Le sous-marin qui servira à explorer les alentours de l'épave. Photo La Presse canadienne

Le sous-marin qui servira à explorer les alentours de l'épave. Photo La Presse canadienne

Déboursez 130 000 $ cet été et descendez voir l’épave du Titanic

Share

Si vous êtes un adepte des sensations et du risque et que vous possédez un compte en banque bien garni, vous pourrez dès le mois de juin prochain vous lancer sous les eaux de l’océan Atlantique à la découverte de l’épave fantomatique du Titanic.

Vous pourrez inspecter de près l’épave du célèbre navire qui a fait naufrage au large de l’île de Terre-Neuve il y a 106 ans en prenant part à une expédition qui quittera le port de Saint-Jean, la capitale de la province Terre-Neuve-et-Labrador. Une somme de 130 000 $ vous donnera droit à une odyssée de sept jours à bord du vaisseau de recherche de la compagnie OceanGate, une entreprise privée basée aux États-Unis.

Les aventuriers qui ont déjà réservé leurs billets sont âgés de 23 à 75 ans et chacun d’entre eux aura au moins une occasion de se retrouver aux côtés de l’épave pendant une période de six à neuf heures à bord d’un petit sous-marin pouvant accueillir cinq personnes à la fois.

Au moins 54 passagers ont réservé leur place à ce jour. Il reste trois billets pour l’expédition de juin et 18 places pour une expédition similaire en 2019, d’autres étant prévues dans les années à venir.  Les participants doivent tous être en grande forme et ne pas craindre la claustrophobie puisque pour effectuer cette plongée, ils devront descendre à environ 4000 mètres de profondeur.

Un naufrage qui remplit les livres d’histoire

Le 15 avril 1912, le luxueux paquebot Titanic sombrait dans les eaux glacées de l’Atlantique, à environ 640 kilomètres au sud-est de Terre-Neuve. Réputé insubmersible, le joyau de la White Star Line effectuait son voyage inaugural entre Southampton et New York lorsqu’il a coulé après avoir heurté un iceberg en pleine nuit.

Plus de 1500 personnes, dont plusieurs Canadiens, ont perdu la vie dans cette catastrophe qui a secoué le monde entier.

La ville d’Halifax a joué un important rôle à la suite du naufrage puisqu’on y a débarqué la majorité des corps repêchés en mer. Au total, 150 victimes du Titanic ont été mises en terre dans trois cimetières de la capitale néo-écossaise.

Pour les touristes qui préfèrent rester à terre et ne pas se mouiller

Le plus grand musée du Titanic se trouve à Halifax, une ville portuaire canadienne située à proximité des lieux de la tragédie.

Les objets du Titanic qui se trouvent au Musée maritime de l’Atlantique sont des souvenirs du luxe évanoui du navire, de sa fin violente et du rôle que le port d’Halifax a joué lorsque la catastrophe s’est révélée dans toute son énormité.

La collection du musée comprend des éléments en bois de l’épave, dont de nombreuses chaises longues, qui flottaient à la surface et qui ont été ramassés sur les lieux du naufrage par les équipages de trois navires canadiens venus récupérer les dépouilles des victimes.

La rédaction recommande :
Qui se souvient encore au Canada du naufrage du Titanic?

Un morceau de coque pesant 17 tonnes est remonté à la surface. Il fut vendu aux enchères en avril 2012. Photo Credit: AP/RMS Titanic, Inc

Un morceau de coque pesant 17 tonnes est remonté à la surface. Il a été vendu aux enchères en avril 2012.
Photo Credit: AP/RMS Titanic, Inc

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Le découvreur du Titanic replonge pour un nouveau voyage au fond des mers – RCI

Tombes des victimes du naufrage du Titanic : l’origine de la pierre serait trouvée – RCI

Naufrage de l’Empress of Ireland : une tragédie pire que le Titanic – RCI

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Environnement, International, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*