Les médecins résidents déplorent leurs conditions de travail. Photo : iStock

Tous épuisés, infirmiers comme médecins résidents : le système de santé québécois à l’agonie?

Share

Après les préposés aux bénéficiaires, les infirmiers, les infirmières, et autres professionnels de la santé, c’est au tour des médecins résidents de crier à la fatigue et à l’épuisement à cause d’une charge de travail devenue particulièrement éprouvante.

Des journées achevées sur les rotules

La description faite par la Fédération des médecins résidents du Québec présente une situation des plus difficiles pour ses membres.

Pris dans des heures interminables dans les hôpitaux, ces derniers achèveraient leurs journées totalement à bout de souffle.

Un sondage mené auprès d’environ 1000 d’entre eux indique qu’à la fin d’une journée de travail, plus d’un sur deux, soit 54,8 %, présente des signes d’épuisement professionnel.

C’est « un problème majeur », souligne Christopher Lemieux, médecin et président de la Fédération des médecins résidents du Québec.

Ce problème est récurrent, car au moins une fois par semaine, plus de la moitié des médecins résidents (64,5 %) évoquent l’épuisement après leur journée de travail.

Bien plus grave, près de la moitié a déclaré se sentir totalement épuisés, au moins une fois par semaine, lorsqu’ils se lèvent de leur lit le matin avant même de commencer leur journée.

Un autre sondage en 2017 indique que 40 % des médecins résidents disent avoir été intimidés par un médecin ou par un membre du personnel infirmier lors de leurs années de résidence. Istock

Abattre le travail de deux semaines en une seule!

Le deuxième sondage réalisé par la Fédération par l’entremise d’un questionnaire rempli chaque semaine par ses membres, du 15 janvier au 11 février, indique qu’un tel état d’épuisement serait attribuable à des journées de travail bien trop longues pour leur permettre un répit.

Ils travailleraient en continu près de 15 heures chaque jour, ce qui correspondrait en moyenne à près de 72 h par semaine, heures normales et heures de garde incluses.

Cette surcharge de travail exige des solutions immédiates pour éviter de rendre encore plus inefficace le système de santé, déjà plombé par plusieurs maux et une gestion chaotique de son personnel.

De jour, de soir, de nuit et de fin de semaine, nos médecins résidents travaillent pratiquement deux semaines en une, comparativement à l’horaire régulier moyen des autres employés du réseau de la santé (autour de 36 h/semaine), et ce, tout au long de l’année, partout au Québec. À l’instar des infirmières, des infirmiers et des autres professionnels de la santé, ils sont clairement surchargés, et il faut trouver des solutions à cette situation. Malheureusement, dans le cadre des négociations entre la FMRQ et le ministère de la Santé et des Services sociaux, le gouvernement demande aux médecins résidents d’en faire encore plus. Il souhaite même permettre aux établissements de contourner le jugement d’un tribunal en 2011 qui a déclaré contraires aux chartes des droits les périodes de travail de plus de 16 h par période de 24 h. - Christopher Lemieux, président de la Fédération des médecins résidents du Québec

Sur les 3525 médecins résidents actifs au moment du sondage, 2072 ont répondu, soit 58,8 %. IStocck

Médecin résident à rabais/Disponible jusqu’à épuisement

L’entente collective des médecins résidents est échue depuis mars 2015 et, après 16 rencontres avec le MSSS, les négociations qui portent sur les congés d’étude et de maternité, mais surtout sur la rémunération et la durée de la semaine de travail, ne semblent pas avoir fait de progrès. Les médecins résidents déclarent toucher un salaire moyen de base de 14 $ de l’heure, soit moins que les infirmières spécialisées.

Ils estiment que les propositions qui leur avaient été faites par les représentants du ministère dans ces négociations sont déconnectées de la réalité.

C’est pour cela qu’elles ont été suspendues à la mi-décembre et qu’ils ont obtenu un mandat de grève, à 97,7 %, au début du mois de février.

En arrière-plan des griefs, l’on peut lire une mésentente profonde avec le ministère qui a irrité les médecins résidents, au point de les pousser à exiger des négociations avec de nouvelles personnes qui comprennent bien leurs réalités.

Dans le but de dénoncer les conditions de travail qu’elle juge inacceptable, la Fédération a lancé une campagne de visibilité sous le thème Médecin résident à rabais/Disponible jusqu’à épuisement. Elle annonce d’autres mesures, pour ces prochaines semaines, selon l’évolution de la situation, et elle n’exclut pas des moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève générale.

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*