Ottawa a déposé son projet de loi sur l’aide médicale à mourir. En quoi ce projet de loi est-il différent de la loi québécoise? Entrevue avec Véronique Hivon, députée péquiste de Joliette qui a été la ministre responsable du dossier Mourir dans la dignité

Aide médicale à mourir - Radio-Canada

L’aide médicale à mourir en forte hausse au Canada

Le nombre de patients qui se sont prévalus de l’aide médicale à mourir au Canada a bondi de près de 50 % au cours des derniers mois.

De plus, selon des données fragmentaires, près du quart des personnes qui l’avaient réclamée sont décédées avant d’y avoir accès.

Selon un bilan du gouvernement fédéral publié vendredi, 1179 Canadiens dont la mort naturelle était devenue prévisible ont obtenu légalement l’aide d’un médecin pour abréger leurs souffrances entre le 1er janvier et le 30 juin 2017. Il s’agit d’une augmentation de 46,8 % par rapport aux six premiers mois de l’entrée en vigueur de la législation fédérale. On avait alors recensé 803 cas entre le 17 juin et le 31 décembre 2016.

Dans les faits, le nombre de cas pourrait être plus élevé. Il ne faut « pas considérer que les chiffres présentés ici représentent l’ensemble des cas d’aide à mourir au Québec », note-t-on dans le rapport.

Le bilan national pourrait être revu à la hausse lorsque la Commission sur les soins de fin de vie du Québec fera le sien. On devrait avoir les données québécoises très bientôt.

Aide à mourir pour les malades d’Alzheimer?

La Fédération québécoise des sociétés d’Alzheimer a dévoilé il y a trois semaines les résultats d’une consultation menée auprès de 306 proches aidants, majoritairement des femmes.

On y apprend qu’une vaste majorité de proches aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer au Québec se disent en faveur d’étendre l’aide médicale à mourir aux personnes inaptes. Mais à l’heure actuelle, même avec des directives anticipées écrites, cela ne serait pas permis par la loi.

Pas moins de 91% d’entre eux appuient l’idée d’étendre l’aide médicale à mourir aux personnes inaptes qui seraient rendues au stade terminal, avec des signes de détresse et qui auraient énoncé des directives par écrit auparavant.

Pas légal pour le moment

L’aide médicale à mourir suscite de nombreuses questions au Canada et au Québec.

En vertu des règles établies, la personne doit être apte à consentir à l’aide médicale à mourir jusqu’à la dernière minute. Elle doit donc pouvoir changer d’idée, même si elle a consigné ses volontés par écrit à l’avance. Cela ne serait pas le cas avec une personne atteinte d’alzheimer au stade avancé, a-t-il fait remarquer.

La loi québécoise sur les soins de fin de vie stipule qu’une personne admissible doit être à l’agonie et atteinte d’une maladie incurable et qu’elle doit en plus être lucide pour donner elle-même son consentement.

Sont donc exclues d’emblée toutes les personnes, de plus en plus nombreuses dans la société québécoise vieillissante, qui souffrent de différentes formes de démence, dont l’alzheimer.

Découvrez:
Élargir l’aide médicale à mourir à ceux qui ne sont pas à l’agonie?
On examine au Québec la possibilité d’élargir l’application de la loi aux personnes ayant donné un consentement préalable, au moment où elles pouvaient le faire, par voie de mandat en cas d’inaptitude.

Une infirmière rend visite en septembre 2016 à un Québécois atteint d’Alzheimer. © Radio-Canada/Ginette Lamarche

Une infirmière rend visite en septembre 2016 à un Québécois atteint d’Alzheimer. © Radio-Canada/Ginette Lamarche

En complément

Le Québec pourrait étendre l’aide médicale à mourir aux personnes souffrant d’Alzheimer – RCI

Aide médicale à mourir: l’approche « empathique » du Canada – RCI

Un médecin peut aider un Canadien à mourir – RCI

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*