Des dizaines de demandeurs d’asile ont traversé illégalement la frontière canado-américaine cette année pour demander le statut de réfugié au Canada.

Des dizaines de demandeurs d’asile ont traversé illégalement la frontière canado-américaine cette année pour demander le statut de réfugié au Canada.
Photo Credit: Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne

Le Canada a rejeté la moitié des demandes d’asile entendues cet été

La Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR) confirme qu’environ seulement 50 % des demandeurs d’asile venus des États-Unis et dont le dossier a été étudié jusqu’à maintenant ont obtenu le statut de réfugié au Canada.

Une famille de demandeurs d’asile traverse la frontière canadienne.
Une famille de demandeurs d’asile traverse la frontière canadienne. © Radio-Canada

Ce taux d’acceptation concorde avec les statistiques historiques concernant les demandeurs d’origine haïtienne.

La grande majorité des demandeurs d’asile arrivés au Québec durant l’été étaient des Haïtiens.

Cela dit, seul un très petit nombre ont été traités à ce jour par l’équipe spéciale chargée d’entendre les nombreux demandeurs d’asile ayant franchi la frontière canado-américaine de manière irrégulière au cours de l’été, soit 240 requêtes.

Le sort de tous ceux qui ont passé la frontière de manière irrégulière avant le mois de juillet demeure inconnu puisque ces dossiers sont traités parmi toutes les autres requêtes de la CISR. Ces demandes ne font pas l’objet d’un suivi spécifique.

Une vague sans précédent de demandes d’asile

Le travail de la Commission s’annonce énorme, car plus de 8000 demandes ont été déposées au Canada en juillet et en août. Le Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration à la Chambre des communes a appris d’autre part mardi qu’environ 2000 nouveaux demandeurs s’étaient ajoutés à la liste durant la première moitié de septembre.

Selon la vice-présidente de la section de la protection des réfugiés de la CISR, Shereen Benzvy Miller, on s’attend à recevoir plus de 40 000 requêtes au total pour l’année 2017, soit bien plus que ce que l’institution est en mesure de traiter.

Shereen Benzvy Miller a prévenu les élus que les délais d’attente allaient certainement augmenter pour les demandeurs d’asile. Le financement de la CISR prévoit des ressources pour le traitement de seulement 24 000 dossiers par année.

Des centaines de demandeurs d'asile vivaient cet été dans des tentes installées par l'armée canadienne au poste de frontière québécois Saint-Bernard-de-Lacolle. Une fois que leur dossier a éét reçu par l'ASFC, ils étaient transférés vers des sites d'hébergement gérés par le gouvernement du Québec. Photo : La Presse canadienne/Graham Hughes

Des centaines de demandeurs d’asile vivaient cet été dans des tentes installées par l’Armée canadienne au poste de frontière québécois à Saint-Bernard-de-Lacolle. Une fois que leur dossier a été reçu par l’ASFC, ils étaient transférés vers des sites d’hébergement gérés par le gouvernement du Québec. Photo : La Presse canadienne/Graham Hughes

Aide-mémoire…
Une unité spéciale de 17 commissaires a été mise sur pied, en août, afin de gérer les requêtes de milliers de demandeurs d’asile ayant franchi la frontière canado-américaine depuis juillet.
L’unité spéciale a pour objectif de traiter 1500 demandes d’ici la fin du mois de novembre.
Par la suite, les demandes d’asile liées à des passages irréguliers à la frontière seront traitées à même la charge de travail normale.

Des demandeurs d'asile au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle Photo : Reuters/Christinne Muschi

Des demandeurs d’asile au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle Photo : Reuters/Christinne Muschi

Des délais et des ressources supplémentaires à prévoir

Shereen Benzvy Miller
Shereen Benzvy Miller © CISR

Au moins 373 autres demandes d’asile doivent être entendues à compter de cette semaine par la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada.

« Le calcul est simple: à moins d’investir plus de ressources pour régler le problème, il va falloir plus de temps pour inscrire toutes les demandes à l’horaire, donc les délais d’attente seront plus longs », a affirmé Mme Miller aux parlementaires canadiens.

La principale raison ayant poussé autant de gens à entrer au Canada de façon irrégulière pour demander l’asile est l’Entente sur les tiers pays sûrs avec les États-Unis, qui interdit aux gens, sauf exception, de demander l’asile aux postes frontaliers terrestres lorsqu’ils arrivent du territoire américain.

Des critiques de l’entente se sont fait entendre. Certains organismes prétendent que les politiques américaines en matière d’immigration font en sorte que les États-Unis ne sont plus un pays sûr pour les demandeurs d’asile.

Cependant, les responsables de l’immigration ont soutenu, mardi, qu’ils croient toujours au fonctionnement du système américain d’accueil des réfugiés.

Découvrez :
Le gouvernement canadien révise son programme controversé de prêts aux réfugiés 
Ce que proposeraient les libéraux serait d’une part d’éliminer les intérêts dans le cas des nouveaux prêts et d’autre part d’offrir aux nouveaux emprunteurs une plus longue période pour rembourser, selon une note publiée en ligne par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Photo : Radio-Canada http://www.rcinet.ca/fr/2017/10/02/le-gouvernement-canadien-revise-son-programme-controverse-de-prets-aux-refugies/

Photo : Radio-Canada http://www.rcinet.ca/fr/2017/10/02/le-gouvernement-canadien-revise-son-programme-controverse-de-prets-aux-refugies/

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Le Québec a reçu plus de 10 000 demandeurs d’asile depuis le début de l’année – Radio-Canada 

5 idées reçues sur les demandeurs d’asile – Radio-Canada 

Suivez le parcours des demandeurs d’asile dans les méandres de la bureaucratie – Radio-Canada 

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*