Nos blindés militaires vendus à l’Arabie saoudite : l’enquête du Canada ne tire aucune conclusion
Terradyne Armored Vehicles

Terradyne Armored Vehicles

Nos blindés militaires vendus à l’Arabie saoudite : l’enquête du Canada ne tire aucune conclusion

Share

Le gouvernement canadien soutient ne pas avoir été en mesure de déterminer avec certitude que des véhicules blindés légers de fabrication canadienne vendus à l’Arabie saoudite ont contribué à réprimer la minorité chiite dans l’est de ce pays.

En juin dernier, se disant « profondément préoccupé » par les informations voulant que Riyad ait utilisé contre sa propre population des véhicules Gurkha, construits en Ontario par Terradyne Armored Vehicles, le Canada avait annoncé l’ouverture d’une enquête.

La vente de blindés à l’Arabie saoudite en avril 2016 avait permis au Canada de se tailler une place parmi les plus importants vendeurs d’armes et d’équipement militaire dans le monde.

Le Canada était passé du 6e rang en 2014 au 2e rang en 2015 au palmarès des pays exportateurs d’armes au Moyen-Orient, avec une augmentation de 430 % de ses ventes. Avec un total de 2,7 milliards de dollars en ventes pour l’année 2015 dans la région, notre pays se classait tout juste après les États-Unis.

Pas de preuves tangibles, dit la ministre responsable

Chrystia Freeland - CBC

Chrystia Freeland – CBC

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a déclaré jeudi que les représentants de son ministère « n’ont trouvé aucun élément de preuve démontrant que des véhicules fabriqués au Canada ont contribué aux violations des droits de la personne ».

« Il s’agit là de l’opinion indépendante et objective de notre fonction publique ainsi que de l’avis qui m’a été transmis en ma qualité de ministre », a-t-elle poursuivi dans une allocution devant le comité permanent des affaires étrangères et du développement international.

Cela dit, « aucun nouveau permis d’exportation pour des véhicules, des armes à feu ou d’autres armes n’a été accordé », selon ce qu’indique une source gouvernementale qui requiert l’anonymat.

Aide-mémoire…
– Le Canada aurait fait fi à répétition de ses propres lignes directrices ces 25 dernières années et a approuvé des exportations de matériel militaire vers des États meurtriers.
– Selon une enquête du magazine québécois l’Actualité en février de l’an dernier, le tiers de nos ventes d’armement à l’étranger auraient été destinées à des dictatures, certaines très violentes et meurtrières, avec la bénédiction du gouvernement canadien.

Un véhicule blindé léger canadien, construit par General Dynamics

Un véhicule blindé léger canadien, construit par General Dynamics

Le Canada renforcera ses lois

La ministre Chrystia Freeland a annoncé que son gouvernement proposerait deux modifications aux mécanismes d’approbation des licences d’exportation et d’importation d’armes.

Il y aura notamment une obligation légale, pour le gouvernement, de tenir compte des risques pour les droits de la personne, la paix et la sécurité dans toute évaluation préalable à la délivrance de permis d’exportation d’armement.

À l’avenir, si le gouvernement juge qu’il existe un «risque substantiel» que ces conditions soient violées, il sera tenu par la loi de refuser l’exportation.

Le saviez-vous?
– Un autre contrat conclu entre une entreprise canadienne et un pays où le gouvernement est accusé de graves atteintes aux droits de la personne provoque en ce moment de vives réactions au Canada.
– Le gouvernement a ordonné, mercredi, un examen de la transaction entre Bell Helicopter et les Philippines prévoyant la livraison de 16 hélicoptères dans l’archipel du Sud-Est asiatique.
– Plusieurs s’inquiètent de l’usage que pourrait faire le régime du président Rodrigo Duterte, accusé de se livrer à des exécutions extrajudiciaires dans le cadre de sa guerre aux narcotrafiquants.

Un aumônier militaire philippin asperge d'eau bénite, en 2015, un des huit appareils alors acquis de Bell Helicopter. Photo : The Associated Press/Bullit Marquez

Un aumônier militaire philippin asperge d’eau bénite, en 2015, un des huit appareils alors acquis de Bell Helicopter. Photo : The Associated Press/Bullit Marquez

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

La vente de blindés canadiens en Azerbaïdjan soulève de nombreuses questions – RCI 

Utilisation de blindés canadiens contre les civils saoudiens : le verdict d’Ottawa après une enquête! – RCI 

L’autorisation d’exporter des blindés canadiens vers l’Arabie saoudite accordée – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*