Photo Credit: IS

Photo Credit: IS

Bras de fer qui se dessine au Canada contre les taxes américaines sur l’acier et l’aluminium

Share

« Les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner », a twitté Trump ce vendredi matin, après avoir affirmé hier qu’il promulguerait dès « la semaine prochaine » de nouvelles mesures tarifaires. « Et elles seront appliquées pour longtemps », a-t-il souligné.

Donald Trump entend donc frapper de fortes taxes les importations d’acier et d’aluminium, au risque de provoquer une guerre commerciale avec ses principaux partenaires commerciaux, dont le Canada, qui exporte 85 % de son acier et de son aluminium aux États-Unis.

Il a évoqué des taxes douanières de 25 % pour l’acier et de 10 % pour l’aluminium sans toutefois spécifier quels pays elles viseront. « Je les promulguerai la semaine prochaine », a affirmé le président américain lors d’une rencontre à la Maison-Blanche avec des producteurs d’acier et d’aluminium américains. « Et elles seront appliquées pour longtemps», a-t-il souligné.

« Vous devrez reconstruire vos industries », a indiqué Donald Trump à l’intention des industriels qu’il recevait, ajoutant que les importations à bas prix aux États-Unis « détruisent nos entreprises et nos emplois ».

Ces déclarations surgissent alors que Liu He, conseiller économique du président chinois, est en visite à Washington. Il devait rencontrer des responsables de la Maison-Blanche, mais pas M. Trump, ont indiqué à l’AFP des responsables américains.

Des chiffres…
– le Canada a exporté l’an dernier environ 9,3 milliards de dollars d’aluminium aux États-Unis et environ 5,5 milliards d’acier;
– pour les États-Unis, l’acier canadien représente une importante partie des importations, soit un peu plus de 15 % de toutes les importations;
– pour le Canada, les États-Unis jouent un rôle crucial dans le paysage des exportations — près de 90 % des exportations canadiennes d’acier sont destinées au sud de la frontière.

Le Canada, visé ou pas?

L’administration Trump avait dévoilé mi-février trois scénarios pour taxer les importations d’aluminium et d’acier, la première option consistant à taxer l’ensemble des importations de ces deux secteurs jugés stratégiques. La deuxième proposait une taxation encore plus lourde envers certains pays.

Dans le détail, une taxe d’au moins 24 % serait maintenant envisagée sur toutes les importations d’acier, quel que soit le pays d’origine; ou une taxe d’au moins 53 % sur celles provenant de douze pays, dont la Chine, la Russie, le Brésil, la Corée du Sud et la Turquie; ou un quota équivalent à 63 % des importations provenant de chaque pays sur la base des quantités de 2017.

Le ministre canadien du Commerce international, François-Philippe Champagne, a cependant prévenu que toute éventuelle taxe douanière imposée à notre pays par les États-Unis serait « inacceptable ». Quant à la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, elle a qualifié le scénario de « complètement inacceptable ».

La ministre a rappelé qu’« en tant qu’allié clé de NORAD et de l’OTAN, ainsi que premier acheteur d’acier américain, le Canada considérerait que toute restriction commerciale sur l’acier et l’aluminium est tout à fait inacceptable. Les restrictions nuiraient aux travailleurs, à l’industrie et aux fabricants des deux côtés de la frontière. L’industrie de l’acier et de l’aluminium est hautement intégrée et soutient des chaînes d’approvisionnement manufacturières essentielles en Amérique du Nord. Le gouvernement canadien continuera de faire valoir ce point directement à tous les paliers du gouvernement américain. »

Plusieurs proches de M. Trump lui auraient demandé d’épargner le Canada. Le Pentagone a publié une lettre lui demandant de ne pas viser ses pays alliés. Pendant des consultations, plusieurs intervenants ont exhorté le gouvernement Trump à faire une exception pour le Canada.

(Reuters/Kevin Lamarque)

(Reuters/Kevin Lamarque)

Premier coup de canon d’une grande guerre commerciale?

Les déclarations du président américain réveillent les craintes de guerre commerciale mondiale, la Chine, deuxième partenaire commercial des États-Unis, ayant déjà prévenu qu’elle ne resterait pas les bras croisés face à des mesures protectionnistes américaines.

Pourtant, ce pays est loin d’être le principal fournisseur d’acier des États-Unis, comptant pour moins de 2 % des importations totales. Celles-ci proviennent principalement du Canada (16 %), du Brésil (13 %) et de la Corée du Sud (10 %).

Tout ce mauvais sang a contribué à accélérer la chute jeudi de Wall Street, dont l’indice vedette, le Dow Jones (DJIA) perdait plus de 2 % vers 20 h 00 TU, lesté par la forte baisse de sociétés exportatrices de produits à forte concentration d’acier ou d’aluminium comme Boeing, Caterpillar et United Technologies, qui perdaient plus de 3 %.

Le président de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, qui vient de prendre ses fonctions après avoir été nommé par Donald Trump, a également fait part de ses réticences face à l’arme des sanctions commerciales, estimant notamment lors d’une audition devant le Sénat que « les droits de douane n’étaient pas la meilleure approche » et que « d’une façon générale » les échanges commerciaux avaient « un impact positif » sur l’économie.

Aide-mémoire…
C’était il y a deux ans, en avril 2016
– dans une intervention de dernière heure auprès du Président Obama, le syndicat américain des Métallos avait choisi d’écarter la menace d’une nouvelle guerre commerciale dans le commerce de l’aluminium entre le Canada et les États-Unis;
– le syndicat américain des Métallos réclamait initialement auprès des instances politiques américaines du commerce une hausse des taxes sur toutes les importations d’aluminium pouvant atteindre 50 % sur l’aluminium étranger;
– il souhaitait globalement protéger les emplois et réduire les fermetures d’usines de fabrication d’aluminium aux États-Unis;
– dans une pétition adressée au président américain Barack Obama pour protéger leurs emplois, les Métallos avaient finalement décidé au dernier moment de retirer le nom du Canada dans la liste des pays visés, jugeant que ses propres membres pourraient être pénalisés par une baisse des échanges entre les deux pays.

RCI avec La Presse canadienne, l’Agence France-Presse et Radio-Canada

En complément

Y aura-t-il plus de bois ou plus d’aluminium dans les grandes constructions canadiennes? – RCI 

Trump taxera les importations d’acier et d’aluminium – RCI

Steel tariffs – CBC 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*