L’envoi de messages textes au volant est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 1000 $ et deux points d’inaptitude en Ontario.

L’envoi de messages textes au volant est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 1000 $ et deux points d’inaptitude en Ontario.
Photo Credit: Michel Aspirot

Distractions au volant : de mal en pis au Canada

Share

Les Canadiens ont décidément du mal à se passer de leur portable, même quand ils conduisent. Un nouveau sondage, repris par la Presse Canadienne, indique qu’une majorité de Canadiens estiment que le problème des textos au volant s’aggrave, malgré la surveillance policière et les nombreuses campagnes de sensibilisation.

Le sondage réalisé en novembre par l’Association canadienne des automobilistes (CAA) révèle que  plus de 8 Canadiens sur 10 (83 %) soutiennent  que l’envoi de messages textes au volant est un problème plus grave qu’il y a trois ans.

Selon l’enquête, 96 % des répondants affirment que les automobilistes qui envoient des textos en conduisant représentent une menace pour la sécurité sur les routes et que c’est une préoccupation aussi grande que la conduite en état d’ébriété.

Selon la Prese Canadienne, CAA affirme également que d’autres formes de distraction inquiètent de plus en plus les répondants: l’envoi de courriels en conduisant, les automobilistes qui parlent au téléphone cellulaire et ceux qui parlent ou interagissent avec les technologies intégrées aux véhicules.

« En dépit des lois contre les textos au volant adoptées par toutes les provinces et des campagnes de sensibilisation étalées sur plusieurs années, les conducteurs ne semblent toujours pas comprendre le message », note le directeur de la stratégie de la CAA, Jeff Walker.

« Les études démontrent qu’une personne qui envoie un texto au volant a 23 fois plus de chances d’avoir une collision, ajoute-t-il. Nous devons tous impérativement déposer nos appareils et nous concentrer sur la route. »

Le sondage non probabiliste a été mené auprès de 2003 Canadiens.  Sa marge d’erreur est de plus ou moins 2,19%,19 fois sur 20.

Nouvelles amendes pour distraction au volant qui entrent en vigueur aujourd’hui en Ontario
L’Ontario est la province canadienne la plus sévère en matière de distraction au volant. © Ministère des Transports/Radio-Canada

Sévérité inégale

La distraction au volant n’est pas sanctionnée de la même manière dans les provinces canadiennes. Certaines sont plus sévères que d’autres. Tour d’horizon.

  • Alberta
    Amende : 250 $. Points d’inaptitude : 3. Avant que le projet de loi 204 ne soit adopté au mois de mars 2015, aucun point d’inaptitude n’était inscrit au dossier des conducteurs fautifs.
  • Colombie-Britannique
    Amende : 167 $. Points d’inaptitude : 3. En vigueur depuis le mois de février 2010.
  • Île-du-Prince-Édouard
    Amende : 250 $ à 400 $. Points d’inaptitude : 3. En vigueur depuis le mois de janvier 2010.
  • Manitoba
    Amende : 200 $. Points d’inaptitude : 5. En vigueur depuis le mois de juillet 2015 (le nombre de points a augmenté).
  • Nouveau-Brunswick
    Amende : 172,50 $. Points d’inaptitude : 3. En vigueur depuis le mois de juin 2011. Cette province fut l’une des dernières à sanctionner l’utilisation du téléphone cellulaire au volant.
  • Nouvelle-Écosse
    Amende : 233,95 $ (1re offense), 348,95 $ (2e offense) et 578,95 $ (offenses suivantes). Points d’inaptitude : 4. En vigueur depuis le mois de février 2015.
  • Ontario
    Amende : 490 $ à 1 000 $. Points d’inaptitude : 3. Ces pénalités révisées, sont en vigueur depuis 2015, Elles font de l’Ontario la province la plus sévère en la matière.
  • Québec
    Amende : 80 $ à 100 $. Points d’inaptitude : 4. En vigueur depuis le mois d’avril 2015 (le nombre de points a augmenté).
  • Saskatchewan
    Amende : 280 $. Points d’inaptitude : 4. En vigueur depuis le mois de janvier 2010.
  • Terre-Neuve-et-Labrador
    Amende : 100 $ à 400 $. Points d’inaptitude : 4. En vigueur depuis le mois d’avril 2010.
  • Territoires
    Yukon : amende de 250 $ et 3 points d’inaptitude. Territoires du Nord-Ouest : amende de 322 $ et 3 points d’inaptitude (le montant a presque triplé en deux ans). Au Nunavut, aucune sanction n’a encore été prévue par la loi..

(Source : Autonet)

L’utilisation d’un téléphone cellulaire au volant au Manitoba est passible d’une amende de 200 $ et de cinq points d’inaptitude à compter du 1er juillet.
L’utilisation d’un téléphone cellulaire au volant est une cause majeure d’accidents au Canada. © Michel Aspirot

Texter au volant

  • En textant au volant, on est 23 fois plus susceptible d’être impliqués dans une collision ou une quasi-collision que si l’on est attentif. (Virginia Tech Transportation Institute, 2010)
  • Prendre 5 secondes pour lire un texto à 90 km/h, c’est l’équivalent du parcours de la longueur d’un terrain de football les yeux bandés.
  • Près de 26 % des accidents de voiture sont causés par l’utilisation du téléphone, y compris avec la fonction mains libres. (National Safety Council)
  • Les conducteurs qui utilisent leur téléphone au volant ne voient que 50 % de l’information présente dans leur environnement de conduite. (National Safety Council, 2012)

Distraction au volant

  • Les conducteurs distraits seraient en cause, d’une façon ou d’une autre, dans 80 % des collisions et 65 % des quasi-collisions. (National Highway Traffic Safety Administration, 2010)
  • En Amérique du Nord, la distraction au volant est en cause dans près de 4 millions de collisions impliquant des véhicules automobiles chaque année. (GRC, 2014)
  • 10 % des collisions mortelles, 18 % des collisions entraînant des blessures et 16 % des accidents de la route rapportés à la police sont causés, entièrement ou partiellement, par la distraction au volant. (National Highway Safety Administration, 2015)
  • La distraction est un facteur dans près de 60 % des accidents de la route de gravité moyenne à élevée qui impliquent des adolescents. (AAA Foundation for Traffic Safety, 2015)
  • Près de la moitié des personnes tuées dans des collisions causées par des adolescents distraits (15 à 19 ans) sont elles-mêmes adolescentes. (National Highway Traffic Safety Administration, 2013)

La distraction est l’une des principales causes d’accident au Québec

  • 52 % des conducteurs avouent qu’il leur arrive de parler au téléphone en conduisant
  • 27 % d’entre eux reconnaissent le faire assez ou très souvent
  • 11 % le font uniquement avec un appareil tenu dans leur main
  • 74 % le font avec un système mains libres
  • 23 % des conducteurs admettent qu’ils écrivent ou lisent des textos au volant
  • Parmi eux, 29 % le font assez ou très souvent

(Source :  Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ)

L’économie et la distraction au volant

  • Les pertes économiques entraînées par la perte de productivité et les coûts des soins de santé découlant des accidents de la route totalisent au moins 10 milliards de dollars. Cela représente près d’un pourcent du PIB canadien! (Gouvernement du Canada)
  • On estime que les conséquences économiques et sociales des collisions routières au Canada se chiffrent à 25 milliards de dollars par an, incluant les coûts directs et indirects, sans compter la douleur et la souffrance encourues. (Traffic Injury Research Foundation)

Lire aussi

« Ne pas déranger, je conduis », la nouvelle option de votre iPhone

Cellulaire au volant : amendes salées, points d’inaptitude ou quoi d’autre?

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Économie, Internet et technologies, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*