Reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranges (Photo : https://djs.gouv.nc/pole-formation/la-reconnaissance-des-diplomes-etrangers)

Le Québec et la reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger : « doit » mieux faire selon l’IdQ

Share

AVEC LA PRESSE CANADIENNE
Devant l’inévitable – même inéluctable – déficit démographique en vue, le Québec doit impérativement agir afin que les diplômes des immigrants soient davantage reconnus dans la province étant donné les pénuries observées dans certains secteurs

Ce constat est émis par des chercheurs de l’Institut du Québec (IdQ), qui ajoutent que la multiplication des ordres professionnels semble nuire au processus.

Rapport de l'IdQ
« Il devient impératif d’intégrer tous les talents disponibles. »

Statistiques non existantes – portrait imprécis

Reconnaissant qu’il n’existe pour ainsi dire pas de statistique quand vient le temps d’évaluer les taux de reconnaissance de diplômes étrangers par le Québec en général, l’IdQ constate que les immigrants sont systématiquement aux prises avec des défis constants et nombreux lorsqu’ils tentent de faire évaluer leurs compétences.

Un constat qui cible directement les pratiques des ordres professionnels.

Des ordres obstacles

Toujours selon l’institut de recherche, les nombreux ordres professionnels au Québec deviennent parfois des « obstacles » à l’intégration.

Au Québec, le taux de chômage chez les immigrants est plus élevé par rapport à la moyenne canadienne.

La mission première des ordres professionnels est bien de protéger le public, cela va de soi.

Dans ce contexte, les ordres déterminent les normes de reconnaissance des diplômes. Ce sont donc eux qui décident si un candidat a les compétences requises pour exercer sa profession au Québec.

De plus, les ordres détermineront la nature des formations ou des stages que devront compléter les candidats qui n’ont pas toutes les qualifications.

« Ce contrôle ne devrait pas être un moyen déguisé pour restreindre l’accessibilité des étrangers à la profession et la préservation d’un monopole local. »

Rapport de l’IdQ

Réformes dans les ordres

Selon Jean-Guy Côté, directeur associé à l’IdQ, les pratiques d’évaluation des diplômes devraient être harmonisées entre tous les ordres.

Jean-Guy Côté, MBA, directeur associé, Institut du Québec (LinkedIn)

« Au Québec, il y a beaucoup d’ordres professionnels comparés à ailleurs, il y a beaucoup de métiers protégés. Donc, c’est clair qu’il y a plus de personnes autour de la table. Les comités d’évaluation ne sont pas nécessairement égaux d’un ordre à l’autre, il y a des comités qui sont plus compétents que d’autres, il y a des ordres qui sont un peu plus en retard. »

Jean-Guy Côté, directeur associé à l’IdQ

Selon lui, les ordres devraient aussi profiter davantage de leurs expériences passées pour traiter les dossiers.

« Ça fait des années que ces gens-là reconnaissent les diplômes, il doit y avoir une quantité appréciable de données par rapport à ce qu’ils ont reconnu dans le passé, donc ils pourraient accélérer le processus et, par exemple, dire : quelqu’un qui a reçu un diplôme d’une telle école en Afrique du Nord, ça lui prend un an de plus ici. »

Jean-Guy Côté, directeur associé à l’IdQ

Cela dit, l’IdQ a salué le travail amorcé par l’Ordre des ingénieurs du Québec, qui a récemment revu ses pratiques afin d’arriver à une évaluation plus efficace des diplômes soumis.

D’autres pistes de réflexion

Les systèmes de reconnaissance des qualifications, québécois et canadien, sont fortement décentralisés et les organismes responsables se dédoublent parfois entre eux.

Outre les ordres professionnels, il y a quatre organisations qui travaillent sur la reconnaissance des diplômes : le gouvernement du Québec, le Conseil interprofessionnel du Québec, le Commissaire à l’admission aux professions et le Pôle de coordination pour l’accès à la formation.

Pour une meilleure efficacité, l’IdQ propose notamment de centraliser toutes les demandes de reconnaissance à un même endroit, au lieu qu’elles soient éparpillées dans les ordres. Il croit aussi que le rôle des organismes devrait être mieux défini pour éviter des chevauchements.

L’institut de recherche suggère aussi au Québec de s’inspirer de l’Australie pour entamer le processus de reconnaissance dès les premières étapes de l’immigration. Grâce à cette pratique, l’Australie a coupé des mois d’évaluation.

 Les immigrants sur le marché du travail au Québec en 2017

  • Taux de chômage dans l’ensemble des immigrants : 8,7 %
  • Taux de chômage chez les immigrants arrivés depuis cinq ans ou moins : 15,8 %
  • Rémunération horaire moyenne chez les immigrants : 23,81 $
  • Rémunération horaire moyenne chez les citoyens nés au Canada : 25,17 $

Source: Institut de la statistique du Québec (ISQ)

Plus :

La reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger : l’une des clés de l’intégration des immigrants au Québec (Institut du Québec)

Programmes de qualification pour pharmaciens étrangers : une prescription gagnante pour le Québec (Radio Canada International)

Des vétérinaires français exaspérés par le corporatisme au Québec (Radio Canada International)

Diplômés en génie de l’étranger, une insertion professionnelle encore difficile (Radio Canada International)

Embauche des immigrants au Québec : enfin le bout du tunnel ? (Radio Canada International)

La reconnaissance des diplômes étrangers (Gouvernement du Québec – pôle-formation)

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Économie, Immigration et Réfugiés

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*