La clinique mobile de la SPCA, en Nouvelle-Écosse.

Face à la surpopulation de chats au Canada, le recours à la stérilisation et à la castration est préconisé par les organismes de protection des animaux.
Photo Credit: Radio-Canada

Trop de chats au Canada ? La stérilisation massive est suggérée

Share

Une nouvelle étude sur la surpopulation des chats au Canada indique que plus d’animaux domestiques sont stérilisés pour réduire les portées indésirables, mais qu’il y a toujours plus de chats que de personnes désireuses de les héberger.

Le rapport de la Fédération canadienne des sociétés protectrices des animaux recommande d’en faire plus pour encourager la castration et la stérilisation, même pour les chatons âgés de six semaines seulement. « La surpopulation des chats continue de poser un  défi  pour les communautés à travers le Canada », indique le rapport publié jeudi.

« Il y a toujours deux fois plus de chats admis dans les refuges que de chiens et la proportion de chats qui sont juvéniles est deux fois plus élevée que celle des chiens, ce qui montre le problème persistant des portées indésirables »

Des chats sont en attente d’adoption.
Bon nombre de chats au Canada finissent leurs jours dans des refuges. © Mireille Chayer

Le rapport est une mise à jour d’une étude similaire réalisée il y a cinq ans. Il comprend les résultats d’un sondage d’Ipsos mené en mai dernier. Les nouveaux résultats indiquent que plus de chats sont adoptés. Moins de chats sont abattus et plus de chats perdus retrouvent  leurs propriétaires. De moins en moins de Canadiens laissent leurs chats errer à l’extérieur, sans surveillance, où ils risquent d’être percutés par des véhicules ou se battre avec d’autres chats et animaux.

Trop de chats au Canada

 rci-hunane
Barbara Cartwright, PDG de la Fédération canadienne des sociétés protectrices des animaux ©  CFHS

Autre donnée importante : le nombre de chats qui arrivent dans des refuges déjà stérilisés est en hausse et d’autres sont stérilisés par des organismes de protection des animaux. Mais le rapport indique qu’il y a encore trop de chats et cela ne changera pas à moins que les taux de stérilisation et de castration s’améliorent.

« La bonne nouvelle est que nous avons fait des pas de géant dans le bien-être des chats depuis 2012 », observe Barbara Cartwright, PDG de la fédération.  « La mauvaise nouvelle, c’est que cela n’arrive pas assez rapidement pour surmonter la crise de la surpopulation des chats au Canada. » Le rapport note qu’il y a environ 9,3 millions de chats au Canada. Mais pour une raison quelconque, les chats ne reçoivent pas le même soin et la même considération que leurs homologues canins.

Les mal-aimés

Toolika Rastogi, responsable de la politique et de la recherche de la fédération, note pour sa part que  d’aucuns considèrent les chats comme des biens  jetables. Est-ce peut-être parce que ces chats ont été obtenus gratuitement d’un parent ou d’un voisin?  Les chattes sont également plus fertiles que les chiennes et peuvent devenir enceintes à un plus jeune âge.

«Nous avons les chats qui sont les animaux les plus populaires chez les Canadiens, étant suivis de très près par les chiens, et pourtant ils sont confrontés à beaucoup plus de difficultés», se désole-t-elle. La surpopulation crée d’autres problèmes. Les chats peuvent languir dans les refuges trop longtemps en attente d’adoption, les rendant plus sujettes aux maladies liées au stress.

Les chats et les chiens n’ont pas la même relation à la nourriture.
Les chats ne reçoivent pas la même attention et le même amour de la part de leurs propriétaires que les chiens. © iStock

Les municipalités devraient en faire plus

Mme  Rastogi constate que l’amélioration des taux de stérilisation des chats est le résultat direct du travail des organisations de protection des animaux faisant de la castration et de la stérilisation une priorité. Plus de travail est en cours, y compris la création d’unités mobiles pouvant s’occuper des animaux dans des endroits éloignés.

L’étude note que seulement environ 19% des municipalités qui ont répondu à l’enquête ont des politiques de stérilisation ou de castration. Le rapport recommande aux communautés de promouvoir la stérilisation des chats et offre des incitatifs pour que la procédure se fasse gratuitement  ou à moindre coût. Pour Toolika Rastogi Rastogi, si davantage de municipalités canadiennes imitent ce que font les organismes de protection des animaux, les taux de stérilisation vont  s’améliorer.

(Avec Canadian Press)

Lire aussi

« Une journée unique, dédiée exclusivement aux chats! » – Mondou

Les vétérinaires canadiens resserrent les crocs contre le dégriffage des chats

Share
Mots-clés :
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Trop de chats au Canada ? La stérilisation massive est suggérée»
  1. danielle garceau dit :

    il faudrait aussi obliger les animaleries a vendre des chats qui sont stérilisés et les municipalités qui font affaire avec les refuges devraient aussi offrir la stérilisation a moindre coût. Exception pour les animaux de races les éleveurs qui vendent doivent aussi faire stériliser les rejetons a moins qu’ils soient vendus pour la reproduction de la race.