Des employés de Bombardier travaillent sur des appareils CS300 de la C Series, le 28 septembre 2017, à l’usine de Mirabel. Photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

Des employés de Bombardier travaillent sur des appareils CS300 de la C Series, le 28 septembre 2017, à l’usine de Mirabel. Photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

Bombardier plus que copilote de la C Series avec l’arrivée d’Airbus

Share

Selon les termes de l’entente, Airbus détiendra 50,01 % des parts dans la fabrication des avions de la C Series, Bombardier 31 % et Investissement Québec (la population québécoise indirectement) 19 %.

Les décisions sur la C Series se prendront à Amsterdam, mais le siège social de Bombardier et la chaîne de fabrication des avions, pouvant transporter de 100 à 150 passagers, s’effectuera toujours dans les installations de la multinationale québécoise, à Mirabel, dans les Laurentides.

L’arrivée d’Airbus entraînera l’avantage stratégique d’une production additionnelle d’avions C Series en sol américain, destinée directement au marché américain, dans une usine d’Airbus à Mobile en Alabama.

Aide-mémoire…
Bombardier est écrasée par une taxe punitive américaine de 219 %
– La relation de bonne entente économique entre le Canada et les États-Unis a été ébranlée et la multinationale canadienne est en état de choc depuis le 26 septembre dernier.
– Washington a imposé des droits compensatoires de 219,63 %, soit presque trois fois plus que les 79,82 % demandés par Boeing.
– En clair, pour se conformer aux nouveaux droits imposés par les États-Unis, Bombardier devrait vendre ses avions trois fois leur prix réel. En pratique, cela lui ferme les portes aux États-Unis.

L’administration de Donald Trump prise à son propre piège?

La décision de Bombardier pourrait éventuellement permettre de contourner les droits imposés aux avions de la C Series au début du mois par le département du Commerce américain.

Le chef de la direction d’Airbus, Tom Enders, soutient qu’un avion produit dans une de ses usines américaines ne serait pas soumis à des droits dans le cadre de l’enquête contre Bombardier en cours aux États-Unis.

« Ça règle le problème de la C Series aux États-Unis, affirme à Radio-Canada l’analyste Daniel Bordeleau, parce que le gouvernement américain ne va pas imposer des droits compensateurs à un avion qui est assemblé en Alabama, c’est sûr. »

La firme spécialisée Aurel BGC affirme que, dans un premier temps, « l’avionneur européen se renforce sur un segment de marché qu’il avait délaissé, celui des moyen-courriers de moins de 140 sièges. Puis, Boeing est pris à son propre piège : le groupe avait tenté de fermer le marché américain à son concurrent du nord et devra maintenant affronter une alliance entre ses deux principaux concurrents ».

L’action d’Airbus a bondi de plus de 2% mardi matin à la Bourse de Paris, dynamisée par l’annonce d’un spectaculaire rapprochement de l’avionneur européen avec le canadien Bombardier dans les avions moyen-courriers.
L’action d’Airbus a bondi de plus de 2% mardi matin à la Bourse de Paris, dynamisée par l’annonce d’un spectaculaire rapprochement de l’avionneur européen avec le canadien Bombardier dans les avions moyen-courriers.

Réactions gouvernementales

Le gouvernement canadien applaudit cette alliance stratégique. Le ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, estime que ce partenariat pourrait aider « à mettre la C Series sur la voie du succès, puisqu’il réunit d’une part l’excellence en innovation, et d’autre part un accès accru au marché ainsi qu’un pouvoir de vente sans précédent ».

Le gouvernement québécois estime que la nouvelle alliance est la « meilleure solution pour assurer l’avenir des 2000 emplois liés à la C Series ». Dominique Anglade, vice-première ministre et ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, se réjouit que la ligne d’assemblage principale soit maintenue au Québec.

L’Irlande du Nord soulagée

Les responsables politiques en Irlande du Nord se félicitent de l’alliance entre Airbus et Bombardier, qui apaise les inquiétudes sur la préservation des emplois nord-irlandais liées au différend avec Boeing.

Bombardier est l’un des principaux employeurs en Irlande du Nord, avec des effectifs de près de 8000 personnes, dont 4200 pour les seules activités aéronautiques, la majeure partie dans son usine de Belfast où sont fabriqués les ailes et des éléments du fuselage de la C Series.

Découvrez :CSeries à Airbus : des syndiqués soulagés, l’opposition déçue

Des syndiqués déplorent la perte d'un joyau de l'aérospatiale canadienne. Photo Credit: SRC

Des syndiqués déplorent la perte d’un joyau de l’aérospatiale canadienne.
Photo Credit: SRC

RCI avec La Presse canadienne, l’Agence France Presse, CBC et Radio-Canada

En complément

L’achat de la C Series par Airbus donne raison à Donald Trump – Radio-Canada 

Bombardier to partner with Airbus on CSeries program – CBC 

Airbus prend le contrôle de la C Series – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*