Une invention canadienne du début des années 1960 qui devait servir à avaler ses pâtes italiennes.

Une invention canadienne du début des années 1960 qui devait servir à avaler ses pâtes italiennes.
Photo Credit: Photo : Getty/Three Lions/Evans

Quatre inventions d’ici qui ont changé le monde… ou presque

Share

Le carton d’œufs

Jason Reed /Reuters
Jason Reed /Reuters

Il a été inventé par Joseph Coyle en 1911 à Smithers, une petite ville de la Colombie-Britannique. Cet ancien directeur de petit journal voulait résoudre un litige opposant un fermier et un propriétaire d’hôtel de la région à propos du haut niveau de bris des œufs du fermier lors de leur livraison.

Avant cette invention, on plaçait les œufs dans un même panier. La boîte à œufs en carton avec alvéoles fait partie du quotidien dans le monde, mais son inventeur canadien n’a jamais fait fortune avec cette invention.

Le walkie-talkie

Shutterstock / noBorders - Brayd
Shutterstock / noBorders – Brayd

Cet appareil a été inventé vers 1937 par l’ingénieur canadien Donald Hings, expert en communications et géophysique pour la compagnie canadienne Cominco. Au moins 50 000 unités avaient été produites dès 1940 au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ce premier modèle de combat d’une portée d’environ un kilomètre pesait de 15 à 17 kg selon la batterie utilisée. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, 180 000 walkies-talkies avaient été fabriqués par Motorola.

Le nom de « walkie-talkie » date de 1941. Un journaliste apercevant dans la ville de Toronto un soldat portant un de ces émetteurs-récepteurs portatifs lui aurait demandé à quoi servait l’appareil. Le soldat aurait répondu qu’il permettait de parler tout en marchant!

La pile alcaline

Jeff Roberson/Associated Press
Jeff Roberson/Associated Press

Elle a été inventée en 1954 par l’Ontarien Lewis Urry qui était un ingénieur électrochimiste qui a fait ses études de génie chimique à l’Université de Toronto. En 1955, il est parti travailler aux États-Unis au laboratoire de la compagnie Eveready (devenue Energizer en 1980) dans l’Ohio, pour chercher une manière de prolonger la vie des piles de zinc et de carbone, dont la durée limitée était un sérieux inconvénient. Après plusieurs essais, il s’est rendu compte qu’avec le couple zinc/dioxyde de manganèse la pile avait une bien meilleure durée.

On raconte que, pour vendre l’idée à ses chefs, il avait placé sa pile dans une voiture jouet, qu’il avait fait rouler dans la cafétéria, en compétition avec une autre voiture semblable équipée celle-là de piles salines. Il a ainsi démontré que sa nouvelle pile durait plus longtemps.

Le clavier d’ordinateur QWERTY

Getty Images
Getty Images

Le clavier QWERTY a été inventé en 1868 par l’américain Christopher Sholes. On le retrouvait sur les machines à écrire fonctionnant alors avec un système de tiges. Plus de 100 ans plus tard, cette invention a été adaptée par des Québécois à l’ère de l’informatique.

Ce clavier francophone est aujourd’hui le plus utilisé dans la francophonie. Nous donnons plus de détails concernant cette invention à l’un de nos auditeurs au Nicaragua, Edgar Tellez Picado.

Un peu d’histoire…
– Le clavier QWERTY est le premier clavier jamais inventé. Il se trouvait sur les toutes premières machines à écrire manufacturées par l’entreprise américaine Remington à partir de 1873.
– Les légendes urbaines s’accumulent depuis longtemps autour de la disposition particulière des touches sur les claviers QWERTY. Parmi les plus drôles, il y a celle qui veut que l’un des inventeurs du clavier à dactylo, James Daugherty, ait placé côte à côte les dernières lettres de son nom, E-R-T-Y, afin de le taper plus rapidement.
– Une autre légende veut que la disposition de la première ligne « qwerty » ait été choisie afin que toutes les touches nécessaires à l’écriture du mot « typewriter » (« machine à écrire » en anglais) s’y trouvent.

Clavier
© Daniel Thibeault

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*