Un jeune toxicomane sous l’emprise d’un opiacé

Un jeune toxicomane sous l’emprise d’un opiacé
Photo Credit: iStock

Crise des opioïdes : il est possible de se rétablir de la dépendance – CCDUS  

Le mois de septembre est considéré comme le Mois du rétablissement. Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage des substances (CCDUS) sensibilise les gens à l’importance de lutter contre la stigmatisation pour célébrer le fait que les personnes peuvent se rétablir de la dépendance.

Crise des opioïdes : des sommets inquiétants

Ce mois coïncide avec des événements tragiques à répétition, dans différentes régions du pays, reliés à la crise des opioïdes.

Depuis l’année dernière, ce sont plus de 2500 Canadiens qui ont trouvé la mort, soit 7 décès par jour, à la suite d’une surconsommation de stupéfiants et d’autres drogues illicites.

Une situation préoccupante qui incite le CCDUS à lancer un appel aux communautés, afin qu’elles sensibilisent les Canadiens aux dangers de la consommation problématique des substances et aux risques de développer une certaine dépendance.

Leurs activités devront également souligner le fait que la fin de la dépendance est possible en présentant les récits de personnes qui ont pu s’en sortir ou de celles qui sont en cure.

Lutter contre la stigmatisation est une manière d’encourager les personnes à se prendre en main et à croire qu’il est possible de combattre les vieux démons qui les poussent à la surconsommation.

Une jeune fille achète de la drogue.
Une jeune fille achète de la drogue. © iStock

Le CCDUS et ses partenaires ont effectué, l’année dernière, le tout premier sondage national sur la vie de personnes en réhabilitation. Ce sondage mené auprès de 855 personnes a abouti aux constatations suivantes :

  • Il existe un lien entre la transition d’une toxicomanie active au rétablissement et les améliorations dans plusieurs aspects de la vie des drogués, de leur famille et de la communauté.
  • 90,7 % des répondants en réhabilitation ont dit avoir une excellente, très bonne ou bonne qualité de vie.
  • La guérison pour eux signifiait :  l’abstinence, une meilleure santé, la présence de liens sociaux et un bon fonctionnement social, ainsi qu’une meilleure qualité de vie.
  • Ceux qui ont réussi à atteindre un état de rétablissement stable, sans aucune rechute, représentaient plus de la moitié des répondants (51,2 %)
  • Ils ont déclaré s’être servis de plusieurs chemins pour entamer et poursuivre un processus de rétablissement, plusieurs ayant choisi une combinaison de ressources familiales, professionnelles et d’entraide.
Rapport mondial sur les drogues 2017 : 29,5 millions de personnes dans le monde souffrent de troubles liés à la consommation de stupéfiants, les opioïdes étant les plus nocifs © www.onu.org

Réformer le système de soins de santé

Le mauvais usage des opioïdes est au cœur de la crise qui secoue actuellement le Canada, et le CCDUS pense que l’une des solutions possibles est la réforme du système de santé.

C’est grâce à cette réforme qu’on pourra répondre aux besoins des personnes concernées.

La réhabilitation de ces personnes est parmi les objectifs prioritaires. Le centre estime qu’il est possible de le réaliser, de manière durable, avec des traitements, des soutiens et d’autres services de qualité.

C’est ainsi qu’il mettra bientôt à contribution des outils qui permettent à différentes instances (prestataires de services et décideurs) de mieux saisir les problèmes, les enjeux, et de mieux orienter leurs réponses, dans l’intérêt des personnes et de leur rétablissement.

Cette ressource offrira des exemples concrets de politiques et de pratiques que les prestataires de services peuvent adopter pour appuyer les six principes du rétablissement figurant dans l’Engagement national envers le rétablissement de la maladie de la dépendance au Canada : à savoir qu’il y a de nombreux parcours de rétablissement, que celui-ci repose sur la collaboration, qu’il est un cheminement personnel vers le bien-être, qu’il fait appel à la collectivité, qu’il est multidimensionnel et qu’il est l’affaire de tous.CCDUS

RCI avec des informations du Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances  

À lire aussi :

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*