Un avion de chasse CF-18
Photo Credit: (Caporal J.F. Lauzé / Section d’imagerie de la 4e Escadre)

Le Canada examine le marché australien dans la perspective du renforcement de son système de défense aérien!

 Dans un contexte international de plus en plus instable, Ottawa mise sur le renforcement de son arsenal de défense par l’acquisition de nouveaux avions pour compléter sa flotte de CF-18 et renforcer ainsi l’Aviation royale canadienne.

Le marché australien privilégié par rapport aux États-Unis?

Pour acquérir de nouveaux avions en complément de ses CF-18 vieux de plus de 40 ans, le Canada a engagé des travaux préparatoires et examine des possibilités de faire appel au fournisseur australien.

En décidant de combler l’actuel manque de chasseurs à l’Aviation royale canadienne, le gouvernement libéral souhaite « bâtir une force militaire plus souple et mieux équipée ».

Cela dans un contexte international marqué par des menaces permanentes. D’une part, le terrorisme international prend de plus en plus d’ampleur et le pays entend déployer tous les moyens possibles pour assurer la sécurité des Canadiens.

Par ailleurs, la menace du chaos nucléaire plane toujours, la Corée du Nord et les États-Unis étant engagés, dans ce domaine, dans une escalade verbale et des démonstrations de puissance chimique qui ne sont guère de nature à rassurer.

Ottawa souhaite donner aux Forces armées canadiennes les équipements nécessaires à l’acquittement de leurs tâches, conformément à l’annonce faite en novembre dernier.

Dans le document intitulé Protection, Sécurité, Engagement : la politique de défense du Canada publiée en juin 2017, le gouvernement fédéral avait annoncé son intention « d’investir de manière appropriée dans les Forces armées canadiennes ».

C’est ainsi qu’il a entamé, vers la fin du mois d’août, des pourparlers avec le gouvernement australien sur la possibilité d’acquérir les chasseurs F/A-18, ainsi que les pièces de rechange.

Dans une déclaration d’intérêt le 29 septembre 2017, le gouvernement libéral marquait son intérêt pour l’équipement australien.

La réponse de l’Australie lui permettra d’être mieux fixé sur le coût du chasseur et des pièces de rechange à acquérir.

A pilot positions a CF-18 Hornet at the CFB Cold Lake, in Cold Lake, Alberta on Tuesday, October 21, 2014. The Canadian Armed Forces (CAF) is sending approximately 135 CAF personnel and four Royal Canadian Air Force CF-18 Hornets to Constanta, Romania, to participate in NATO enhanced Air Policing from September to December 2017.
Un modèle d’avion de chasse CF-18 Hornet © PC/JASON FRANSON

Un meilleur rapport qualité-prix?

Le fédéral déclare étudier le marché australien pour s’assurer que les deniers publics sont gérés avec « la plus grande prudence », dans son opération de modernisation de la flotte aérienne nationale.

Ce qui rejoint les préoccupations exprimées il y a quelques mois, par trois généraux de l’armée de l’air à la retraite.

Tom Lawson, Andre Deschamps et Kenneth Pennie avaient, en effet, dit que les anciens F/A-18 australiens avaient certes besoin de certaines modifications pour être opérationnels au Canada, mais qu’ils représentaient l’option la moins chère pour le gouvernement, contrairement à l’achat des Super Hornet tout neufs.

Des discussions en parallèle demeurent cependant avec Boeing, en ce qui concerne l’achat provisoire envisagé de chasseurs Super Hornet.

Ces discussions se poursuivent ainsi, malgré le fait que le constructeur américain ait récemment obtenu l’augmentation des droits antidumping pour son concurrent canadien Bombardier.

Certains avaient imaginé qu’en raison de cette décision aux conséquences désastreuses pour Bombardier de la part des États-Unis, le Canada laisserait tout simplement tomber l’achat des Super Hornet, par mesure de représailles.

Mais, du côté d’Ottawa, les responsables disent continuer de collaborer avec le gouvernement des États-Unis afin d’examiner toutes les options possibles.

Le département d’État américain avait approuvé la vente potentielle au Canada de 18 avions-chasseurs Super Hornet de Boeing, un contrat estimé à 5,23 milliards de dollars américains.

RCI avec des informations du gouvernement fédéral et de Radio-Canada

À lire aussi :

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*