« Ce sont les nonos qui se promènent avec une patte de chien sur le t-shirt ». La Meute n’a vraiment pas aimé!

Des citoyens tenaient des chandelles pour rendre hommage aux victimes de la tuerie survenue il y a un an, jour pour jour, à la grande mosquée de Québec. (PC/Jacques Boissinot)

« Ce sont les nonos qui se promènent avec une patte de chien sur le t-shirt ». La Meute n’a vraiment pas aimé!

Share

Des centaines de personnes se sont réunies lundi soir à Québec pour rendre hommage aux victimes de la tuerie survenue il y a un an, jour pour jour, à la grande mosquée. Des survivants, des veuves et des politiciens ont pris tour à tour la parole pour lancer un appel au vivre-ensemble.

Lors de cette cérémonie, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a dit souhaiter qu’une réflexion sur l’islamophobie se poursuive.

Justin Trudeau, cérémonie de commémoration de l’attentat de Québec. (PC/Ryan Remiorz)

« L’islamophobie, ça nous dérange. C’est une réflexion qu’il va falloir avoir en tant que société. Creuser et se demander pourquoi ça nous dérange. On a tous peur, des fois. On a peur de l’inconnu, on a peur de l’étranger. Il faut passer au-delà de ça, mes amis. Il faut reconnaître nos propres faiblesses, nos propres craintes. Il ne faut pas faire semblant que ça n’existe pas. »

Justin Trudeau

Entouré de dignitaires et de proches des victimes, le premier ministre a décoché une flèche à La Meute, ce groupe identitaire d’extrême droite hostile à l’immigration.

« C’est facile de condamner le racisme, l’intolérance et les discriminations contre la communauté musulmane. On sait c’est qui. C’est les racistes, c’est l’autre, c’est les nonos qui se promènent avec une patte de chien sur le t-shirt ».

L’appellation « nonos » fait réagir

Cette appellation, qui au Québec et au Canada français désigne une personne sotte, stupide, imbécile, a fait réagir le groupe identitaire La Meute.

Escalade verbale sur Facebook

Au lendemain de la sobre soirée de commémoration, l’escalade verbale se lit dans un message publié ce matin sur la page Facebook publique du regroupement proche de l’extrême droite.

Son auteur, Sylvain « Maïkan » Brouillette, qui taxe — sans le nommer — le premier ministre canadien de « trou de cul ».

 « Justin Trudeau a fait des associations et des amalgames révoltants entre La Meute et le drame de la mosquée de Québec survenu le 29 janvier dernier. »

Sylvain « Maïkan » Brouillette

Le logo du groupe La Meute (Radio-Canada)

La patte de chien

Sylvain Brouillette écrit qu’« un nono ce n’est pas quelqu’un qui s’affirme pour défendre ses valeurs », mais bien « quelqu’un qui accueille en héro [sic] dans son bureau un criminel comme Joshua Boyle ». (Joshua Boyle est cet ex-otage en Afghanistan poursuivi pour agressions sexuelles et menaces de mort après son retour au Canada, NDLR).

Le premier ministre du Québec n’est pas en reste

Sans nommer Philippe Couillard, l’auteur traite le premier ministre du Québec de « nono », cette fois pour avoir comparé « la colonisation du Canada avec l’immigration moderne ».

Dans son allocution, le premier ministre Couillard s’est demandé pourquoi certains citoyens se sentaient plus Québécois que d’autres alors que leurs ancêtres sont aussi des immigrants.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard ( Radio-Canada)

« On est tous venus d’ailleurs rejoindre les Premières Nations, il n’y a que la date qui change. Et cette date ne détermine pas notre niveau de citoyenneté. »

Philippe Couillard

Sylvain « Maïkan » Brouillette aurait abandonné son poste de chef de bande pour redevenir simple membre de La Meute. C’est ce qu’on peut lire dans un dossier de Vice News de décembre dernier. Il a été impossible de déterminer quelle est sa position hiérarchique actuelle.

Plus :

Un an plus tard, un appel au vivre-ensemble (Radio-Canada)

Des dirigeants de La Meute claquent la porte (Radio-Canada)

RCI, PC, Radio-Canada

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «« Ce sont les nonos qui se promènent avec une patte de chien sur le t-shirt ». La Meute n’a vraiment pas aimé!»
  1. j’ai trop aimé l’article!