L’industrie du pétrole au Canada pourrait ressentir les effets néfastes de l’assouplissement du cadre réglementaire aux États-Unis où les investisseurs sont de plus en plus nombreux à investir.
Photo Credit: (Norm Betts/Bloomberg News)

« Secteur énergétique : les États-Unis se tirent d’affaire tandis que le Canada se tire dans le pied » – IEDM

Share

Il est urgent pour le Canada d’agir pour contrer le ralentissement de son secteur énergétique, par rapport à l’envolée observée du côté des États-Unis qui ne cessent d’alléger leurs cadres réglementaires et fiscaux pour attirer toujours plus d’investisseurs.

Les investisseurs délaissent le Canada et l’incertitude plane sur le secteur énergétique

– Germain Belzile, chercheur associé senior IEDM et auteur de la publication.  © IEDM

Selon le Cahier de recherche publié par l’Institut économique de Montréal (IEDM), de sombres perspectives s’annoncent pour le secteur énergétique canadien, qui est pourtant au cœur de la prospérité du pays, avec une production annuelle d’une valeur de 100 milliards de dollars et près de 200 000 emplois.

Germain Belzile, chercheur associé à l’IEDM, qui a signé ce Cahier de recherche intitulé Le secteur pétrolier et gazier canadien en péril? Comment les taxes et la réglementation excessives menacent notre compétitivité, relève que les investissements sont en baisse, autant dans le domaine pétrolier que gazier.

L’abandon du projet de pipeline Énergie Est représente un autre dur coup pour le secteur énergétique national qui risque de connaître une exacerbation de l’érosion de sa compétitivité avec son voisin américain.

«  Nous sommes de moins en moins concurrentiels. Cette année seulement, quatre projets d’envergure d’une valeur totalisant 84 milliards de dollars ont été abandonnés. Les investisseurs boudent le Canada et préfèrent les États-Unis. On prévoit que les investissements aux États-Unis dans le secteur pétrolier et gazier augmenteront de 38 % cette année par rapport à 2016, alors qu’au Canada l’augmentation prévue n’est que de 19 %. » – Germain Belzile, chercheur associé senior et auteur de la publication. 

 Écoutez

L’Oléoduc Énergie Est est un projet de pipeline de 4 600 kilomètres qui transportera, environ 1,1 million de barils de pétrole par jour de l’Alberta et la Saskatchewan vers les raffineries de l’Est du Canada.
L’abandon du projet d’oléoduc Énergie Est, un projet de pipeline de 4 600 kilomètres, qui était censé transporter environ 1,1 million de barils de pétrole par jour de l’Alberta et la Saskatchewan vers les raffineries de l’Est du Canada, représente l’une des principales raisons qui font planer des incertitudes sur le secteur énergétique national. © ICI Radio-Canada

Le cadre réglementaire du Canada moins attrayant pour les investisseurs que celui des États-Unis?

Selon l’IEDM, les États-Unis ont entamé des réformes qui permettent de mettre en place un cadre réglementaire dans le domaine énergétique qui attire davantage les investisseurs étrangers.

Cette politique d’allègement est susceptible de susciter beaucoup d’investissements dans ce secteur, au détriment du Canada, dont les politiques sont jugées désuètes et moins attrayantes.

« Après seulement 10 jours au pouvoir, l’administration Trump avait déjà présenté devant le Congrès 37 résolutions différentes visant l’abolition de dizaines de règlements. C’est beaucoup plus que ce que le Congrès avait entrepris lors de chacun de ses mandats de deux ans sous les présidences Clinton, Bush fils et Obama. Ça montre à quel point il y a urgence pour le Canada d’agir », ajoute M. Belzile. 

L’IEDM estime que le coût de ce fardeau réglementaire sera de 12 à 21 % plus élevé d’ici 2023 en Alberta.

L’Alberta, qui subit d’ores et déjà un ralentissement des investissements, risque de subir encore plus durement les contrecoups de la réforme majeure de la fiscalité des entreprises prévue par les États-Unis.

Urgence d’agir pour le Canada : que faire précisément?

Alors que les États-Unis réduisent leur taux fédéral d’impôt des entreprises de 35 % à 20 %, le Canada devrait opter pour un taux d’impôt proportionnel de 10,5 % pour l’ensemble de ses entreprises, au lieu de réserver ce taux uniquement aux PME, souligne M. Belzile. C’est ce qui lui permettra de conserver son avantage en ce qui a trait au régime fiscal, et d’éviter tout choc.

D’un autre côté, le fédéral et les provinces gagneraient à s’entendre sur les durées maximales d’examen des projets et à mieux circonscrire la notion d’acceptabilité sociale, en limitant notamment les consultations aux communautés qui sont directement touchées par les projets.

C’est en cela que la compétitivité du pays pourrait être rehaussée.

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*