La Presse canadienne

La Presse canadienne

Doit-on cesser le financement public du radiotélédiffuseur public?

Share

C’est la question que viennent de trancher dimanche les électeurs suisses dans une campagne qui a de quoi faire réfléchir ceux qui, au Canada, veulent le maintien d’un tel financement.

À l’heure de la consommation de masse des médias électroniques, plusieurs ont le sentiment que tout devrait être gratuit et qu’au pire, ils ne devraient payer que pour ce qu’ils consomment. Imaginez alors que des citoyens en arrivent à forcer Ottawa à tenir un référendum pancanadien pour qu’on cesse d’appuyer financièrement avec vos taxes l’ensemble des activés de Radio-Canada au Québec.

Destruction de la radio-télédiffusion publique en Suisse? Photo : CultureEnjeux.ch

Destruction de la radiotélédiffusion publique en Suisse? Photo : CultureEnjeux.ch

C’est donc le genre de situation qui vient de se produire en Suisse, un pays qui est divisé, non pas comme au Canada par deux langues officielles, mais bien par quatre, soit l’allemand, le français, l’italien et le romanche.

En Suisse, il existe une obligation légale de payer des redevances de radio et de télévision pour toute personne qui possède un appareil permettant d’écouter la radio ou de regarder la télévision.

Le référendum « No Billag », pour « finissons-en avec les factures », entendait au départ purement et simplement supprimer cette redevance pour céder la place au libre marché privé de la concurrence qui, soi-disant, ferait mieux et serait meilleur marché.

Le vote référendaire vient d’être tenu et il a été perdu par les opposants au financement public. Le contraire aurait signifié la disparition totale ou partielle du service public suisse, une perte particulièrement tragique pour les francophones de ce pays.

Chantal Tauxe est journaliste indépendante en Suisse.

Les modérés ont gagné leur référendum 

Affiches référendaires appelant au vote en Suisse. Photo : Radio-Canada/Hubert Rioux

Affiches référendaires appelant au vote en Suisse. Photo : Radio-Canada/Hubert Rioux

Les Suisses ont donc rejeté de façon convaincante l’idée de supprimer la redevance audiovisuelle, lors de ce référendum qui avait été organisé à la demande d’un petit groupe du mouvement de jeunesse du parti Libéral radical. Plus de sept électeurs suisses sur dix ont voté non à No Billag.

La Société suisse de radiodiffusion et télévision (SRG SSR), qui emploie environ 6000 personnes, est financée à 75 % par la redevance. Quelque 21 radios et 13 télévisions régionales remplissant un mandat de service public profitent de cette redevance en Suisse. Au total, 13500 emplois directs et indirects étaient menacés en cas de oui à la suppression de la redevance.

Selon le chef de campagne du oui en Suisse romande, Nicolas Jutzet, l’initiative était peut-être trop ambitieuse et elle aurait fait peur à certains Suisses qui voulaient des changements, mais pas d’une telle ampleur. Il avoue que mettre fin au système de redevance, sans phase transitoire, inquiétait trop les Suisses.

Si la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SRG SSR) se réjouit, elle devra tout de même s’atteler à revoir sa programmation. Au cours des prochains mois, la société devra faire des économies de 100 millions de francs suisses (plus de 135 millions de dollars canadiens).

Dès 2019, un nouveau système de redevance sera mis en place. La facture annuelle pour les ménages payant pour la télévision et la radio passera de 451 à 365 francs suisses, une somme qui représente tout de même l’équivalent de 550 dollars canadiens.

Extrait d’un article de presse de Chantal Tauxe pour éviter l’élimination du financement public, en tout ou en partie, de la radio-télédiffusion en Suisse. Photo : CultureEnjeux.ch

Extrait d’un article de presse de Chantal Tauxe pour éviter l’élimination du financement public, en tout ou en partie, de la radio-télédiffusion en Suisse. Photo : CultureEnjeux.ch

Recommandé pour vous:
1942 : Naissance du Service International de Radio-Canada

Photo Credit: Radio-Canada.ca http://www.rcinet.ca/fr/2015/11/11/1942-naissance-du-service-international-de-radio-canada/

Photo Credit: Radio-Canada.ca

RCI avec la contribution de Hubert Rioux de Radio-Canada

En complément

Radio-Canada troquerait ses revenus publicitaires contre 400 millions de plus des contribuables – RCI 

Pourquoi la télé de Radio-Canada s’appelle-t-elle « Radio » Canada ? – RCI 

Le financement de Radio-Canada à la une de la campagne électorale fédérale – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, International, Internet et technologies, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*