À gauche: Premier ministre Justin Trudeau. À droite: Premier ministre britannique Theresa May. (Drew Angerer / Getty Images Jack Taylor / Getty Images)

À gauche: Premier ministre Justin Trudeau. À droite: Première ministre britannique Theresa May. Dans le cadre de la visite officielle qu'elle effectuera au Canada la semaine prochaine, tout porte à croire que la première ministre May abordera cette dispute commerciale dans le cadre de ses échanges avec le premier ministre Justin Trudeau. (Drew Angerer / Getty Images Jack Taylor / Getty Images)

Boeing contre Bombardier : le Royaume-Uni combat avec le Canada

Dans une opération pour venir en aide à l’avionneur Bombardier, une mobilisation d’une rare envergure s’organise au Royaume-Uni pour faire front commun avec le Canada, aux prises avec une chicane commerciale déclenchée par le constructeur américain Boeing.

Après l’appui inconditionnel au Canada il y a quelques jours de la première ministre britannique Theresa May, c’est maintenant au tour de l’Irlande du Nord d’interpeller Washington pour que Boeing cesse ses hostilités commerciales et juridiques contre Bombardier.

En plus du front commun de Londres et d’Ottawa, deux transporteurs aériens américains, Spirit Airlines et Sun Country Airlines, ont récemment écrit à la Commission du commerce international des États-Unis et au département du Commerce le mois dernier pour se ranger derrière Bombardier.

Le Royaume-Uni uni aux côtés du Canada

Le centre de finition Global de Bombardier à Dorval Photo : Radio-Canada/Jérôme Labbé
Le centre de finition Global de Bombardier de Montréal. © RC

Dans une lettre envoyée mardi au bureau du vice-président américain, le Parti unioniste démocrate et le Sinn Fein – une formation nationaliste – préviennent le vice-président que les démarches de Boeing pourraient troubler la paix sociale en Irlande du Nord.

Bombardier est le plus important employeur du pays avec son usine de Belfast, où travaillent quelque 4200 personnes. C’est à cet endroit que sont notamment fabriquées les ailes des appareils C Series.

« Pour une petite économie comme la nôtre, l’importance de la contribution économique de Bombardier ne peut être mesurée », font valoir Arlene Foster et Michelle O’Neill, qui dirigent ces deux partis, dans la lettre que La Presse canadienne a pu consulter.

Écoutez
Des employés de l’usine de Bombardier à Belfast, en Irlande du Nord Photo : La Presse canadienne/Peter Morrison
Des employés de l’usine de Bombardier à Belfast, en Irlande du Nord Photo : La Presse canadienne/Peter Morrison

Les prétentions américaines

 CSeries de Bombardier
CSeries de Bombardier © (Christinne Muschi / Reuters)

Boeing soutient que l’avionneur canadien a bénéficié de subventions indues lui permettant de vendre ces nouveaux avions de longue portée C Series au rabais à Delta Air Lines.

Boeing demande l’imposition d’un droit compensatoire d’au moins 79,41 % et d’un droit antidumping de 79,82 %.

La décision du département américain du Commerce sur ses mesures punitives est attendue le 25 septembre.

À la guerre comme à la guerre

Super Hornet
Super Hornet © Boeing

Le Canada pourrait très bien revenir sur sa décision de novembre dernier d’acheter 18 Super Hornet de Boeing en attendant de lancer un appel d’offres en 2019 pour remplacer toute sa flotte d’une centaine de CF-18.

La semaine dernière, le premier ministre canadien s’est rendu aux États-Unis et s’est immiscé dans la bataille juridique que livre Boeing à Bombardier.

Il a insisté auprès du gouverneur du Missouri, l’État où le géant de l’aéronautique a son siège social, sur l’importance que revêt cette industrie pour les deux économies nationales.

Justin Trudeau affirme que le Canada est le principal partenaire commercial du Missouri, avec environ 8,2 milliards de dollars par an, et 163 000 emplois qui en dépendent dans cet État.

Rassemblement à Montréal

Manifestation du syndicat Unifor à Montréal

Manifestation du syndicat Unifor à Montréal

Dans l’attente des résultats de l’enquête de Washington, le 25 septembre, des centaines d’employés de Bombardier représentés par l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA) et du syndicat Unifor ont manifesté mercredi dans les rues du centre-ville de Montréal pour dénoncer Boeing.

Selon le porte-parole de l’AIMTA, David Chartrand, la plainte de l’avionneur américain n’est pas seulement une attaque envers l’industrie canadienne, mais aussi envers ses propres employés américains.

RCI avec La Presse canadienne et CBC et les informations de Maxime Bertrand, Michel C.Auger et Alain Gravel de Radio-Canada

En complément

Des alliés américains pour Bombardier dans son litige contre Boeing – Radio-Canada 

L’Irlande du Nord se mêle à son tour de la dispute entre Bombardier et Boeing – Radio-Canada 

Boeing refusing to blink in dispute with Bombardier – CBC 

Le Canada remet en question son achat d’avions de chasse américains.

Super Hornet de Boein
Super Hornet de Boeing © Boeing
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Boeing contre Bombardier : le Royaume-Uni combat avec le Canada»
  1. Philippe Cauchi dit :

    Que Madame May tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant d’aller plus loin.

    Le programme F-35 de l’américain Lockheed Martin génère, à lui seul, au Royaume-Uni, 25 000 emplois.

    Sans compter que tous les programmes américains aérospatiaux et de défense intègrent des éléments de BAE Systems, Rolls-Royce, Cobham, Marshall Aerospace, Doncasters, Smith Industries, Ultra electronics,….