83 % des Canadiens nettoient leur cuisine régulièrement (plus d’une fois par semaine) et une famille moyenne canadienne consommerait annuellement entre 20 et 40 litres de produits nettoyants. (Elnur/Shutterstock)

83 % des Canadiens nettoient leur cuisine régulièrement (plus d’une fois par semaine) et une famille moyenne canadienne consommerait annuellement entre 20 et 40 litres de produits nettoyants. (Elnur/Shutterstock)

Les Canadiens sont-ils vraiment plus propres que d’autres?

Cette semaine à La bonne question, nous répondons à une interrogation d’un auditeur de Radio-Canada internationale en France.

Monsieur Paul Jamet veut savoir si les Canadiens sont des citoyens vraiment propres et qui font tout le nécessaire pour éviter la propagation des maladies en se lavant par exemple les mains régulièrement ou en utilisant les bons produits ménagers pour nettoyer certaines surfaces, des éviers de cuisine aux souris d’ordinateur.

Nous dépensons beaucoup pour sentir propres et bons

Les Canadiens sont des poids lourds de la consommation de papier de toilette.
Les Canadiens sont des poids lourds de la consommation de papier de toilette. © IS/iStockphoto

Selon des données de Statistique Canada, les ménages canadiens dépensaient en moyenne 1200 $ par an en produits de soins personnels et hygiène personnelle.

Les Québécois à ce chapitre sont quelque peu à la traîne dépensant 1075 $ annuellement soit 300 $ moins que les Albertains qui sont les champions canadiens dans cette catégorie de dépenses,
À côté des crèmes, savons et autres onguents, le papier est aujourd’hui outils importants dans notre trousse hygiénique.

Chaque Canadien utilise en moyenne 22 kg par an de papier-tissu alors que la moyenne mondiale est de moins de 4 kg par an. C’est 120 rouleaux de papier hygiénique par an et par personne. Les 330 millions de Nord-Américains consomment à eux seuls plus du quart de la production mondiale de papier-tissu.

Nous sommes nos propres rois et reines du nettoyage ménager

© Istock

Les Canadiens préfèrent de loin faire leur propre ménage plutôt que de se fier à un autre membre de la famille ou une personne extérieure.

Selon une récente enquête, 64 % d’entre-nous préférons nettoyer notre demeure nous-mêmes; 71 % des femmes aiment travailler seules, et seulement 56 % des hommes éprouvent le même sentiment.

Les Canadiens disent allouer en moyenne un peu moins de trois heures par semaine à l’entretien ménager. Pour 36 % des Canadiens, la propreté des planchers est le problème le plus difficile à résoudre;

La propreté de nos véhicules serait douteuse

Istock
Istock

Les Canadiens sont reconnus pour être propres et ordonnés, mais la propreté de leur véhicule ne semble pas une priorité.

On estime qu’en moyenne un peu plus de 4 conducteurs canadiens sur cinq consomment régulièrement des aliments alors qu’ils sont en déplacement. Cependant, selon une enquête réalisée par le quincaillier Canadian Tire, trois automobilistes sur quatre nettoient occasionnellement l’intérieur de leur véhicule.

18,7 % des Canadiens (un sur cinq) ne nettoient pas immédiatement les traces de nourriture et de boisson qu’ils y laissent, donnant ainsi libre cours à la prolifération des bactéries.

Malgré les cinq heures qu’ils passent en moyenne dans leur véhicule par semaine, les Canadiens ne lavent pas non plus celui-ci fréquemment. 73 % nettoient l’intérieur de leur voiture moins qu’une fois aux quelques mois.

Les Canadiens ont la bouche sale

YouTube
YouTube

Il y a vraiment de quoi pousser un juron lorsqu’on découvre les habitudes buccales vraiment malpropres des Canadiens .

Une enquête assez récente réalisée pour le compte du fabricant de rince-bouche Listerine révélait qu’un fort pourcentage de Canadiens a la vilaine habitude d’insérer dans leurs bouches des objets qui ne devraient pas y être, car ils sont souvent couverts de bactéries.

Ainsi, quatre Canadiens sur 10 admettent mettre des stylos ou des crayons dans leur bouche, et ce régulièrement.

Plus d’un quart des Canadiens semblent croire à la fameuse « règle des cinq secondes » et ils avouent ramasser et se remettre dans la bouche des aliments qui seraient tombés par exemple au sol.

16 % des Canadiens insèrent des pièces de monnaie dans leur bouche et ce pourcentage est presque le double au Québec soit 31 pour cent?

Découvrez:
Hausse des allergies alimentaires : les Canadiens sont-ils trop propres?
Les chercheurs se penchent de plus en plus sur des facteurs environnementaux et notre combat contre la malpropreté, tout particulièrement au Canada, pour expliquer cette hausse alarmante de la prévalence des allergies alimentaires au Canada.

Un petit garçon s’apprête à manger du beurre d’arachide pour déjeuner.
Photo Credit: iStock

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Mots-clés : ,
Publié dans : Bonne Question, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*