La photo prise lors d'une activité de la délégation canadienne avec l'industrie du cinéma indien, à Mumbai, où l'on voit Jaspal Atwal en compagnie de la femme du premier ministre canadien. Photo CBC News

La photo prise lors d'une activité de la délégation canadienne avec l'industrie du cinéma indien, à Mumbai, où l'on voit Jaspal Atwal en compagnie de la femme du premier ministre canadien. Photo CBC News

Extrémiste sikh coupable de tentative de meurtre aux côtés de la femme de Justin Trudeau en Inde

Share

Alors que le premier ministre canadien est en visite officielle en Inde, le bureau de Justin Trudeau a dû annuler l’invitation à une réception à Delhi faite à un individu reconnu coupable de tentative d’assassinat après une alerte sonnée par un journaliste de CBC/Radio-Canada.

La décision n’a cependant été prise qu’après la tenue d’une première activité où s’est présenté l’ex-criminel et lors de laquelle il a été photographié en présence de la femme de Justin Trudeau, Sophie Grégoire.

Selon un haut responsable du cabinet du premier ministre, une invitation à l’intention de l’extrémiste Jaspal Atwal par le haut-commissaire du Canada en Inde à prendre part à la réception jeudi était une erreur et elle a été corrigée dès sa découverte.

Jaspal Atwal a été reconnu coupable de tentative de meurtre d’un farouche opposant au mouvement indépendantiste sikh sur l’île de Vancouver au Canada en 1986. Il était l’un des quatre hommes ayant pris au piège et atteint par balle l’ex-ministre indien Malkiat Singh Sidhu.

Billet d'invitation du bureau du premier ministre délivré à Jaspal Atwal.

Billet d’invitation du bureau du premier ministre délivré à Jaspal Atwal.

Des questions sur la sécurité et les préparatifs diplomatiques de la visite

Les responsables du bureau du premier ministre refusent de commenter le processus de vérification qui a conduit à l’envoi de l’invitation à Jaspal Atwal. Un porte-parole déclare laconiquement que toutes les questions liées à la sécurité du premier ministre demeureront sans réponse.

On sait toutefois que le bureau du premier ministre a été alerté par CBC News, qui demandait des explications à savoir pourquoi un ex-criminel était autorisé à se trouver à proximité du couple Trudeau.

Selon les informations de CBC, Jaspal Atwal est encore aujourd’hui un membre de la Fédération internationale de la jeunesse sikhe, un groupe terroriste interdit non seulement en Inde, mais aussi au Canada.

Ce n'est pas la première fois : le quotidien India Today publie cette photo non datée du premier ministre canadien Justin Trudeau avec Jaspal Atwal. (India Today n'a pas pu vérifier où et quand cette photo a été prise).

Ce n’est pas la première fois : le quotidien India Today publie cette photo non datée du premier ministre canadien Justin Trudeau avec Jaspal Atwal. (India Today n’a pas pu vérifier où et quand cette photo a été prise).

Ce n’est pas la première fois qu’une photo place Justin Trudeau dans l’embarras

Cet incident sur la sécurité du premier ministre, et mettant en scène une caméra, est en fait le troisième du genre depuis l’élection du jeune et charismatique dirigeant canadien.

En septembre 2016, un égoportrait a causé un grand embarras aux responsables de la sécurité du premier ministre.

Photo Facebook

Photo Facebook

Le journal La Presse avait révélé que cet homme, photographié à Montréal aux côtés de Justin Trudeau, était soupçonné d’avoir participé avec d’autres Québécois à l’enlèvement de deux journalistes américains en Syrie en 2013, un incident qui aurait été orchestré par le Front al-Nosra, un groupe lié à Al-Qaïda.

Joshua Boyle et sa famille ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau le 19 décembre. (@ Boylesvsworld / Twitter)

Joshua Boyle et sa famille ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau le 19 décembre. (@ Boylesvsworld / Twitter)

Plus récemment, au début janvier de cette année, on apprenait que le Canadien Joshua Boyle, qui avait été relâché en octobre dernier après avoir été retenu en otage pendant plusieurs années en Afghanistan avec sa famille, avait été arrêté et faisait face à une quinzaine de chefs d’accusation.

Cette nouvelle a eu l’effet d’une bombe, car Joshua Boyle et sa famille venaient tout juste de rencontrer le premier ministre Justin Trudeau le 19 décembre, période durant laquelle il aurait commis certains des crimes de nature violente qui lui sont reprochés.

Joshua Boyle et sa famille ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau le 19 décembre. (@ Boylesvsworld / Twitter)

Joshua Boyle et sa famille ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau le 19 décembre. (@ Boylesvsworld / Twitter)

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Égoportrait du premier ministre Justin Trudeau avec un Québécois soupçonné de terrorisme – RCI 

Multiples accusations notamment d’agressions sexuelles contre Joshua Boyle – RCI 

Un extrémiste sikh invité à un événement avec Justin Trudeau en Inde – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Extrémiste sikh coupable de tentative de meurtre aux côtés de la femme de Justin Trudeau en Inde»
  1. Serge dit :

    Comme quoi les criminels ne sont pas facile à détecter en leur regardant la face.