Le premier ministre canadien, Justin Trudeau parle au président américain, Donald Trump, qui l’écoute.

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau et le président américain, Donald Trump, lors de leur dernière rencontre à Hamburg en Alemagne en juillet dernier.
Photo Credit: REUTERS/LUDOVIC MARIN/Pool

Visite de Trudeau à Washington sur fond d’inquiétude commerciale

Au moment où le premier ministre canadien Justin Trudeau est à la Maison-Blanche pour rencontrer le président Donald Trump, de nouvelles demandes américaines sont venues frapper les tables de négociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) mercredi. 

En effet, les négociations de l’ALENA vont vraisemblablement ralentir en raison des demandes des États-Unis d’augmenter fortement le contenu nord-américain dans les automobiles, selon des experts en commerce contactés par l’agence de nouvelles Reuters.

M. Trudeau est à Washington pour une réunion avec M. Trump et avec des législateurs américains pour parler de commerce, tandis que des centaines de négociateurs, de représentants du gouvernement et de lobbyistes du Canada, du Mexique et des États-Unis seront à Arlington, en Virginie, pour une autre séance de négociations.

« Nous allons parler de l’ALENA et du fait que [cet accord] a donné lieu à de grandes occasions pour nos citoyens. »Justin Trudeau, lors d'un souper organisé mardi soir par le magazine Fortune en l'honneur des femmes

Il a ajouté qu’il chercherait « des points d’accord » avec le président Trump pour améliorer les résultats pour les deux pays.

Le premier ministre canadien a rencontré tout d’abord mercredi matin des membres de la Commission des voies et moyens de la Chambre des représentants, dont les membres aident les négociateurs des États-Unis à formuler les demandes américaines.

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau parle au président américain, Donald Trump, qui fait une grimace
Le premier ministre canadien, Justin Trudeau et le président américain, Donald Trump, lors de leur dernière rencontre à Hamburg en Alemagne en juillet dernier. © Carlos Barria

Sujets épineux

Les pourparlers de mercredi en Virginie porteront notamment sur les appels d’offres gouvernementaux. Il s’agit d’un sujet épineux, puisque les négociateurs américains ont indiqué lors de la dernière séance de négociations, à Ottawa, qu’ils souhaitent limiter l’accès du Canada et du Mexique aux contrats du gouvernement des États-Unis.

Le président Trump fait de nouvelles menaces de mettre fin à cet accord de 23 ans et la Chambre de commerce des États-Unis a accusé mardi l’administration Trump d’avoir tenté de saboter les pourparlers avec des « propositions de pilules empoisonnées ».

Le ministre mexicain des Affaires étrangères, Luis Videgaray ©REUTERS/Ginette Riquelme

Pour sa part, le ministre mexicain des Affaires étrangères, Luis Videgaray, a de son côté averti que la fin de l’ALENA marquerait un point de rupture dans les relations entre les États-Unis et le Mexique et nuirait à la coopération bilatérale dans les zones non commerciales.

Les pourparlers de Washington promettent d’être difficiles si l’on se base sur les déclarations du représentant du commerce américain, Robert Lighthizer, qui a dit mercredi matin que les pourparlers seraient prolongés de deux jours jusqu’au 17 octobre.

Lighthizer a également déclaré que les trois pays avaient achevé leurs négociations sur la politique de concurrence des entreprises, concluant un accord qui va au-delà des accords commerciaux précédents pour garantir « certains droits et la transparence des lois de la concurrence de chaque pays ».

Les personnes interrogées par Reuters concernant les nouvelles propositions américaines ont déclaré que le représentant américain cherchait à augmenter à 85 % le seuil du contenu nord-américain pour les automobiles et les pièces automobiles avec une exigence spécifique de 50 % pour les États-Unis. Actuellement, le pourcentage exigé de contenu nord-américain est de 62,5 %.

On s’attend à ce que Justin Trudeau, dans sa rencontre avec M. Trump, rappelle au président américain que le Canada est le principal client des exportations des États-Unis, avec un commerce de biens et services bilatéral largement équilibré.

Le Mexique pour sa part, avec des salaires beaucoup plus bas, a attiré les usines automobiles des États-Unis et d’autres fabricants. Cela a entraîné un excédent commercial de 64 milliards de dollars avec les États-Unis l’année dernière. Les responsables de l’administration Trump ont promis de couper ces excédents.

M. Trudeau s’envolera jeudi pour le Mexique, pour sa première visite officielle dans ce pays.

Radio Canada International avec Reuters et La Presse canadienne
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*