À l'origine de la famille francophone la plus nombreuse en Amérique du Nord, il n'y a qu'un seul homme, nommé Pierre Tremblay

À l'origine de la famille francophone la plus nombreuse en Amérique du Nord, il n'y a qu'un seul homme, nommé Pierre Tremblay.
Photo Credit: Croisières AML

Quelles sont les origines de tous ces Tremblay que vous rencontrerez à Noël?

Share

Lors de vos soirées de réjouissances et fêtes de familles durant le temps des fêtes au Québec, les chances que vous y rencontriez au moins une personne du nom de famille Tremblay sont d’une sur 93 selon l’Institut de la Statistique du Québec. En comparaison, une personne sur 127 sera un Gagnon et une sur 133 sera un Roy.

Tremblay est le nom de famille le plus répandu au Québec, 1,08% de la population du Québec porte ce célèbre nom, et c’est aussi le nom de famille d’origine française le plus répandu en Amérique du Nord même si ce patronyme a été souvent anglicisé pour devenir Trembley et Trombly par exemple.

Sur les 150 000 Tremblay d’Amérique, 85 000 vivraient au Canada dont 80 000 dans la province du Québec. C’est une popularité étonnante si on la compare aux Smith qui forment 1,01% de la population américaine, mais moins importante si on les compare aux Garcia de 3,3% des Espagnols, ou des 7,9% de Li (Lee) en Chine.

Un auditeur en France nous demande de lui expliquer les origines de cette popularité des Tremblay en Amérique du Nord.

Écoutez

Le saviez-vous?
– Un tremblay est un lieu planté de trembles (variétés de peupliers). Le nom a produit les variantes suivantes au Québec : Tremblais, Tremblet et Trembley.

Monument en l’honneur de la terre ancestrale des Tremblay, à L’Ange-Gardien, au Québec.
Monument en l’honneur de la terre ancestrale des Tremblay, à L’Ange-Gardien, au Québec. © Jacques Noel

En complément

L’association des Tremblay d’Amérique 

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Monument en l’honneur de la terre ancestrale des Tremblay, à L’Ange-Gardien, au Québec.
Monument en l’honneur de la terre ancestrale des Tremblay, à L’Ange-Gardien, au Québec. © Jacques Noel
Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

5 comments on “Quelles sont les origines de tous ces Tremblay que vous rencontrerez à Noël?
  1. Anne Villeneuve dit :

    Et les Du Tremblay? à Roberval, Trois-Rivière et Montréal je crois. Pourquoi et à quel moment se sont-ils affublés de cette particule? Je n’ai jamais réussi à trouver la réponse. Mon arrière grand-mère de Roberval s’appelait Du Tremblay. Si je remonte au premier ancêtre français, il s’appelait Pierre Tremblay. Ma seule hypothèse c’est qu’il tirait du grand comme on disait dans le temps.

    • SCHOLL Patrick dit :

      A l’origine de la famille TREMBLAY (Randonnai / Irai dans le Perche ) le patronyme était TREMBLAY (sans jamais de particule). On est alors en 1450.

      Une des branches (la plus riche) furent les Maîtres de Forge et propriétaires de nombreuses terres dans la région (6 générations), on les appelait les Sieur de Gaillon. L’un d’eux (Nicolas en 1657) « acheta » une charge de conseiller-secrétaire du Roi, faisant ainsi entrer sa famille dans la noblesse, la particule « du » leur fut attribué.

      Plus tard (vers 1715) par le remariage de leur mère (veuve d’un du Tremblay), avec un autre noble de la région, ils acquirent par leg (le second mariage n’eut pas de descendance masculine). Ils se firent appeler « du Tremblay de Bellegarde ». Malheureusement ils n’eurent eux pas non plus de descendance, et le nom des du Tremblay s’est éteint en 1769.

      L’autre branche (celle dont est issue Pierre Tremblay), dite la pauvre n’a jamais « porté » la particule « du »….Et pourtant c’est celle qui a eu le plus de descendant (chez vous chers amis Québécois).

      Un passionné de l’histoire de Randonnai

  2. Serge dit :

    Si on faisait une analyse ADN de tout le monde en amérique, y aurait-il encore plus de descendants de Pierre Tremblay? Avons-nous tous un petit Tremblay en nous comme nous avons un petit néandertal?

    • DC dit :

      On ne parle dans cet article que des descendants(es) patronymiques (i.e. Tremblay) de ce couple fondateur (lignées de père en fils). Six de leurs filles et quatre de leurs fils ont pourtant laissé des descendants. Ex. Je descends de leur fille Jeanne mariée à Antoine Perron. Mon ancêtre matrilinéaire (ma lignée de mère en fille) est Ozanne Achon, épouse de Pierre Tremblay et mère de Jeanne. Dans une lignée matrilinéaire, le patronyme change de génération en génération puisque les enfants portent généralement le nom du père (ex. Perron à la 2e génération). De plus, il y a leurs descendants(es) non-patronymiques nés de lignées alternant homme-femme, ex. de père en fils en fille en fils en fille en fille en fils, en fille, etc. En résumé, ce couple fondateur a bien plus de descendants(es) que ce qu’on dit, au Québec, en Amérique et ailleurs dans le monde.

      En passant, la signature ADN de Pierre Tremblay serait : ADNy/yDNA prédit (lignée par les hommes – descendance only) : Haplogroupe selon SNP : R-M269→SRY2627
      Source : http://www.francogene.com/genealogie-quebec-genealogy/024/024833.php