Arrivée des demandeurs d’asile à Lacolle, à la frontière du Québec avec les États-Unis l'été dernier.

Arrivée des demandeurs d’asile à Lacolle, à la frontière du Québec avec les États-Unis l'été dernier.
Photo Credit: Radio-Canada

Trump retire le statut spécial à 58 000 Haïtiens. À quoi s’attendre au Québec et à la frontière canadienne?

Share

Après le terrible tremblement de terre qui a dévasté Haïti en 2010, ces Haïtiens ont quitté leur île pour trouver refuge aux États-Unis. Le président américain de l’époque, Barack Obama, leur avait alors accordé un statut de protection temporaire. Ce statut, qui leur permettait de vivre et de travailler légalement aux États-Unis, leur sera maintenant retiré.

La question à présent est de savoir si le Canada doit anticiper l’arrivée le long de sa frontière d’une vague d’Haïtiens tentant de trouver refuge ici, et si il est prêt à les recevoir.

La réponse serait non selon certains, pas dans l’immédiat en tout cas. Le statut de protection temporaire a été prolongé une dernière fois jusqu’en juillet 2019 afin de donner un peu de temps en théorie à ces dizaines de milliers d’Haïtiens pour préparer leur retour dans leur pays natal.

Le scénario d’une nouvelle crise migratoire

En pratique pourtant, l’affaire pourrait rapidement dégénérer en une crise migratoire comme celle qui est venue heurter la frontière du Canada l’été dernier.

Des dizaines de tentes avaient été installées pour accueillir des demandeurs d’asile à Saint-Bernard-de-Lacolle au Québec. Photo : Radio-Canada
Des dizaines de tentes avaient été installées pour accueillir des demandeurs d’asile à Saint-Bernard-de-Lacolle au Québec. Photo : Radio-Canada

Rappelons que c’était justement une annonce plus tôt cette année par l’administration Trump du réexamen du statut de ces Haïtiens qui avait entraîné un afflux de milliers de demandeurs d’asile à la frontière entre les États-Unis et le Canada, particulièrement au Québec. La situation avait pris les autorités par surprise.

L’été dernier, quelque 7000 demandeurs d’asile, en majorité des Haïtiens, sont arrivés au Québec en provenance des États-Unis pour réclamer un statut de réfugié.

Cette fois-ci, les ressources nécessaires à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et aux agents frontaliers pour gérer un afflux de demandeurs d’asile seraient en place, de même que des plans d’urgence pour répondre à divers scénarios, selon le ministre fédéral de la Sécurité publique Ralph Goodale.

La frontière au niveau de la province du Québec pourrait être à nouveau dans l’oeil de la tourmente.

Écoutez
Arrivée des demandeurs d’asile à Lacolle, à la frontière du Québec avec les États-Unis l'été dernier.
Arrivée des demandeurs d’asile à Lacolle, à la frontière du Québec avec les États-Unis l’été dernier. © REUTERS/Christinne Muschi

Le Canada n’est pas aussi accueillant qu’on le dit

Un porte-parole du ministère de l’Immigration, Hursh Jaswa, déclare que même si le Canada demeure un pays ouvert et accueillant pour les personnes cherchant refuge, quiconque entre au Canada doit le faire par les voies appropriées.

« Entrer irrégulièrement n’est pas un billet gratuit pour le Canada », déclare Hursh Jaswa.

« Il y a des règles rigoureuses à suivre et le même processus d’évaluation rigoureux s’applique. Ceux qui sont déterminés à être véritablement à risque sont les bienvenus, ceux qui sont déterminés à ne pas avoir besoin de la protection du Canada sont éliminés », a-t-il ajouté.

Pourtant, une annonce récente que le Canada acceptera près d’un million d’immigrants au cours des trois prochaines années a été présentée dans un média haïtien comme une preuve que le Canada ouvrait ses portes à un million d’immigrants dès cette année.

Elle a aussi été relayée comme une preuve de l’accueil probable par le Canada de citoyens d’origine haïtienne vivant aux États-Unis.

Le saviez-vous?
– L’afflux de demandeurs d’asile avait mené l’été dernier à une campagne canadienne auprès des communautés haïtiennes aux États-Unis pour expliquer que contrairement aux croyances, une forte proportion de migrants entrant illégalement au Canada ne serait pas autorisée à rester et qu’il serait déporté aux États-Unis.
– Deux députés libéraux fédéraux se sont rendus à Miami et à New York la semaine dernière et au cours du week-end pour réitérer le message.
– Un troisième député, le Canadien d’origine haïtienne Emmanuel Dubourg, se rend à New York, mardi, pour s’entretenir avec des membres du bureau du maire et des groupes de la diaspora de cette ville.

Emmanuel Dubourg
Emmanuel Dubourg © PC/Fred Chartrand

RCI avec La Presse canadienne et la contribution d’Émilie Dubreuil, Hugo Lavallée, Patrick Masbourian, Mathieu Dion et Alain Gravel de Radio-Canada

En complément

Pourquoi tant d’Haïtiens demandent-ils l’asile au Canada? – Radio-Canada 

Nouvelle mission aux États-Unis pour éviter une vague de demandeurs d’asile – Radio-Canada 

Les avocats en immigration débordés par les demandes d’asile – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*