Inondations à Gatineau (archives) Photo : La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Inondations à Gatineau (archives) Photo : La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Hausse des coûts de la météo extrême dans nos primes d’assurance habitation

Share

Les Canadiens et les Québécois qui estiment que la météo est de moins en moins normale n’ont pas tort. Le secteur des assurances confirme que nous faisons les frais d’un indice de météo extrême de plus en plus élevé qui est calculé dans le prix de nos assurances.

Caterina Lindman, de l’Institut canadien des actuaires (ICA), explique que son institut compile ce qu’il appelle l’indice actuariel climatique, une initiative lancée par des organisations d’assurances de partout en Amérique du Nord et dévoilée dans son dernier rapport trimestriel au printemps 2017.

Cet indice qui trace la moyenne des conditions météorologiques en l’espace depuis 1961 tient compte de la température, des précipitations, de la vitesse du vent et du niveau de la mer.

Des conditions qui s’écartent de plus en plus souvent de la normale

En utilisant les données de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) – l’une des plus grandes organisations scientifiques des États-Unis – l’indice compte ensuite combien de jours dépassent les seuils dits normaux.

Les résultats les plus récents montrent une augmentation graduelle de la météo extrême. L’indice canadien révèle ainsi qu’entre 1961 et 1990, les conditions météorologiques ont excédé les normales seulement cinq fois. Dans les 10 dernières années, cependant, c’est arrivé 12 fois!

Les actuaires utilisent en ce moment ces informations pour calculer les risques liés aux assurances vie et habitation.

Le monde vit de plus en plus de périodes de canicule. Photo : iStock

Le monde vit de plus en plus de périodes de canicule. Photo : iStock

Les grandes lignes d’un climat canadien extrême

Partout au Canada, les jours chauds ont excédé la normale chaque trimestre depuis l’hiver 2015. En revanche, les jours froids n’ont pas dépassé les normales depuis neuf ans.

Il y a plus de précipitations, également. À l’échelle du Canada, le nombre moyen de jours avec de fortes pluies ou de la neige n’est pas dans la norme depuis le printemps 2013. Au Québec et en Ontario, on dépasse les conditions normales depuis l’hiver 2008.

Dans les provinces maritimes, le niveau de la mer est plus haut que la normale depuis les 12 dernières années.

Ces conclusions correspondent avec les données d’Environnement Canada, qui constatent une hausse d’un degré Celsius des températures estivales depuis les années 70, ainsi qu’une augmentation des précipitations d’environ 5 %.

Les statistiques du Bureau d’assurance du Canada peignent un sombre tableau

Les phénomènes météorologiques violents qui se produisaient jadis une fois tous les 40 ans au Canada surviennent désormais tous les 6 ans.

Depuis les années 1980, les indemnités d’assurance imputables à des phénomènes météorologiques font plus que doubler tous les 5 à 10 ans.

Près de 300 collectivités ont été touchées l’an dernier par des inondations, survenues lors du printemps le plus humide enregistré au Canada depuis 1870. Selon le Bureau d’assurance du Canada, plus de 15 750 demandes d’indemnisation ont été faites et les dommages s’élèvent à plus 223 millions de dollars.

Un Canadien en 2017 regarde le feu s’approcher de sa maison. Les feux de forêt plus fréquents sont l’un des phénomènes que l’on associe au réchauffement climatique.Photo Credit: David McNew/Getty Images RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada 

Un Canadien en 2017 regarde le feu s’approcher de sa maison. Les feux de forêt plus fréquents sont l’un des phénomènes que l’on associe au réchauffement climatique.Photo Credit: David McNew/Getty Images RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Les Inuits du Nunavut recevront de l’appui pour s’adapter aux changements climatiques – RCI 

De plus en plus touchés par des météos extrêmes, les Canadiens ne pensent pas à s’en protéger – RCI 

Changements climatiques: les pays pauvres plus à risque, le Canada n’est pas à l’abri de la tourmente – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Environnement, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*