Les hallacas, ces crêpes vénézuéliennes farcies de viandes et de légumes, sont servies traditionnellement à Noël. Vidéo: Marie-Claude Simard, animation:Er Shen

Cuisine Je me souviens – Les hallacas en fête!

Share

Chez Andrés Medina et Denyse Panet-Raymond, ça sent Noël dès le début de décembre. Mais ce n’est ni l’odeur de sapin ni celle de dinde rôtie qui embaument leur maison de Laval, en banlieue de Montréal. C’est celle de la feuille de bananier, un élément clef dans la confection des hallacas, le mets traditionnel de Noël par excellence au Venezuela.

Andrés Medina, André-Nicolas Medina, Denyse Panet-Raymond et Arianne Medina reçoivent amis et proches chaque année pour la confection des hallacas, un mets vénézuélien de Noël. Photo: Marie-Claude Simard/RCI

Ces crêpes de maïs farcies de viandes et de légumes, puis bouillies, enveloppées dans une feuille de bananier, sont alléchantes lorsqu’elles aboutissent dans l’assiette le 25 décembre. Mais leur préparation nécessite beaucoup d’effort, mobilisant amis et proches pendant une journée entière quelques semaines avant Noël, précisément le 9 décembre, cette année, chez les Medina-Panet-Raymond. RCI y était.

Et c’est justement ces grands rassemblements conviviaux, bien arroser de vin et de rhum, où tout le monde s’affaire à rouler, garnir, envelopper et ficeler les hallacas qui donne à ce mets un caractère festif et en font le plat marquant de la jeunesse d’Andrés.

« J’adore cette partie de Noël, les hallacas! L’ingrédient principal? C’est la musique, et l’alcool bien sûr! Le rhum! » – Andrés Medina

Andrés Medina s’occupe de la préparation des feuilles de bananiers en vue de la confection des hallacas. © Marie-Claude Simard/RCI

Andres décrit avec une joie contagieuse le temps des hallacas de son enfance, l’ambiance chaleureuse des réunions familiales et l’effervescence du marché de Caracas où ses parents l’envoyaient pour acheter les ingrédients.

« On adorait aller là-bas. Tout était prêt à acheter pour confectionner les hallacas. C’était vraiment génial, car il y avait plein de monde. On adorait le brouhaha », explique le mécanicien aéronautique.

Écoutez Andrés nous parler des hallacas, avec sa conjointe Denyse Panet-Raymond et son fils André-Nicolas Medina.

(Vidéo: Marie-Claude Simard/RCI)

Perpétuer la tradition

Le couple s’est marié en 1988 au Vénézuéla où leur deux enfants, André-Nicolas et Arianne, sont nés. La famille est venue s’établir définitivement au Québec en 1995.

« C’était important de continuer cette tradition-là pour les enfants et garder bien vivantes les racines de chez les grands-parents » – Denyse Panet-Raymond

Voici comment assembler les hallacas. Un cours accéléré!

(Vidéo: Marie-Claude Simard/RCI)

Un chantier festif

Andrés explique que les hommes et les femmes ont traditionnellement leurs tâches spécifiques. D’un côté, les femmes s’occupent du ragoût, des légumes, et de la pâte. Puis, toute la journée, elles roulent les hallacas.

« En fait elles font tout! », lance en riant André-Nicolas, le fils du couple, lui-même chef cuisinier.

D’autre part, les hommes s’occupent… de l’alcool, et de préparer les feuilles de bananiers. D’ailleurs, en ce jour de fabrication intensive dans la demeure de la famille lavalloise, Andrés passe une bonne partie de la journée au sous-sol à s’occuper de la sélection des feuilles de bananier qui serviront à la confection d’environ 200 hallacas. Il les lave à l’eau et au vinaigre et les coupe de différentes grandeurs.

Denyse Panet-Raymond montre à ses invitées comment assembler les hallacas. D’abord il faut imperméabiliser la feuille. © Marie-Claude Simard/RCI

Les femmes à l’œuvre!

Les invitées écoutent attentivement les directives de Denyse avant de se mettre à l’oeuvre.

« D’abord, il faut imperméabiliser la feuille avec l’huile et l’onoto », dit-elle. L’onoto est un arbuste d’Amérique du Sud qui, mélangé à l’huile, lui donne une couleur oranger.

Ensuite, il faut étendre la pâte sur la feuille et y déposer la garniture. S’empilent alors au centre de la crêpe du ragoût de boeuf et de porc, un morceau de dinde, une tranche de bacon, des oignons, quelques câpres, du  piment rouge deux amandes, deux olives et quelques raisins ayant mariné dans le vin.

Les volontaires se succèdent autour de la table et le chantier se poursuit jusqu’au soir. © Denyse Panet-Raymond

« Quiero un blanquito!»

Après la confection des premières hallacas, l’atmosphère se détend.

« Quiero un blanquito! (je prendrais un petit verre de blanc) », demande poliment une invitée.

Peu à peu, les hallacas s’accumulent joyeusement au bout de la table où André-Nicolas les ficelle avec la virtuosité d’un boucher. Elles seront ensuite bouillies pendant environ 75 minutes.

Les âmes aidantes se succèdent en différent quart de travail et le chantier se poursuit jusqu’au soir. Finalement, quelques hallacas cuites sont partagées en dégustation. Quel délice!

Les premières hallacas sont prêtes à être dégustées. Photo: Marie-Claude Simard/RCI

La chronique Cuisine Je me souviens va à la rencontre de gens qui nous font découvrir un plat marquant de leur enfance et nous parlent des souvenirs qui y sont rattachés.

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

4 comments on “Cuisine Je me souviens – Les hallacas en fête!
  1. Claude Panet-Raymond dit :

    Finalement eu la chance de regarder to topo. Brillant. C’a me donne la faim. C’est l’fun de vous voir a l’ecran.

  2. monique Leclerc dit :

    Merveilleux reportage plein d’affection pour une autre culture. Quelle belle idée de partage en ce temps des Fêtes. Un vidéo qui donne des idées au coeur. L’an prochain, je m’improviserai vénézuélienne et me lancerai dans la confection de ces sympathiques hallacas. Il faut rêver. Bravo pour ce sourire gastronomique de Noël.

  3. nancy de Medina dit :

    Excelente programa. Muy didáctico. Me encantó ver nuevamente a la familia reunida y realizando las tradicionales hayacas, nuestra Felicitaciones a tan bella familia. Los adoro. ¡Feliz navidad y Feliz año! Un besote a todos. Que la suerte les acompañe siempre, éxito y muchísima salud. Nancy y Arístides.

  4. Josée Panet-Raymond dit :

    Excellent reportage. Très sympathique. Merci de nous faire découvrir des traditions venues d’ailleurs.
    Les hallacas, c’est une fête de les préparer autant que de les manger !