Photo : David Sucsy

Photo : David Sucsy

Une mère et son enfant fauchés : le débat sur les aînés au volant est ravivé

Share

Une femme de 44 ans marchait avec son garçon de 5 ans dans le stationnement d’un centre commercial de Montréal dimanche lorsqu’une voiture conduite par une personne âgée de 90 ans les a happés. La mère a succombé à ses blessures, alors que l’enfant demeure dans un état critique.

Cet accident vient raviver un débat au Québec qui s’appuie sur une série de statistiques de plus en plus alarmantes sur la conduite automobile des personnes âgées.

Le nombre de conducteurs de 90 ans et plus a plus que doublé de 2011 à 2016 pour s’établir à plus de 8400. D’ici 10 ans, plus d’un million et demi de Québécois de plus 64 ans posséderont un permis de conduire, soit un conducteur sur quatre.

Or, le taux de collision est plus de trois fois et demie plus élevé chez les 75 ans et plus que chez les 34 à 44 ans.

Avoir ou ne plus avoir de permis de conduite

Chaque année, de 4000 à 5000 personnes âgées de plus de 75 ans décident d’elles-mêmes de déchirer leur permis parce qu’elles estiment ne plus pouvoir conduire de manière sécuritaire.

Or, les statistiques du bilan routier de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) sont claires : le nombre d’accidents chez les personnes de plus de 75 ans a bondi depuis 2014 de 10 % chez les Québécois et de 17 % chez les Québécoises.

Dans l’ensemble du pays aussi, les compagnies d’assurance canadiennes affirment avoir noté un bond important des accidents causés par les conducteurs plus âgés depuis 10 ans.

En 2011, Transport Canada rapportait que les conducteurs de 65 ans et plus représentaient 17 % des décès sur les routes, bien qu’ils ne constituaient que 14 % des détenteurs de permis de conduire.

Écoutez
D'ici 10 ans, plus d'un million et demi d'aînés québécois conduiront des voitures. Istock

D’ici 10 ans, plus d’un million et demi d’aînés québécois conduiront des voitures. Istock

Ce qu’en pensent les aînés

Un sondage récent de la compagnie d’assurance State Farm Canada indique que les aînés canadiens sont réticents à abandonner leurs clés. Au moins 26 % d’entre eux désirent conserver leur permis après 85 ans.

Lorsqu’on a demandé aux personnes âgées ce qui les empêchait de renoncer à leur permis de conduire, 74 % ont mentionné la perte d’autonomie, 12 % l’incapacité de détecter les signes avant-coureurs de la perte des habiletés requises pour conduire, 6 % le manque de transports publics et 4 % le coût des taxis.

Parmi les facteurs qui inciteraient les personnes âgées à abandonner leur permis, les trois principaux arguments des répondants de 65 ans et plus ont été : les recommandations d’un professionnel de la santé (94 %), les inquiétudes des parents et amis (27 %) et une collision (14 %).

Par contre, seulement 2 % des aînés ont affirmé avoir eu cette conversation avec un membre de leur famille, des discussions qui ne se sont pas déroulées sans heurts.

Ce qu’en pensent les Canadiens

Selon les plus récents sondages, la conduite de certains conducteurs âgés est un problème très important aux yeux d’un Canadien sur trois.

Plus de 70 % des Canadiens sont d’avis que les personnes âgées ayant de la difficulté à conduire devraient être limitées â conduire dans un rayon de 25 km de leur domicile.

95 % d’entre nous estiment qu’au minimum des tests de vision devraient être obligatoires pour les personnes âgées.

88 % des Canadiens croient aussi que des tests de conduite devraient être imposés plus régulièrement à cette catégorie de conducteurs.

La rédaction recommande :
Distractions au volant : de mal en pis au Canada 

L’envoi de messages textes au volant est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 1000 $ et deux points d’inaptitude en Ontario, mais pas au Québec. Photo Credit: Michel Aspirot

L’envoi de messages textes au volant est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 1000 $ et deux points d’inaptitude en Ontario, mais pas au Québec.
Photo Credit: Michel Aspirot

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Nicole Germain de Radio-Canada

En complément

Les conducteurs québécois vieillissent de plus en plus rapidement – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Une mère et son enfant fauchés : le débat sur les aînés au volant est ravivé»
  1. Colette Knox dit :

    J’ai 75 ans et j’ai dis à mes enfants il y a quelques années que s’ils s’appersoivent que je conduis d’une façon incompétente de m’enlever mes clefs et d’allerter la police. Je ne voudrais jamais avoir sur ma conscience la mort de quelqu’un. Absolument rien n’en vaut la peine.
    En Ontario ou je vis, après l’âge de 80 ans vous devez renouvellez votre permis avec un examen très exigeant. Cela devrait être fait de façon nationale.