Netflix affirme que ses investissements au Canada ont suscité «beaucoup d’enthousiasme, des questions et même des théories du complot».PHOTO ARCHIVES, REUTERS et RCI

Netflix affirme que ses investissements au Canada ont suscité «beaucoup d’enthousiasme, des questions et même des théories du complot».PHOTO ARCHIVES, REUTERS

Investissement critiqué de 500 millions : des demi-précisions de Netflix

Dans un communiqué, Netflix affirme vouloir « remettre les pendules à l’heure » au sujet de l’entente d’investissements au Canada révélée il y a près de deux semaines par le gouvernement canadien et qui a suscité beaucoup de questions et même « des théories du complot ».

Rappelons que le Canada s’est entendu avec l’entreprise pour ne pas imposer de taxe de vente aux abonnés de Netflix en échange d’investissements dans la production ciné-visuelle au Canada. Le géant de la diffusion en ligne a obtenu son lot de critiques après cette annonce.

L’entreprise s’est engagée à verser au moins 500 millions de dollars sur cinq ans pour financer des productions canadiennes, mais ni le gouvernement ni l’entreprise n’avaient pu confirmer qu’une partie de cet argent serait consacré à la production de contenu francophone.

La ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly s’était limitée à dire que le plan prévoyait l’injection d’une somme de 25 millions sur cinq ans pour le déploiement d’une « stratégie » pour permettre au géant du divertissement d’« apprendre à connaître davantage le secteur culturel francophone ».

Aura-t-on droit à un House of cards québécois sur Netflix? ( Le Château de cartes au Québec)
Aura-t-on droit à un House of cards québécois sur Netflix? ( Le Château de cartes au Québec) © Netflix

Il ne s’agit pas d’un château de cartes

Dans un communiqué publié sur son site mardi, Netflix confirme que la somme de 500 millions sera utilisée pour différentes activités visant à s’assurer que l’entreprise rejoindra « des communautés de production canadiennes », y compris la communauté francophone. Le service de diffusion en ligne ne donne toutefois pas d’autres précisions quant à la somme qui pourrait être investie spécifiquement pour des productions francophones québécoises.

Netflix Canada a par ailleurs voulu répondre aux critiques sur l’aspect fiscal de ses activités au Canada, assurant n’avoir conclu aucune entente au sujet des taxes. L’entreprise indique ainsi qu’en vertu des lois canadiennes, les services en ligne étrangers ne sont pas tenus de percevoir ni de verser la taxe de vente.

L’entreprise se défend par ailleurs d’avoir obtenu un traitement de faveur, puisqu’aucun service de média en ligne – étranger ou domestique – n’est assujetti à la réglementation traditionnelle, comme des quotas ou des taxes sur le contenu, imposée aux médias radiotélévisés.

- Au Québec, plus de la moitié (53 %) des foyers connectés à Internet sont désormais abonnés à un service payant de visionnement en ligne de films, émissions ou séries sur le web, une augmentation de 13 % par rapport à 2016. 
- Les foyers avec enfants et ceux ayant un revenu supérieur sont plus nombreux à souscrire à un tel abonnement.
- Cette croissance est attribuable essentiellement à Netflix, mais également à Club Illico, qui comptent tous deux plus d’abonnés qu’en 2016. 
- Ainsi, au Québec, les plateformes les plus populaires sont Netflix (33 % des foyers québécois branchés y sont abonnés), Club Illico (19 %) et Extra Tou.tv (4%).
- C'est ce que révèlent les données d'une enquête publiée il y a quelques jours par le CEFRIO, le Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations, à l’aide des technologies de l’information et de la communication

Dans l’actualité
Netflix créera une division canadienne et promet un demi-milliard en contenu canadien
Le gouvernement canadien ne taxera pas Netflix afin de ne pas alourdir le fardeau fiscal des Canadiens.

Mélanie Joly Photo Credit: Radio-Canada/Olivier Niquet

La ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly
Photo Credit: Radio-Canada/Olivier Niquet

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Pas de « taxe Netflix » dans les plans de Trudeau pour dynamiser notre culture – RCI 

Netflix pourrait être frappé par un recours collectif de ses abonnés au Québec – RCI 

Encore une hausse des tarifs de Netflix au Canada pour tous les abonnés – RCI

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, Consommation, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*