Le principal suspect dans l’attaque de samedi soir à Edmonton, Abdulahi Hasan Sharif, aurait été expulsé par les États-Unis.   Photo : Service de police d’Edmonton

Le principal suspect dans l’attaque de samedi soir à Edmonton, Abdulahi Hasan Sharif, aurait été expulsé par les États-Unis. Photo : Service de police d’Edmonton

Attentat au Camion en Alberta : le Canada révise sa surveillance des réfugiés

Le gouvernement du Canada amorce une révision de son processus d’admission des réfugiés à la suite de révélations concernant le suspect de l’attentat d’Edmonton samedi. Il est un réfugié dont les États-Unis avaient ordonné la déportation.

L’annonce a été faite par le premier ministre Justin Trudeau qui avait promis, il y a un an et demi aux Canadiens, qu’il assumerait ses responsabilités s’il s’avérait un jour qu’un réfugié syrien, alors accueilli par milliers au Canada, devait être impliqué dans un attentat terroriste.

Abdulahi Hasan Sharif n’est pas Syrien, mais Somalien et il a été admis au pays par le précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper en 2012. Toutefois, l’attentat terroriste du week-end dernier est venu ébranler la confiance des citoyens dans le processus de sélection et de surveillance des individus à risque.

Abdulahi Hasan Sharif - Service de police d'Edmonton

Abdulahi Hasan Sharif – Service de police d’Edmonton

Comprendre comment le terroriste est passé en travers des mailles

Justin Trudeau s'explique
Justin Trudeau s’explique © Radio-Canada

Justin Trudeau a précisé que le gouvernement cherchait à comprendre ce qui s’est produit dans le dossier d’Abdulahi Hasan Sharif. Ottawa a révélé qu’il s’était présenté à un poste frontalier canadien en 2012 pour demander l’asile et avait obtenu le statut de réfugié par la suite.

L’agence de réglementation des douanes et de l’immigration des États-Unis rapporte qu’il étai arrivé du Mexique à pied et sans papiers par un point d’entrée non loin de San Diego en juillet 2011.

Puisqu’il n’avait aucun statut juridique lui permettant d’entrer aux États-Unis, il avait été placé en détention. Une ordonnance de déportation vers la Somalie avait été prononcée le 22 septembre suivant, selon l’agence.

Environ deux mois plus tard, il avait été libéré sous une ordonnance de surveillance puisqu’il était «peu probable que sa déportation soit exécutée dans un avenir raisonnablement prévisible». L’homme ne s’est pas présenté à la date de déportation prévue du 24 janvier 2012, et les efforts pour le retracer ont échoué, a indiqué l’agence par communiqué.

Ottawa veut maintenant savoir comment l’individu a pu obtenir le statut de réfugié au Canada et ce qui aurait pu être fait différemment en 2012 sous le gouvernement Harper.

Les procédures en place sont-elles vraiment efficaces?

«C’est clair qu’il y a des procédures pour les demandes d’asile qui doivent être suivies à la lettre lorsque quelqu’un se présente à la frontière. Il y a des règles à suivre et nous voulons être sûrs qu’elles sont suivies », a dit le premier ministre, mercredi, à Ottawa.

« La priorité demeure toujours de s’assurer que nous protégeons les valeurs et les droits des Canadiens tout en gardant nos communautés en sécurité », a-t-il poursuivi.

Ahmed Hussen
Ahmed Hussen © Fred Chartrand/La Presse canadienne

Le ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen, a refusé de préciser où exactement l’accusé était entré au pays. Il n’a pas non plus voulu confirmer si les autorités étaient au fait de l’ordonnance de déportation des États-Unis lors de l’évaluation de sa demande d’asile.

« Quiconque demande l’asile au Canada, que ce soit dans un aéroport ou à un poste frontalier, doit se soumettre au processus rigoureux que nous avons en place », a-t-il martelé mercredi.

Des soupçons de radicalisation en 2015

Scène de l’attentat d’Edmonton - CBC
Scène de l’attentat d’Edmonton – CBC

Abdulahi Hasan Sharif fait face à cinq chefs d’accusation de tentative de meurtre. Il est aussi accusé de conduite dangereuse, de délit de fuite causant des lésions corporelles et de port d’arme dans un dessein dangereux.

Il est accusé d’avoir foncé sur un policier avec sa voiture, puis de l’avoir poignardé, avant de fuir les lieux et de foncer sur des piétons au volant d’un camion, le week-end dernier.

Des agents d’une escouade tactique ont eu recours à des grenades assourdissantes et à un pistolet électrique pour arrêter le suspect après que son camion s’est renversé.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a confirmé avoir enquêté sur M. Sharif en 2015 après avoir reçu des informations à propos de sa radicalisation, mais les enquêteurs ont déterminé qu’il ne représentait pas une menace.

«Comme le ministre Goodale l’a indiqué, il n’y avait pas d’information qui aurait levé un drapeau rouge lors de son entrée au Canada. En raison des lois sur la protection de la vie privée, nous ne pouvons pas dévoiler d’autres détails sur cette affaire», a expliqué le porte-parole de la GRC Scott Bardsley par courriel.

Un acte terroriste ou pas un acte de terrorisme?

La police d’Edmonton a avancé mardi la possibilité que des accusations de terrorisme seront ajoutées parce qu’un drapeau de Daech (le groupe armé État islamique) a été retrouvé dans la voiture du suspect.

La GRC a toutefois indiqué que l’enquête est complexe et qu’aucune accusation de terrorisme n’a été déposée pour l’instant.

Abdulahi Hasan Sharif est demeuré silencieux durant sa brève comparution devant le tribunal, mardi.

Lisez :
Attentat terroriste au camion à Edmonton : le suspect est un réfugié somalien
L’attaque a commencé à l’extérieur du stade du Commonwealth situé non loin du centre-ville de la capitale de l’Alberta. Une auto a foncé sur une barricade policière.

Le suspect de l’attaque terroriste est un ressortissant somalien considéré comme étant un réfugié par la Commission de l’immigration. Photo Credit: Reuters

Le suspect de l’attaque terroriste est un ressortissant somalien considéré comme étant un réfugié par la Commission de l’immigration.
Photo Credit: Reuters

RCI avec l’Agence France Presse et La Presse canadienne

En complément

Camionneurs québécois accusés du passage de réfugiés clandestins à la frontière – RCI 

Le Canada a rejeté la moitié des demandes d’asile entendues cet été – RCI 

Le Canada accueillera non pas 25 000, mais 50 000 réfugiés syriens – RCI 

Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*