Une manifestante catalane tient une pancarte illustrant un bulletin de vote où le « oui » est coché.
Photo Credit: Reuters/Albert Gea

Tensions en Catalogne : Justin Trudeau refuse de critiquer Madrid

Share

Le premier ministre Justin Trudeau respecte le droit d’autodétermination des peuples, mais refuse de jeter la pierre à Madrid qui fait tout pour empêcher les Catalans de l’exercer.

Lors d’un point de presse dans la capitale canadienne, le premier ministre Trudeau, en rappelant sa propre expérience des référendums passés de 1980 et 1995, a déclaré qu’un pays ne devrait pas se mêler des affaires d’un autre pays.

Justin Trudeau (Radio-Canada)

« J’ai vécu plusieurs batailles référendaires en tant que fier Québécois, et une des choses auxquelles on s’attendait, c’est que d’autres pays ne se mêlent pas de nos processus internes. Je n’aurai aucun commentaire sur la situation en Espagne et sur les processus internes du pays.»

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Importance du droit à l’autodétermination des peuples

D’un même souffle, Justin Trudeau a aussi mentionné qu’il était convaincu de l’importance du droit des peuples à l’autodétermination.

« C’est certainement quelque chose qu’on est en train de respecter et qu’on a toujours respecté par rapport à la situation ici au Canada. »

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

L’Espagne et la Catalogne – Madrid et Barcelone

Des centaines de milliers de personnes ont célébré la fête nationale de la Catalogne, à Barcelone, le 13 septembre. Photo : Getty Images/Sandra Montanez

Rappelant la constitution espagnole qui affirme l’indivisibilité du pays, le gouvernement central de Madrid fait tout pour bloquer la tenue du référendum sur l’indépendance que prévoit organiser le gouvernement catalan de Barcelone le 1er octobre prochain.

La consultation populaire sur l’indépendance de la Catalogne, une région autonome de l’Espagne, a été interdite par la Cour constitutionnelle, qui juge une telle démarche illégale.

Affiches et prospectus saisis, maires intimés

Au cours des derniers jours, les policiers ont confisqué des affiches et des prospectus faisant la promotion du référendum.

De plus, la justice a menacé de sanctions pénales les maires qui y participeraient.

Écosse et Québec

À Édimbourg, le gouvernement écossais, dirigé par les indépendantistes, a invité Madrid à s’inspirer de l’Accord d’Édimbourg (Agreement between the United Kingdom Government and the Scottish Government on a referendum on independence for Scotland), qui a ouvert la voie à la tenue du référendum écossais sur l’indépendance en 2014.

Fiona Hyslop – SNP – Linlithgow
Pic – Andrew Cowan/Scottish Parliament

« Tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes et de choisir la forme de gouvernement qui correspond le mieux à leurs besoins. Il s’agit là d’un principe enchâssé dans la Charte des Nations unies.»

Fiona Hyslop, secrétaire aux Affaires étrangères

De retour à Ottawa, le Bloc québécois a demandé lundi au gouvernement de Justin Trudeau de dénoncer « le régime de terreur du gouvernement espagnol ».

La formation a tenté mardi de déposer en Chambre une motion stipulant « que la Chambre des communes demande que soient respectés le droit de vote et la démocratie de la Catalogne ».

Le dépôt de cette motion lui a cependant été refusé.

Drapeau catalan et drapeau espagnol

Pour en savoir plus :

Les dates clé dans l’histoire de la Catalogne

Le Monde : pourquoi la Catalogne veut-elle son indépendance?

RCI, PC

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Tensions en Catalogne : Justin Trudeau refuse de critiquer Madrid»
  1. Philippe Brunot dit :

    Il n’y a aucune terreur en Espagne. Il n’ y a que la volonté de l’immense majorité des Espagnols que la Constitution du pays soit respectée. C’est le devoir et l’obligation du gouvernement espagnol de la faire respecter. Le gouvernement régional catalan a la prétention de passer par-dessus les lois, par-dessus les tribunaux. Par conséquent, il est devenu délinquant devant la Constitution et devant la loi. Ce référendum n’aura pas lieu, mais ce qui aura sans doute lieu, ce sont des affrontements entre des manifestants et les forces de l’ordre. L’Espagne est un pays qui a toujours eu de grandes difficultés à savoir ce que le mot démocratie signifie et implique.