Photo Credit: Radio-Canada

Le niqab est un message politique plutôt qu’un signe religieux, selon Nadia El-Mabrouk

Cette semaine, Nadia El-Mabrouk signait un papier dans le quotidien montréalais La Presse intitulé Les empoisonneurs du vivre-ensemble.

Dans cette opinion, elle se dit choquée de voir la levée de bouclier pour défendre le niqab après l’adoption par le gouvernement du Québec de la loi 62.

Cette loi encadre le port du voile intégral et stipule, entre autres, que les services publics doivent être reçus à visage découvert.

Selon Mme El-Mabrouk, membre de l’association Pour les droits des femmes du Québec, il faut arrêter d’être coincé sur les replis identitaires ou religieux.

« On ne rapproche pas en parlant de religion, on rapproche en parlant de culture, de musique et de littérature. »

Maryse Jobin s’est entretenue avec Nadia El-Mabrouk, professeur à l’Université de Montréal et membre de l’AQNAL (Association québécoise des Nord-Africains pour la laïcité).

Écoutez
Nadia El-Mabrouk est membre de l’association « Pour les droits des femmes du Québec » et aussi de l’Association québécoise des Nord-Africains pour la laïcité. © Radio-Canada/Tout le monde en parle

Les empoisonneurs du vivre-ensemble (Nadia El-Mabrouk dans le quotidien La Presse)

En complément

Québec : contestation de la loi sur la neutralité religieuse de l’État (RCI)

Loi 62 sur la neutralité religieuse au Québec condamné par l’Ontario (RCI)

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

7 comments on “Le niqab est un message politique plutôt qu’un signe religieux, selon Nadia El-Mabrouk
  1. Pauline Carignan dit :

    Porter le niqab est un comportement anti-démocratique, car la démocratie ne peut s’exercer qu’à visage découvert pour que la confiance mutuelle puisse s’installer et cimenter les relations entre les citoyens.

  2. Léon Khalil dit :

    Je suis en accord avec cette madame que je trouves très courageuse. Bonne chance dans votre démarche.

  3. Jean Thibaudeau dit :

    Même si toutes les religions parlent d’amour et de paix, historiquement, elles ont servi continuellement de prétexte à d’innombrables guerres et massacres. Et je redoute fort que nous nous dirigions présentement vers l’une des pires qui soient.

    • Luc Lemieux dit :

      Monsieur Thibaudeau. Je suis tout à fait en accord avec votre premier énoncé rien de pire que la religion pour partir une chicane en premier, une guerre en deuxième. Et malheureusement je crois que vous avez raison pour la suite des choses, hélas.

  4. Luc le belge dit :

    Un geste politique fort serait de reconnaître à chacune et à chacun le droit de se vêtir comme bon lui semble. J’ai l’impression que nous sommes à des années lumière de ce choix politique pourtant simple. Il est vrai que l’être humain n’a pas son pareil pour ce compliquer la vie … !!!

    • Jean Thibaudeau dit :

      Votre commentaire fait bon marché du message de Nadia El-Mabrouk. Porter un niqab n’est pas une simple affaire de goût personnel, ou de coquetterie. C’est comme porter une pancarte politique. Pour vivre en société avec un minimum d’harmonie, et surtout avec un minimum de capharnaum, nous devons tous renoncer à certaines libertés individuelles. C’est le prix à payer.