Le commissaire de l’Unité permanente anticorruption, Robert Lafrenière

Le commissaire de l’Unité permanente anticorruption, Robert Lafrenière
Photo Credit: PC / Paul Chiasson

Abus de pouvoir de l’Unité permanente anticorruption du Québec?

Le Québec s’est doté il y a quelques années de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) qui, depuis une dizaine de jours, est au cœur d’une tempête politique et médiatique.

Guy Ouellette lors de sa déclaration à l’Assemblée nationale du Québec le 31 octobre 2017 Photo : La Presse canadienne/Jacques Boissinot
Guy Ouellette – Photo : Presse canadienne/Jacques Boissinot

On l’accuse d’abus de pouvoir dans la foulée de l’arrestation de Guy Ouellette, un ancien dirigeant policier et député du gouvernement libéral. Au moment de son arrestation, il militait pour l’adoption d’un projet de loi en faveur d’une surveillance et supervision améliorées des activités de l’UPAC.

En outre, Guy Ouellette enquêtait sur des pratiques de l’UPAC qu’il jugeait douteuses.

Le député a été attiré par les policiers dans un guet-apens, dans un lieu public. Il a ensuite été interrogé pendant de nombreuses heures. À ce jour cependant, il n’a pas été formellement accusé.

Malaise politique par rapport à cette action policière

Le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon
Le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon © PC/Jacques Boissinot

Tant pour ce qui est de la forme que du fond, cette arrestation crée un énorme malaise au sein de l’ensemble de la classe politique québécoise.

Dénonçant les méthodes des enquêteurs de l’UPAC, le président de l’Assemblée nationale Jacques Chagnon a décoché cette flèche : « Qu’on accuse ou qu’on s’excuse ».

Mettant de côté la neutralité parlementaire dont il doit normalement faire preuve, Jacques Chagnon a ajouté que les corps policiers doivent être redevables, sinon on peut craindre les dérives totalitaires.

Cette tirade suggère que l’UPAC est peut-être devenue un État dans l’État.

Écoutez
Interrogé pendant des heures par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) sans faire l’objet d’accusations, le député Guy Ouellette a déclaré, mardi dernier, avoir été «victime d'un coup monté» et qu'on cherchait à l'intimider, lors d'une déclaration solennelle à l’Assemblée nationale. © Photo : La Presse canadienne/Jacques Boissinot

Interrogé pendant des heures par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) sans faire l’objet d’accusations, le député Guy Ouellette a déclaré, mardi dernier, avoir été «victime d’un coup monté» et qu’on cherchait à l’intimider, lors d’une déclaration solennelle à l’Assemblée nationale. © Photo : La Presse canadienne/Jacques Boissinot

L’Unité permanente anticorruption tente de se justifier

Philippe Couillard
Philippe Couillard © La Presse canadienne

La semaine dernière, quelques heures après que le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, eut invité l’UPAC à donner « le plus de précisions possible » sur les circonstances et les motifs de l’arrestation du député, les responsables policiers ont tenu une longue conférence de presse.

Accompagné du directeur des opérations de l’UPAC, l’inspecteur André Boulanger, et du commissaire associé aux vérifications de l’intégrité des entreprises, Marcel Forget, le commissaire Robert Lafrenière a dit avoir la certitude que le Directeur des poursuites criminelles et pénales allait porter des accusations dans cette affaire.

Mais, interrogé à savoir s’il faisait référence à M. Ouellette, le chef de l’UPAC a déclaré : « Ce n’est pas ce que je dis ».

Le chef de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), Robert Lafrenière, nie que son organisation ait commis un geste d'intimidation envers le député Guy Ouellette en l'arrêtant le 25 octobre dernier. Il a aussi nié avoir piégé ce dernier. Photo : The Canadian Press/Ryan Remiorz
Le chef de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), Robert Lafrenière, nie que son organisation ait commis un geste d’intimidation envers le député Guy Ouellette en l’arrêtant le 25 octobre dernier. Il a aussi nié avoir piégé ce dernier. Photo : The Canadian Press/Ryan Remiorz

Une unité policière qui va trop loin?

Les explications de l’UPAC en conférence de presse sur l’absence d’accusations envers le député Guy Ouellette n’ont pas rassuré les élus des différents partis, et un mouvement se dessine maintenant pour augmenter les contrôles de l’État sur l’unité d’enquête policière.

Le gouvernement du Québec se dit « favorable » à l’idée de constituer un comité de surveillance pour « superviser et encadrer » le travail de l’UPAC, comme l’a proposé le parti d’opposition Coalition avenir Québec (CAQ).

Un tel comité de surveillance serait semblable à celui qui encadre le travail de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Martine Biron, Michel C. Auger, Claude Bernachez et Sébastien Bovet de Radio-Canada

En complément

L’UPAC fait de l’intimidation et cherche à me « museler », accuse Guy Ouellette – Radio-Canada 

Affaire Guy Ouellette : l’inverse des droits fondamentaux – Radio-Canada 

L’UPAC aurait piégé Guy Ouellette pour pouvoir l’arrêter – Radio-Canada 

Vers un comité de surveillance pour superviser le travail de l’UPAC – Radio-Canada 

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Abus de pouvoir de l’Unité permanente anticorruption du Québec?
  1. Michel Laporte dit :

    Je pense que si l’ UPAC a besoin d’ un comité de surveillance,,le parti libéral aussi.

  2. Pierre Tremlbay dit :

    Bonjour, je trouve que nos politiciens jouent les vierges offensées. Laissons l’U.P.A.C. travaillé et effectuez leur enquête. Il y a des enquêtes qui prennent des jours, des semaines et d’autres des mois et des années. Attendons patiemment le résultat. Nos politiciens veulent-il devenir juge ou jury.