation.

Le cheik Al- Nimr est de ces leaders et son assassinat, l’année dernière, avait provoqué une vague d’indignation dans le monde et suscité de vives tensions avec l’Iran.

L’Occident est souvent accusé de complaisance envers les responsables saoudiens, qui n’hésitent pas à utiliser les armes acquises auprès de certains pays du Nord pour faire taire les revendications des chiites.

Une femme prosteste contre l’exécution de l’imam shiite Nimr al-Nimr
Une femme prosteste contre l’exécution de l’imam shiite Nimr al-Nimr par les autorités de l’Arabie saoudite, à prévalence Sunite. © GI/MOHAMMED AL-SHAIKH

Le Canada plusieurs fois accusé de complicité

Après le tollé soulevé par le marché conclu sous le précédent gouvernement conservateur, en vue de la livraison d’engins à l’Arabie saoudite, par l’entreprise canadienne Genaral Dynamics, le pouvoir d’Ottawa n’a pas déchanté.

En chiffres :
  • 14 milliards de dollars canadiens : valeur du contrat de 2014 pour la vente de blindés à l'Arabie saoudite
  • 2900 : nombre de permis d'exportation octroyés pour la vente de véhicules blindés légers et d'équipement associé à l'Arabie saoudite depuis 1993

Alors que la situation des droits de l’homme dans ce pays est présentée comme l’une des plus désastreuses dans le monde, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a permis, une fois de plus, la livraison de blindés canadiens, par l’entreprise torontoise Terradyne Armored Vehicles de Newmarket.

Le quotidien The Globe and Mail  a rapporté que les forces armées de ce pays n’hésitent pas à utiliser ces engins à des fins de répression contre la population civile.

Les situations d’atteinte aux droits de la personne en Arabie saoudite incluent :

les exécutions; 

la suppression de l’opposition politique; 

les arrestations arbitraires; 

des limites de la liberté d’expression;

des discriminations envers les femmes. 

Des femmes dans un village près de la capitale de l’Arabie saoudite, Riyad.
Des femmes dans un village près de la capitale de l’Arabie saoudite, Riyad. © Getty Images/AFP/Fayez Nureldine

Nécessité d’une enquête préalable

Chrystia Freeland, Ministre des Affaires étrangères du Canada © AP / Andrew Harnik

Les responsables politiques à Ottawa ont déclaré qu’ils vont analyser la situation de près dans le but de s’assurer que les faits rapportés sont conformes à la réalité, avant de décider des mesures à prendre contre le pouvoir saoudien.

C’est ainsi que la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, a annoncé qu’une enquête devrait être ouverte afin d’agir sur la base d’informations palpables.

«  Nous sommes profondément préoccupés […] Nous devons évidemment enquêter minutieusement et nous assurer que nous agissons en nous basant sur de l’information crédible à laquelle nous pouvons nous fier » – Chrystia Freeland. ministre des Affaires étrangères du Canada 

RCI avec des informations de La Presse canadienne et de Radio-Canada

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*