Toronto : un homme arrêté, et la thèse d’un tueur en série est évoquée
Bruce McCarthur - Présumé tieur en série. Facebook

Bruce McCarthur - Présumé tieur en série. Facebook

Toronto : un homme arrêté, et la thèse d’un tueur en série est évoquée

Share

Quelques mois après avoir minimisé les craintes sur la présence possible d’un tueur en série dans le village gai de Toronto, la police a affirmé jeudi avoir arrêté un homme et croire qu’il pourrait être responsable des morts présumées d’au moins deux hommes disparus dans le quartier.

Bruce McArthur, travailleur indépendant de Toronto âgé de 66 ans, a été accusé de deux chefs d'accusation de meurtre au premier degré. McArthur, identifié par des amis, a été arrêté jeudi matin. (BRUCE MCARTHUR / FACEBOOK)

Bruce McArthur, travailleur indépendant de Toronto âgé de 66 ans, a été accusé de deux chefs d’accusation de meurtre au premier degré. McArthur, identifié par des amis, a été arrêté jeudi matin. (BRUCE MCARTHUR / FACEBOOK)

Bruce McArthur a été arrêté jeudi et accusé de meurtre au premier degré en lien avec les morts présumées de Selim Esen et d’Andrew Kinsman, tous les deux portés disparus du secteur des rues Church et Wellesley à des moments distincts l’an dernier.

L’enquêteur Hank Idsinga affirme que la police estime que le Torontois serait responsable de la mort d’autres hommes n’ayant pas encore été identifiés.

Des membres de la communauté LGBT avaient exprimé des inquiétudes et avaient réclamé des réponses l’an dernier à la lumière d’une série de disparitions jugées suspectes. Les enquêteurs s’étaient alors faits rassurants, affirmant à ce moment-là ne pas avoir de raison de croire que la disparition de deux hommes soit reliée à un tueur en série ou à un prédateur ciblant des hommes par l’entremise d’une application de rencontres amoureuses.

Un peu plus tard, en décembre, la police avait cependant prévenu les gens d’être prudents dans l’utilisation de telles applications.

Selim Esen, à gauche, et Andrew Kinsman ont disparu depuis l'année dernière. (POLICE DE TORONTO)

Selim Esen, à gauche, et Andrew Kinsman ont disparu l’année dernière. (POLICE DE TORONTO)

Les policiers se défendent

Le chef de la police de Toronto, Mark Saunders, a défendu l’approche de son corps de police, jeudi, lorsque questionné par les journalistes sur le virage important que vient de prendre l’enquête.

«Ce que nous faisons est de suivre les indices et ce que j’ai dit à ce moment était juste », a-t-il fait valoir, remerciant les communautés concernées dans l’évolution de l’enquête.

Les policiers enquêtaient sur Bruce McArthur depuis quelques mois, mais n’avaient pas été en mesure d’établir un « lien définitif » avec les disparitions avant mercredi, a dit M. Idsinga.

Extrait de la conférence de presse (En anglais) – CBC

Profil en ligne de l’accusé sur silverdaddies.com

Bruce McArthur a eu des relations sexuelles avec les deux hommes et tous les trois utilisaient des applications de rencontres amoureuses, a-t-il indiqué.

Les corps de ces hommes n’ont pas été retrouvés, mais la police a dit faire des recherches dans cinq propriétés , dont quatre à Toronto, toutes reliées à l’accusé, un entrepreneur paysagiste.

La police dit avoir une assez bonne idée des circonstances de la mort de ces hommes, sans donner plus de détails.

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Un bébé abandonné dehors au froid à Toronto – RCI 

Toronto : une allégation d’agression sur une élève vêtue d’un hidjab est démentie – RCI 

Les policiers armés sortiront des écoles publiques de Toronto – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*