Toilettes publiques

Toilettes publiques
Photo Credit: IS / Henrik Sadura

Accéder aux toilettes publiques : un droit ou un privilège ?

Chacun a déjà vécu au moins une fois l’expérience fâcheuse d’avoir une envie pressante d’aller aux toilettes et de se heurter à des portes verrouillées, portant l’indication « réservée uniquement aux clients ou au personnel ». L’organisme Crohn et Colite Canada souhaite que cela prenne fin et que les entreprises, petites comme grandes, permettent désormais l’accès à leurs toilettes à toutes les personnes, sans exception, qui en ont besoin.

Un besoin universel

Crohn et Colite Canada défend une idée bien noble. Celle selon laquelle l’accès aux toilettes publiques ne devrait pas être un privilège, mais bel et bien un droit.

L’envie de se soulager est un besoin naturel qui ne choisit ni le jour, ni l’heure, ni l’endroit où elle survient.

En préconisant que toutes les entreprises canadiennes ouvrent leurs toilettes à toutes les personnes qui sont dans le besoin, Crohn et Colite Canada s’attaque à un enjeu majeur pour l’ensemble des Canadiens.

Cette idée gagnerait à se répandre partout dans le monde étant donné qu’il s’agit d’une question d’intérêt humain, donc à portée universelle, car les personnes doivent pouvoir utiliser les toilettes, où qu’elles se trouvent, ici ou ailleurs pendant les déplacements à l’étranger.

Le programme d’accès aux toilettes ALLEZ ICI, offert à l’échelle nationale, comprend une application mobile (Groupe CNW/Crohn’s & Colitis Canada)

ALLEZ ICI : un programme d’accès aux toilettes

En ce mois de sensibilisation à la maladie de Crohn et la Colite, l’organisme de bienfaisance Crohn et Colite présente le programme d’accès aux toilettes ALLEZ ICI.

Il s’agit d’un programme offert à l’échelle nationale, qui comprend une application mobile utilisée sur les appareils à écran tactile iPhone, Android et BlackBerry.

« Maintenant que le programme ALLEZ ICI est implanté à Calgary, nous sommes prêts à le lancer partout au pays. Toutefois, nous avons besoin de soutien pour assurer son succès. C’est pourquoi nous demandons aux entreprises et organismes canadiens d’inscrire leurs toilettes à l’application ALLEZ ICI, et ainsi de contribuer à faire une différence pour les personnes vivant avec la maladie de Crohn ou la colite. Mina Mawani, directrice générale de Crohn et Colite Canada.

Une nécessité vitale pour les personnes souffrant de maladies chroniques

Paul Clément, directeur régional pour le Québec et les provinces de l’Atlantique chez Crohn et Colite Canada. © Crohn et Colite Canada.

Paul Clément est le directeur régional pour le Québec et les provinces de l’Atlantique chez Crohn et Colite Canada.

Dans une entrevue avec Alice Chantal Tchandem, il confie que ce programme est perçu comme une bouée de sauvetage pour les personnes vivant avec la maladie de Crohn et Colite.

Le Canada est un pays où le nombre de cas de maladie de Crohn et de colite est remarquablement élevé et on ignore pourquoi. Un Canadien sur 150 vit avec la maladie de Crohn ou la colite. Il s’agit là d’un taux figurant parmi les plus élevés dans le monde entier. Le nombre d’enfants chez qui on a posé ce diagnostic est plus alarmant encore.

Cette maladie auto-immune est grave, souligne M. Clément, car elle entraine une désorganisation totale de certains organes, à l’instar du tube digestif, ce qui provoque des diarrhées, des saignements et autres douleurs abdominales.

Les malades éprouvent très souvent des envies urgentes d’aller aux toilettes, ce qui peut arriver parfois plus de 20 fois en une journée.

Un tel état préoccupant des faits justifie l’intérêt pour l’organisme Crohn et Colite d’interpeller les entreprises à rendre leurs toilettes accessibles à tous.

Durant les poussées actives de la maladie, lorsque les symptômes sont à paroxysme, certaines personnes ont carrément l’impression de vivre dans la salle de bains. Elles hésitent même à quitter la maison de peur de ne pas trouver de toilettes à temps, au besoin. Notre pays devrait donner l’exemple, en faisant de l’accès aux toilettes un droit humain de base, afin de réduire l’anxiété des millions de personnes aux prises avec des problèmes d’incontinence. Mina Mawani, directrice générale de Crohn et Colite Canada.
Écoutez
Des toilettes accessibles aux personnes transgenres dans une école de Moncton
Les toilettes doivent pouvoir être utilisées par tous. © Radio-Canada / Amélie Gosselin

Les Canadiens et le gouvernement appelés à s’impliquer

L’organisme Crohn et Colite souhaite que le gouvernement fédéral ait un rôle à jouer afin que l’accessibilité aux toilettes publiques soit une réalité au Canada.

Ce rôle est crucial pour les Canadiens souffrant de la maladie de Crhon et Colite, ainsi que d’autres maladies chroniques provoquant chez eux l’incontinence.

Le gouvernement devra notamment rendre les installations des toilettes se trouvant dans ses services disponibles, dans le but de permettre aux patients d’y avoir accès sans une autorisation spéciale.

Les Canadiens ont également un rôle à jouer et ils sont invités à signer une pétition pour signifier leur soutien à cette initiative. De même, les entreprises désireuses d’adhérer au programme ALLEZ ICI doivent contacter l’organisme de bienfaisance.

Les entreprises qui adhérent au programme d’accès aux toilettes ALLEZ ICI s’engagent à permettre aux personnes qui en ont besoin d’utiliser leurs toilettes. L’emplacement de ces entreprises, ainsi que des autres établissements où se trouvent des toilettes publiques, est indiqué dans l’application mobile ALLEZ ICI. Grâce à cette application, les personnes malades peuvent repérer les toilettes les plus proches du lieu où elles se trouvent et elles ont la possibilité de planifier leurs itinéraires en fonction de l’emplacement des toilettes accessibles.

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Accéder aux toilettes publiques : un droit ou un privilège ?
  1. Réjean Pitre dit :

    Bravo pour cette belle initiative. J attend avec empressement cette app.
    Merci!

  2. Marc Lebel dit :

    Quand on m’a refusé l’accès à une toilette publique, j’ai répliqué: mais, madame, c’est pour un besoin privé! La madame m’a laissé entrer.