À tour de rôle, les provinces au pays lancent leurs campagnes de vaccination contre la grippe. Celle du Québec sera lancée mercredi et on prévoit la distribution de près de deux millions de doses.

À tour de rôle, les provinces au pays lancent leurs campagnes de vaccination contre la grippe. Celle du Québec sera lancée mercredi et on prévoit la distribution de près de deux millions de doses.
Photo Credit: CP/Fred Chartrand

Vaccin contre la grippe efficace seulement 2 fois sur 5 l’an dernier

Chaque année, environ un Canadien sur dix attrape la grippe et il est responsable de plus de 12 000 visites à l’hôpital et de 3 500 décès.

Des millions de Canadiens reçoivent donc ces jours-ci leur dose annuelle de vaccin pour faire échec à l’influenza cet hiver. Mais cette dose ne sera efficace que dans environ 42 % des cas si on se base sur une analyse portant sur les vaccins qui ont été administrés l’an dernier au Canada.

Si pour les personnes âgées, une réduction de 42% s’avère précieuse et potentiellement vitale, pour les plus jeunes, la nécessité de faire un détour vers une pharmacie ou une clinique pour atténuer de 42 % ses risques de contracter un virus pouvant les forcer au lit de 24 à 72 heures est moins convaincante.

Dans son ensemble, le taux de vaccination contre la grippe au Canada n’est que de 36 %.  C’est la province du Québec qui possède le plus faible taux de vaccination de tout le Canada. Un bon pourcentage de citoyens, de 10 à 20 % selon les études, ne veulent tout simplement pas entendre parler de se faire vacciner contre la grippe.

Quand le vaccin contre la grippe va au-delà de la santé d’un seul individu

La peur des aiguilles...
La peur des aiguilles…

La majorité des personnes qui n’ont pas reçu de vaccin contre la grippe saisonnière s’inquiètent de l’efficacité du vaccin ou elles affirment qu’elles possède un système immunitaire fort et qu’elles ne seront pas touchées par la grippe.

Des raisons morales et religieuses ont également été citées, ainsi que de mauvaises expériences vaccinales dans le passé.

Il y a aussi la peur qu’un vaccin communique la maladie qu’il a été conçu pour éviter. Il y a la peur des aiguilles aussi. 44 % des Québécois par exemple disent qu’ils seraient plus susceptibles de se faire vacciner si les aiguilles étaient plus petites et plus minces. Puis il y a ceux qui soutiennent qu’ils ne se font pas vacciner uniquement parce qu’ils n’en ont pas le temps, ce qui est notamment le cas de 23 % des Québécois.

Or, un certain pourcentage de la population doit être vacciné pour interrompre la propagation du virus et atteindre «l’immunité collective». Pour la grippe, 80% des personnes en bonne santé et 90% des personnes à risque doivent être vaccinées. Or, en Ontario par exemple, à peine un citoyen sur trois se fait vacciner même si le vaccin est gratuit pour tous les citoyens de cette province. Voilà pourquoi la grippe demeure au rendez-vous de tous nos hivers.

Ces Canadiens sceptiques au sujet du vaccin contre la grippe finiraient donc par diminuer son efficacité pour les autres.

Écoutez

Vous sentiriez-vous coupable de ne pas vous faire vacciner?

Malgré les faibles taux relatifs du succès du vaccin contre la grippe, des chercheurs canadiens viennent de révéler à quel point les pressions sociales en faveur de la vaccination sont de plus en plus fortes au Canada lorsqu’elles touchent nos enfants.

Ces chercheurs de l’Université de Guelph et de l’Université de Waterloo en Ontario affirment que notre réponse aux pressions sociétales sur la vaccination aurait ainsi un effet direct sur la propagation des maladies infectieuses pédiatriques dans les zones où l’inoculation n’est pas obligatoire.

 Chris Bauch de la Faculté de mathématiques de Waterloo.

Chris Bauch de la Faculté de mathématiques de Waterloo.

«Si la vaccination n’est pas obligatoire et que la maladie est rare, quelques parents seront tentés d’arrêter de vacciner leurs enfants», a déclaré le professeur Chris Bauch de la Faculté de mathématiques de Waterloo et l’un des auteurs de l’étude. « Évidemment, quand suffisamment de parents ne vaccinent plus, la maladie reviendra.»

Dans la majeure partie de l’Amérique du Nord, la vaccination pédiatrique est obligatoire pour les enfants inscrits dans l’enseignement public. Cependant, le nombre de parents demandant des dérogations à la vaccination pédiatrique est en augmentation.

Selon le professeur Bauch, les pressions sociétales pourraient être harnachées encore davantage par les autorités sanitaires pour éviter les rébellions qui éclatent parfois spontanément parfois dans certaines communautés concernant des initiatives de vaccination populaires, notamment lors des campagnes contre la rougeole.

Le vaccin est fortement recommandé pour les enfants de 6 à 23 mois, les personnes ayant une maladie chronique, les femmes enceintes, et les aînés de 60 ans et plus.

Le saviez-vous?
Les Canadiens font confiance aux vaccins, mais ils doutent de leur science
Un sondage Angus Reid suggérait en 2014 que 9 Canadiens sur 10 estiment que les vaccins sont efficaces, mais 4 sur 10 disent que la science qui les met au monde n’est pas « claire ».
Environ trois quarts des Canadiens sont d’avis aussi que les citoyens qui s’opposent à faire vacciner leurs enfants sont « irresponsables ». Près des deux tiers des répondants (63 %) ont dit que les vaccinations devraient être en fait obligatoires.

La vaccination soulève encore des inquiétudes
La vaccination soulève encore des inquiétudes © ICI Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Sophie-Andrée Blondin, Annie Desrocher, Michel Désautels, et Bis Petitpas de Radio-Canada

En complément

Doit-on se faire vacciner contre la grippe ? – Radio-Canada 

Ces enfants qui meurent faute de vaccins – Radio-Canada 

L’antivaccination et le retour de maladies disparues – Radio-Canada 

Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Science et technologie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*