Justin Trudeau est le 1er premier ministre du Canada à participer au défilé de la fierté gaie de Toronto.

Justin Trudeau a été en 2016 le 1er premier ministre du Canada à participer a un défilé de la fierté gaie.
Photo Credit: CBC

Trudeau offrira-t-il plus que des excuses nationales à nos minorités sexuelles?

L’un des trois principaux partis d’opposition au Parlement canadien, le NPD, estime que le gouvernement de Justin Trudeau doit accompagner ses prochaines excuses aux minorités sexuelles de « mesures de réparation » concrètes.

Randall Garrison - NPD

Randall Garrison – NPD

Les excuses officielles que le gouvernement canadien prévoit offrir d’ici la fin de l’année aux minorités sexuelles pour le traitement que certains de leurs membres ont subi pendant des années devraient aussi être l’occasion, selon le NPD, d’effacer le casier judiciaire des personnes qui ont été poursuivies au criminel en raison de leur orientation sexuelle.

Selon le député Randall Garrison du NPD, ces casiers judiciaires restreignent les Canadiens et continuent de leur nuire lorsqu’ils voyagent aux États-Unis, notamment, et lorsqu’ils postulent un emploi ou qu’ils souhaitent faire du bénévolat.

Violence policière en Ontario dans les années 70 contre des manifestants homosexuels. - CBC

Violence policière en Ontario dans les années 70 contre des manifestants homosexuels. – CBC

Aide-mémoire…
Antérieurement aux années 60, l’homosexualité au Canada était un acte criminel passible d’emprisonnement et demeurait dans la clandestinité.
Jusqu’au milieu des années 70, l’homosexualité était considérée comme une maladie mentale au sein de la communauté médicale.
À Montréal, durant les Jeux olympiques d’été de 1976, le maire Jean Drapeau avait lancé une offensive de nettoyage des rues de la ville. On tentait de cacher les taudis, les sans-abri et les bars-saunas gais. Il y a 41 ans, 200 gais avaient ainsi été emprisonnés avant la tenue des JO de Montréal.

En juin 1976, près de 2000 personnes ont participé à la première manifestation homosexuelle de l’histoire du Québec en marchant sur le boulevard Dorchester (aujourd’hui nommé «boulevard René-Lévesque»

En juin 1976, près de 2000 personnes ont participé à la première manifestation homosexuelle de l’histoire du Québec en marchant dans la rue Dorchester (renommée boulevard René-Lévesque en 1987).

Discrimination dans l’armée en fonction de l’homosexualité

Porte-parole néo-démocrate pour les enjeux liés aux minorités sexuelles, Randall Garrison suggère aussi au gouvernement de réviser les états de service des militaires qui ont été injustement exclus des Forces armées canadiennes pour « indignité » à cause de leur homosexualité.

M. Garrison a aussi proposé de restaurer la pension que les vétérans LGBTQ auraient touchée s’ils avaient obtenu une libération honorable des Forces canadiennes.

Réparer tous ces torts exigerait beaucoup d’argent. Or, dans sa plus récente mise à jour économique, le mois dernier, le gouvernement de Justin Trudeau n’a réservé qu’une enveloppe de 4 millions de dollars sur deux ans pour effacer le casier judiciaire des Canadiens reconnus coupables d’homosexualité par le passé.

Le gouvernement affirme vouloir rectifier le tir

 Ralph Goodale
Ralph Goodale © PC/Sean Kilpatrick

À la période de questions, mardi, au Parlement, le ministre canadien de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a indiqué que son gouvernement mène actuellement des consultations auprès de divers groupes représentant les minorités sexuelles afin de trouver la forme appropriée que prendront ces excuses et de déterminer tout autre mesure « pour consolider le message fondamental des droits et libertés dans ce pays ».

Mais il semble que les excuses du gouvernement canadien ne seront pas accompagnées d’indemnités financières, car des actions collectives nationales juridiques sont déjà dans les plans au nom de Canadiens qui ont été limogés de l’armée ou de la fonction publique fédérale en raison de leur orientation sexuelle.

Un avocat de Toronto qui représente plusieurs plaignants, Doug Elliott, se dit toutefois optimiste quant à sa capacité de conclure des ententes à l’amiable.

Découvrez :
Des thérapies pour « convertir » les homosexuels en hétérosexuels sont toujours offertes au Canada
Au Canada, 3 de nos 10 provinces, l’Ontario, le Québec et le Manitoba, ont interdit explicitement ces dernières années ces thérapies dites de conversion ou de réorientation sexuelle. Dans une quatrième province, l’Alberta, un mouvement de contestation prend forme pour les bannir.

Des groupes religieux affirment que l'homosexualité provient de différents facteurs externes qui peuvent tous être corrigés à l'aide de thérapie. Mais ces affirmations ne reposent sur aucune base scientifique. Photo : iStock

Des groupes religieux affirment que l’homosexualité provient de différents facteurs externes qui peuvent tous être corrigés à l’aide de thérapies. Mais ces affirmations ne reposent sur aucune base scientifique. Photo : iStock

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Le tiers des couples de même sexe est marié au Canada – RCI 

Les droits des homosexuels sont devenus un enjeu de politique internationale – RCI 

Le Canada ouvert aux mariages homosexuels bien avant la France – RCI 

.

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*