La toute première équipe de hockey féminin de l’Inde.
Photo Credit: LWIHF - Ladakh Women Ice Hockey Foundation

Le hockey féminin au pied de l’Himalaya reçoit conseils et équipements de deux légendes canadiennes de ce sport

Share

Dans un sens, cette histoire se décline dans la section « donnez au suivant ».

L’Himalaya, que l’on peut traduire par « demeure des neiges », est un ensemble de chaînes de montagnes de plus de 2400 km de longueur sur 250 à 400 km en largeur. Ces montagnes séparent le sous-continent indien du plateau tibétain.

Qui dit neige, froid et glace pourrait s’imaginer que des sports d’hiver s’y pratiquent.

Vrai qu’il y a l’alpinisme, activité hautement médiatisée et lucrative. Activité de dépassement de soi qui amène son lot de conséquences : danger, pertes de vie et les terribles déchets laissés sur les flancs des montagnes et dans les camps de base.

Le ski en est à ses premières timides descentes. Le Cachemire aimerait développer cette activité. Une station de ski alpin, Gulmarg, offre des pentes magistrales et des vues à couper le souffle.

Mais, comme le Cachemire est une région politiquement revendiquée par le Pakistan et par l’Inde, les patrouilles militaires y sont très présentes.

Et le hockey?

Nous y voilà.

Presque tous les matins d’hiver, dans cette région du nord de l’Inde où le mercure tutoie allègrement les -30, une équipe de hockey de jeunes filles et femmes se lance dans une session quotidienne de patin, sur un lac gelé.

Voici la toute première équipe indienne de hockey féminin, une équipe qui, jusqu’à l’année dernière, était inconnue.

Une vidéo, devenue virale en très peu de temps, a changé la donne.

Donner au suivant!

Deux grandes vedettes canadiennes du hockey ont décidé de venir en aide à ces jeunes femmes passionnées par le sport qui les unit même si elles sont si éloignées.

Hayley Wickenheiser (Winsport, Markin MacPhail Centre,Calgary)

Hayley Wickenheiser, membre de l’équipe canadienne gagnante d’une médaille d’argent (JO de Nagano 1998) et de médailles d’or (JO de Salt Lake City 2002, JO de Turin 2006, JO de Vancouver 2010, JO de Sotchi 2014), et Andrew Ference, ancien joueur des Bruins de Boston lors de la conquête de la Coupe Stanley en 2013, font partie d’un groupe de 13 personnes qui se rendent à Ladakh, à la rencontre de l’équipe indienne de hockey féminin.

Andrew Ferrence a joué plus de six ans avec les Bruins de Boston, équipe avec laquelle il a gagné la Coupe Stanley. (Elsa/Getty Images)

Ils sont partis de Vancouver, jeudi matin, en route vers New Delhi avec une soixantaine de sacs d’équipement de hockey.

Cette visite s’inscrit dans un processus de préparation de l’équipe au tournoi de novembre prochain, le Wickenheiser World Female Hockey Festival, qui se déroulera à Calgary en Alberta.

Le Wickenheiser World Female Hockey Festival se déroulera à Calgary en Alberta en novembre prochain.

L’équipement emporté aux pieds de l’Himalaya provient de dons de l’Association des joueurs professionnels de la Ligue nationale et de plusieurs associations amateurs d’un peu partout au Canada.

Et cette vidéo?

La voici :

Plus:

Diplôme honorifique pour l’étoile du hockey féminin Haley Wickenheiser (Radio Canada International)

Le hockey, un puissant liant culturel (Radio Canada International)

L’intégration par le hockey (Radio Canada International)

RCI, CP, CBC, YouTube

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*