Des touristes hollandais évacués par bateau de croisière sur l’île de Saint-Martin.

Des touristes hollandais évacués par bateau de croisière sur l’île de Saint-Martin.
Photo Credit: Gerben Van Es

Des centaines de Canadiens coincés dans les Caraïbes rapatriés lentement, mais gratuitement

Bon nombre de touristes canadiens coincés sur les îles de Saint-Martin et de Turks et Caicos depuis le passage de l’ouragan Irma mercredi dernier ont finalement été rapatriés en fin de journée lundi.

Débris d’un hôtel dans les Antilles.
Débris d’un hôtel dans les Antilles. © AFP

Des employés des services consulaires et de l’Agence des services frontaliers étaient en route hier vers l’île de Saint-Martin à bord d’un avion de WestJet pour évacuer 150 Canadiens vers Toronto.

Un deuxième groupe de 90 personnes devait également être évacué des îles de Turks et Caicos à bord d’un vol commercial. D’autres évacuations suivront.

Un avion C-17 des Forces armées canadiennes, qui se rendra dans la région plus tard cette semaine pour y livrer des approvisionnements de secours, pourra aussi rapatrier d’autres Canadiens au besoin.

Ils s’ajouteront aux 390 Canadiens évacués de l’île de Saint-Martin durant le week-end.

AVIS 
Le gouvernement canadien invite tous ses citoyens qui seraient dans la région des Antilles ou leur famille à contacter le ministère s’ils désirent être rapatriés, par courriel à sos@international.gc.ca ou par téléphone au 1 800 387-3124.

Le gouvernement critiqué pour sa lenteur à réagir

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland
La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland © Photo: Sean Kilpatrick Archives La Presse canadienne

Des centaines d’autres Canadiens attendent encore d’être secourus. Le gouvernement fédéral est vivement critiqué pour sa lenteur à agir par des familles inquiètes et sans nouvelles de leurs proches.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a soutenu lundi que le gouvernement travaillait pourtant d’arrache-pied pour ramener ces Canadiens en sécurité au pays et qu’il en faisait une priorité.

« J’espère que ce sera possible pour moi de les accueillir à l’aéroport Pearson de Toronto », a-t-elle dit, ajoutant qu’elle est touchée par cette situation « difficile » et « effrayante ».

Le ministère des Affaires étrangères a augmenté le nombre d’employés à son Centre de surveillance et d’intervention d’urgence qui a traité 2140 demandes jusqu’à maintenant.

Les partis d’opposition mènent la charge

La porte-parole en matière d’Affaires étrangères du Nouveau Parti démocratique (NPD), Hélène Laverdière, parle de « cafouillage » et demande une évaluation des services consulaires.

« Les Américains, les Britanniques, les Néerlandais, les Français, même le Venezuela ont réussi à évacuer leurs gens, indique-t-elle. Il y a des centaines d’Américains qui sont sortis et le Canada n’a pas réussi. Pourquoi ? Il n’y a pas vraiment d’excuses. »

Le conservateur Erin O’Toole croit que le gouvernement aurait dû d’emblée faire appel aux Forces armées. « Le Canada pourrait apporter de l’aide humanitaire et revenir avec des Canadiens à bord », dit-il.

Blâmez l’infrastructure

Marc Garneau
Marc Garneau © Radio-Canada

Presque l’entièreté de l’île de Saint-Martin a été dévastée, ce qui rend les communications difficiles, a rappelé le ministre canadien des Transports Marc Garneau, tout en soulignant que son gouvernement s’est mis à l’œuvre dès le début de la crise.

Les autorités des îles ont refusé le décollage d’avions qui auraient pu évacuer des Canadiens à cause des infrastructures de l’aéroport qui ont été endommagées. Il y a également eu un problème de disponibilité des pistes d’atterrissage.

« Les avions [commerciaux] étaient disponibles, le problème était soit de rentrer dans les aéroports pour ramasser les passagers ou, une fois atterri, de pouvoir partir avec des passagers », a-t-il expliqué.

M. Garneau a donné l’exemple d’un avion d’Air Canada qui a atterri aux îles Turks et Caicos avec à son bord des ingénieurs et des électriciens pour apporter de l’aide. Les autorités de l’île ont empêché cet avion de redécoller avec des vacanciers canadiens parce qu’elles jugeaient que la condition de l’aéroport n’était pas sécuritaire. Cet avion devrait être en mesure de s’envoler vers le Canada aujourd’hui.

AFP

AFP

Un vol de retour gratuit vers le Canada

Le gouvernement canadien n’enverra pas de facture aux évacués pour l’opération de sauvetage en cours.

Le bureau de la ministre Freeland a expliqué en début de soirée lundi que ce sont les compagnies aériennes qui assumeront les coûts d’évacuation et qu’aucune facture ne sera envoyée aux évacués.

Ce n’est pas la première fois que le Canada décide d’assumer seul les coûts d’une opération d’évacuation. En 2006, le gouvernement Harper avait payé l’ensemble des 94 millions de dollars pour le rapatriement des 14 000 Canadiens du Liban, en raison d’un conflit avec Israël.

RCI avec La Presse canadienne et les informations de François Cormier de Radio-Canada

En complément

Après Irma : Au moins 350 Canadiens et Québécois appellent à l’aide pour être rapatriés – RCI 

Comment se forme un ouragan comme Irma : les explications d’Ève Christian – RCI 

Irma : Les compagnies aériennes évacuent leurs passagers canadiens de la République dominicaine – RCI 

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*