Élrections municipales au Québec, 5 novembre 2017
Photo Credit: Radio-Canada

Élections municipales au Québec : un 5 novembre prévisible et surprenant à la fois

Share

Ce dimanche 5 novembre 2017 sera à marquer d’une pierre blanche sur l’échiquier municipal au Québec.

Tous les quatre ans se tiennent des élections municipales au Québec. Le prochain rendez-vous sera en novembre 2021.

Cela dit, si plusieurs municipalités n’ont pas connu de campagnes électorales, les maires étant élus par acclamation, cela n’a pas été le cas ailleurs, surtout dans les grandes villes, Montréal (métropole), Québec (capitale), Laval, Longueuil, Trois-Rivières, Sherbrooke, Saguenay et Gatineau.

Montréal

Valérie Plante (Radio-Canada)

C’est un tsunami électoral qui a balayé Montréal ce dimanche. Le maire sortant, Denis Coderre, sollicitait un second mandat, mais c’est plutôt son adversaire, Valérie Plante qui a été élue à la tête de la plus grande ville québécoise, devenant par le fait même la première femme à occuper « officiellement » le poste.

Nous disons officiellement, car, au cours du premier mandat du gouvernement Lévesque à Québec – 1976-1980 –, la ministre de la Condition féminine de l’époque, Lise Payette, avait été mairesse de Montréal à titre honorifique durant une journée. La réalité de Valérie Plante est tout autre.

Denis Coderre, le maire des quatre dernières années a annoncé se retirer de la politique municipale.

Denis Coderre, Valérie Plante (Radio-Canada)

La nouvelle mairesse a les coudées franches : elle a obtenu la majorité au conseil municipal.

Québec

Régis Labeaume, Jean-François Gosselin et Anne Guérette (Radio-Canada)

Si Montréal a connu une décharge électrique, Québec a réélu le maire sortant Régis Labaume avec une autre très forte majorité.

Le chef d’Équipe Labeaume a remporté 55 % des voix exprimées, loin devant ses plus proches poursuivants, Jean-François Gosselin et Anne Guérette.

Laval

Marc Demers (Radio-Canada)

Troisième ville du Québec en ce qui concerne la population, Laval aura connu une campagne à la mairie à sept candidats.

Les Lavallois ont choisi d’accorder un second mandat à Marc Demers, chef du Mouvement lavallois, pour diriger leur ville. Il a obtenu 46 % des voix, loin devant ses principaux adversaires.

Longueuil

Sylvie Parent (Radio-Canada)

De l’autre côté de Montréal, à Longueuil sur la Rive-Sud, l’ex-conseillère Sylvie Parent a gagné en dépassant son adversaire Josée Latendresse par seulement 118 voix. Les deux candidates sont d’anciennes collègues qui étaient conseillères de la mairesse sortante, Caroline Saint-Hilaire, qui quittait la politique municipale, a appuyé Mme Parent.

Avec un résultat aussi serré, on s’attend assurément à un recomptage.

Saguenay

Josée Néron (Radio-Canada)

Après Valérie Plante à Montréal, une autre femme a réussi une grande première, dimanche. Josée Néron est devenue la première mairesse de Saguenay, ville qui était dirigée par Jean Tremblay depuis les fusions, en 2001.

Trois-Rivières

Yves Lévesque (Radio-Canada)

Après 16 ans à la tête de la Ville de Trois-Rivières, Yves Lévesque a été réélu pour un 5e mandat. Il a obtenu 52 % des voix contre 45 % pour Jean-François Aubin et 4 % pour André Bertrand.

Sherbrooke

Steve Lussier (Radio-Canada)

Si nombre de villes et villages ont choisi la stabilité et la continuité, les résultats étaient tout autre à Sherbrooke, métropole de la région de l’Estrie.

Steve Lussier a causé la surprise en devançant largement le maire sortant Bernard Sévigny, aussi président de l’Union des municipalités du Québec.

Il l’a emporté avec 43,5 % des voix contre 32,1 % pour Bernard Sévigny, du Renouveau sherbrookois, et 21,6 % pour Hélène Pigot, de Sherbrooke citoyen.

Gatineau

Maxime Pedneaud-Jobin (Radio-Canada)

Les électeurs de Gatineau ont décidé, dimanche, d’accorder un deuxième mandat au maire sortant et chef d’Équipe Pedneaud-Jobin – Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Brossard

Doreen Assaad © Brossard ensemble

Autre vent de changement qui a soufflé cette fois sur Brossard, une des villes les plus multiethniques du Québec, alors que Doreen Assaad est devenue mairesse.

La Ville de Brossard est secouée depuis deux ans par une crise politique et administrative qui a provoqué le départ d’une dizaine de hauts fonctionnaires ainsi que celui du chef de cabinet du maire Paul Leduc. Trois conseillers municipaux ont aussi quitté le parti de M. Leduc pour rejoindre l’opposition.

Notes d’ensemble

Près de 13 000 femmes et hommes ont brigué l’un des 8 015 postes à la mairie et au conseil.

Ces élections municipales marquent un tournant dans l’histoire municipale, car elles sont les premières à survenir à la suite de la reconnaissance des municipalités comme gouvernements de proximité. Notre rôle au conseil municipal est plus important que jamais. Je félicite tous les nouvelles élues et nouveaux élus. Je tiens également à remercier tous les candidates et candidats pour leur contribution à la démocratie municipale. »
– Alexandre Cusson, premier vice-président de l’UMQ et maire de Drummondville

Plus:

Les municipalités du Québec par population

RCI, RC, DGE

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*