Des enfants reprennent le chemin des classes

Des enfants reprennent le chemin des classes
Photo Credit: Andreas Rentz | Getty images

Retour en classe : les Québécois estiment insuffisante l’aide aux élèves en difficulté

Share

Selon un sondage commandé par un syndicat représentant des milliers d’enseignants, seulement 34 % des citoyens estiment que le réseau scolaire public dispose des moyens suffisants pour s’occuper avec équité des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage.

L’orthopédagogue Rita Bourgeois aide des élèves de l’École Précieux-Sang
L’orthopédagogue Rita Bourgeois aide des élèves de l’École Précieux-Sang au Québec © Radio-Canada/Geneviève Murchison

Ce sondage Crop réalisé pour la Centrale des syndicats du Québec, qui représente la majorité des enseignants du primaire et du secondaire, révèle à l’inverse que 83 % des Québécois estiment que le gouvernement doit investir davantage, tant dans le réseau scolaire que dans les services de garde pour que ces élèves aient accès aux services dont ils ont besoin.

De tels pourcentages montrent que « le public a été largement sensibilisé » à cette cause du manque d’accompagnement, de services d’aide pour les élèves en difficulté, estime Louise Chabot, présidente de la CSQ.

« Ce n’est pas d’hier qu’on fait valoir, par l’ensemble du personnel, ce besoin criant là de répondre aux besoins des élèves, d’agir en amont. Je pense que la population a été à même de constater les bris de services », dit Mme Chabot.

Méthodologie
Le sondage auprès de 1000 personnes a été réalisé du 10 au 14 août et 1000.
Le volet du sondage auprès du personnel syndiqué à la CSQ a été réalisé du 22 juin au 15 juillet auprès de 2084 personnes (1343 enseignants, 333 professionnels et 408 employés de soutien).
Comme il s’agit d’un sondage web, la marge d’erreur ne peut pas être calculée, parce que les personnes n’ont pas été sélectionnées de façon aléatoire.

Le personnel enseignant témoigne lui aussi des lacunes

Affiche de la Semaine des enseignants 2017
Affiche de la Semaine des enseignants 2017 au Québec

Au sein du personnel de l’enseignement, le diagnostic est encore plus éloquent : 88 % disent être témoins au quotidien d’une insuffisance de services aux élèves en difficulté.

De même, 86,5 % constatent que des élèves, dans leur école, sont en attente de services professionnels auxquels ils ont droit. « Il faut être capable de compter sur une équipe-école qui accompagne ces enfants-là, et pas juste durant les heures de classe », a plaidé Mme Chabot.

Lors de la présentation de son dernier budget, en mars, le Québec avait annoncé un ajout de 637 millions de dollars pour le préscolaire, le primaire et le secondaire.

Également, il avait annoncé que dès le mois de septembre, il ajouterait 1500 personnes vouées à l’aide directe aux élèves. Mme Chabot espère voir se concrétiser ces promesses dès la présente rentrée scolaire.

Découvrez :
De plus en plus populaire, Allô Prof devient-il maintenant essentiel?
Une nouvelle industrie privée de l’aide aux devoirs prend forme depuis cinq ans au Canada et Allô Prof en est le porte-étendard québécois. La présence de cette industrie entraîne beaucoup de parents à se questionner sur les avantages pédagogiques réels de l’imposition de devoirs à leurs enfants. Des enseignants eux-mêmes se questionnent sur les différentes approches proposées par les écoles et les commissions scolaires par rapport aux devoirs.

Des étudiants de cégep. Les devoirs prennent du temps, beaucoup de temps Les élèves au Canada consacreront cette nouvelle année scolaire en moyenne entre trente minutes et une heure à leurs devoirs et leçons. Photo : Radio-Canada /

Des étudiants de cégep. Les devoirs prennent du temps, beaucoup de temps, Les élèves au Canada consacreront en moyenne de 30 à 60 minutes à leurs devoirs et leçons. Photo : Radio-Canada /

En complément

Les pilules du « dopage » scolaire? – RCI

Corrélation directe entre embonpoint et intimidation en cours de récréation – RCI

Les examens arrivent : Alloprof lance un nouveau service, le « cyberprof » – RCI

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*