Denis Coderre

Denis Coderre
Photo Credit: PC / Graham Hughes

Fentanyl : Montréal est sur le bord de la crise, selon son maire

Montréal serait en «crise anticipée» face au problème de surdoses de fentanyl, selon le maire Denis Coderre

Le dirigeant de la deuxième ville canadienne en importance précise : «On n’est pas dans une crise. Mais elle viendra. Donc si on l’anticipe, on est aussi bien de travailler dans certains dossiers».

Voilà pourquoi il souhaite «ratisser plus large» en fournissant à plus d’intervenants en soins d’urgence ou auprès des toxicomanes de la naloxone, un médicament utilisé pour contrer les effets d’une surdose.

Peu de temps avant son point de presse mardi après-midi, le maire avait rencontré des représentants de la police, des pompiers, et de la santé publique, qui lui ont dressé un portrait de la situation.

Durant le seul mois d’août, 12 décès pourraient être liés à une surdose de fentanyl et 24 vies ont été sauvées à l’aide de la naloxone.

Aide-mémoire….
Le fentanyl est un opioïde 40 fois plus puissant que l’héroïne, dont la toxicité dépasse par 100 fois celle de la morphine.
Souvent, les utilisateurs ne sont même pas au courant qu’ils consomment du fentanyl, qui est mélangé avec d’autres drogues.

Des premiers répondants interviennent lors d’une surdose à Vancouver.
Des premiers répondants interviennent lors d’une surdose à Vancouver. © CBC

Pas encore de crise, mais elle se profile

Le directeur régional de la santé publique de Montréal, Richard Massé
Le directeur régional de la santé publique de Montréal, Richard Massé

Le directeur de la santé publique de Montréal, Richard Massé, souligne que la situation est pour l’instant moins grave qu’à Toronto ou à Vancouver, où il y a eu respectivement environ 25 et 50 décès au mois de juin. Mais les intervenants notent tout de même une augmentation de la présence du fentanyl sur le territoire montréalais.

«Alors qu’il y avait présence de fentanyl de façon sporadique ou occasionnelle antérieurement, maintenant on a du fentanyl beaucoup plus régulièrement dans les analyses qu’on a faites», déclare le docteur Massé. M. Coderre estime que la Ville «doit faire face à la musique» et accélérer le processus pour élargir la formation des intervenants sur les problèmes de surdoses et sur l’utilisation de la naloxone.

Il invite donc le gouvernement du Québec à adopter un règlement pour lui permettre de donner l’accès au médicament aux pompiers, par exemple, qui sont souvent les premiers répondants. Il pourrait y avoir des projets pilotes dans certains quartiers de Montréal, selon lui. Pour le moment, au Québec, seuls les ambulanciers sont formés et équipés pour administrer ce médicament. Les pompiers et les policiers du Québec n’en ont pas le droit, contrairement à ceux de Vancouver et d’Ottawa et aux agents de la GRC.

Selon le maire, environ une vingtaine d’organismes communautaires, dont les sites d’injection supervisée, peuvent administrer la naloxone. «Mon souhait, c’est de s’assurer qu’on puisse donner tous ces outils, mais on peut le faire par étape; c’est pour ça qu’un projet pilote serait intéressant», a-t-il affirmé.

Les policiers vont accentuer leur surveillance

Philippe Pichet, chef du SPVM
Philippe Pichet, chef du SPVM © Radio-Canada/Coralie Mensa

Le chef du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, semble pour sa part plus réservé sur le projet pilote prôné par le maire, affirmant vouloir se concentrer sur les vendeurs et les distributeurs de cette substance.

«Bien sûr que si nous sommes en patrouille dans les différents quartiers et que nous voyons quelqu’un qui a besoin d’aide, nous aiderons. Mais en même temps, les premiers répondants et Urgence-Santé répondent très rapidement aussi», soutient-il.

En ce moment, les policiers de Montréal ne sont pas autorisés à administrer la naloxone, précise Christine Christie, des Services partagés des enquêtes, division Est au SPVM. «C’est sûr que le service de police, on reste toujours ouvert d’esprit. Si jamais il y avait des changements dans le règlement, on pourrait regarder les différentes options qui s’offrent à nous et regarder ce qui pourrait être fait», a-t-elle expliqué en entrevue téléphonique.

Le Service de police de Montréal a annoncé mercredi l’arrestation d’au moins sept individus à la suite du démantèlement de deux réseaux de trafic de fentanyl et d’héroïne à Montréal. Les sept suspects, âgés de 19 à 48 ans, ont été arrêtés le 1er septembre dernier lors de deux opérations visant le démantèlement de deux réseaux de trafic de drogue qui écoulaient notamment de l’héroïne et du fentanyl dans les rues de la métropole.

LISEZ LA SUITE…
Opioïdes : l’Ontario fonce vers l’état d’urgence et le Québec va suivre

Au moins 2458 personnes seraient mortes de surdoses liées aux opioïdes en 2016 au Canada. Cela représente près de sept décès par jour en moyenne. Le Canada est l'un des pays où il se prescrit le plus d'opioïdes dans le monde. Photo Credit: Shutterstock

Au moins 2458 personnes seraient mortes de surdoses liées aux opioïdes en 2016 au Canada. Cela représente près de sept décès par jour en moyenne. Le Canada est l’un des pays où il se prescrit le plus d’opioïdes dans le monde. Photo : Shutterstock

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

L’AMC affine sa stratégie de croisade contre la crise des opioïdes au Canada – RCI 

S. O. S. des 13 plus grandes villes canadiennes dans la crise des opioïdes – RCI 

L’AMC et les opioïdes – Association médicale canadienne 

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*