Lucien Bouchard, Pauline Marois et Bernard Landry - La Presse canadienne

Lucien Bouchard, Pauline Marois et Bernard Landry - La Presse canadienne

Trois ex-premiers ministres réunis 30 ans après la mort de René Lévesque

Trois anciens premiers ministres de la province du Québec, tous d’ex-dirigeants du Parti Québécois comme l’a été René Lévesque de 1968 à 1985 rendaient hommage en milieu de semaine à l’ancien premier ministre René Lévesque décédé en 1987.

Entourés d’anciens collègues et de plusieurs autres partisans et indépendantistes Lucien Bouchard, Pauline Marois et Bernard Landry répondaient à l’invitation de la Fondation René-Lévesque.

Ils ont tour à tour salué son respect des institutions démocratiques, son intelligence, son charisme, son amour de ses concitoyens et son tempérament fonceur.

Témoignages 

Bernard Landry - RC

Bernard Landry – RC

De dire Bernard Landry, premier ministre du Québec de 2001 à 2003, René Lévesque «n’était pas intéressé par l’argent. Il était d’une honnêteté absolue, ce qui, dans le contexte actuel, devrait être une leçon.»

D’ajouter Bernard Landry, «Il était passionné d’économie, mais d’économie collective. Il ne s’est jamais intéressé à ses propres finances. Lui, c’était petite voiture, petits appartements, petit train de vie. Et l’habillage… Modeste, c’est le moins que l’on puisse dire.»

Pauline Marois - RC

Pauline Marois – RC

Pauline Marois, première ministre du Québec, en poste de 2012 à 2014 a fait valoir que M. Lévesque était toujours «habité» par le désir de résultats concrets et qu’il réclamait la même «obsession» de la part de ses ministres : «c’est un grand démocrate, et c’est quelqu’un qui ne voulait pas bousculer son peuple, qui était très respectueux de son peuple. C’était quelqu’un qui croyait à la justice sociale, ça aussi c’est important. Et c’était un homme d’une intégrité absolument exceptionnelle. On devrait toujours être intègre comme lui l’a été, surtout dans les temps un peu troubles que l’on vit maintenant».

Lucien Bouchard - RC

Lucien Bouchard – RC

Lucien Bouchard, premier ministre du Québec de 1996 à 2001 avec le Parti québécois, a déclaré qu’une une partie de la «ferveur» et de l’«engagement collectif» était disparue avec René Lévesque : «René Lévesque a mis sur un piédestal le respect qu’on doit porter à la démarche politique comme telle, a dit M. Bouchard en entrevue. Aujourd’hui, elle est très battue en brèche. (…) La population a perdu beaucoup de respect pour les dirigeants politiques, il y a de moins en moins de gens qui veulent s’y engager, alors que lui croyait à l’engagement. Et ce qu’il nous a laissé, René Lévesque, c’est justement le respect des institutions, et l’idée que ce qu’on peut faire de plus noble, de plus important, c’est de s’engager pour le bien commun. Ce sont des idées qui font un peu rire aujourd’hui. Parler du bien commun aujourd’hui…»

On lui rend hommage à l’Assemblée nationale

Jean-François Lisée - RC

Jean-François Lisée – RC

Plus tôt mercredi, les députés du Parti québécois (PQ) ont aussi rendu hommage à M. Lévesque.

Durant une cérémonie commémorative organisée devant sa statue au-devant de l’Assemblée nationale à Québec, l’actuel chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a salué son ancien compagnon.

«L’extraordinaire volonté politique et la détermination» dont avait dû faire preuve René Lévesque pour «entraîner le Québec dans des changements importants».

François Gendron - RC

François Gendron – RC

François Gendron, doyen de l’Assemblée nationale et député péquiste d’Abitibi-Ouest depuis 1976 (année où le Parti québécois de René Lévesque a pris le pouvoir pour la première fois) ont pour sa part affirmé que M. Lévesque était un homme simple et humble qui était apprécié du public pour sa franchise et son authenticité.

La voix brisée par l’émotion, M. Gendron a qualifié le disparu «d’homme d’exception» et il a soutenu que les Québécois auraient toujours un devoir de mémoire envers ce qu’il a réalisé.

René Lévesque et François Gendron lors de ses début en politique provinciale - RC

René Lévesque et François Gendron lors de ses début en politique provinciale – RC

Lisez la suite…
Découvrez les cinq métiers de René Lévesque décédé il y a 30 ans
Bien que cet homme ait eu une idée fixe dans la vie politique, il a dans les faits connus cinq carrières bien différentes que nous vous faisons découvrir à l’aide de cinq vidéos.

René Lévesque est décédé le 1er novembre 1987, deux ans après avoir quitté la vie politique. Premier ministre du Québec de 1976 à 1985, il a profondément marqué l'histoire du Québec. Le politicien René Lévesque en 1969. Photo Credit: Radio-Canada/André Le Coz

René Lévesque est décédé le 1er novembre 1987, deux ans après avoir quitté la vie politique. Premier ministre du Québec de 1976 à 1985, il a profondément marqué l’histoire du Québec. Le politicien René Lévesque en 1969.
Photo Credit: Radio-Canada/André Le Coz

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Le Parti québécois reconnaît qu’il doit diversifier ses effectifs et son projet de nation – RCI 

Le Parti québécois réussira-t-il à séduire les communautés culturelles? – RCI 

La classe politique québécoise ébranlée par l’arrestation d’un député – RCI 

Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*