La compréhension de l'autisme a récemment grandement évolué, d'une pathologie jadis considérée comme unique, rare et sévère, vers un regroupement de différents troubles aux symptômes communs.

La compréhension de l'autisme a récemment grandement évolué, d'une pathologie jadis considérée comme unique, rare et sévère, vers un regroupement de différents troubles aux symptômes communs.

Un petit canadien sur 66 a maintenant des troubles liés à l’autisme

Share

Un enfant canadien sur 66 reçoit à présent un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme (TSA), selon les premières statistiques nationales sur le sujet publiées par l’Agence de la santé publique du Canada.

Aligner des objets d'une manière répétitive est un comportement occasionnel chez les individus autistes.

Aligner des objets d’une manière répétitive est un comportement occasionnel chez les individus autistes.

Les parents, intervenants et chercheurs indiquent avoir grand besoin de connaître les données sur la prévalence du TSA dans leur milieu, et le rapport préparé par l’Agence avec la contribution des provinces tente donc de répondre à ce besoin.

Le document, publié à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme qui avait lieu, met ensuite l’accent sur la nécessité du financement de projets communautaires qui réduisent la stigmatisation et favorisent l’intégration et le renforcement des programmes sociaux et des programmes de santé et d’éducation.

Regardez Tam-Tam Canada du vendredi 6 avril 2018 sur les enfants autistiques

Pas plus de cas ici qu’ailleurs, mais plus de filles en serait victime

Le rapport de l’Agence, qui s’intéresse aux sorts des enfants et adolescents de 5 à 17 ans affectés par le TSA, a été réalisé avec les données fournies par les provinces et les territoires. Il montre d’abord que les taux de prévalence du TSA au Canada « sont semblables à ceux d’autres pays ».

Autre information qui se veut encourageante, plus de 56 % des enfants et des adolescents qui ont un TSA ont reçu un diagnostic avant l’âge de 6 ans, et plus de 90 % l’ont obtenu avant l’âge de 12 ans.

Ces statistiques affirment aussi que le diagnostic de TSA est quatre fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles. La réalité est peut-être bien différente selon les plus récentes recherches.

Écoutez

Des temps d’attentes pour un diagnostic beaucoup trop élevés en vérité

Photo : iStockphoto

Photo : iStockphoto

La situation des parents aux prises avec le TSA apparaît peut-être moins rose que le suggère le rapport de l’Agence.

Normalement, les parents d’un jeune enfant au Québec doivent attendre en moyenne deux ans avant d’obtenir un diagnostic.

Puis, une fois qu’ils ont le diagnostic en main, ils doivent s’inscrire à une autre liste pour obtenir des services. L’attente dépend des régions, mais dans les Laurentides, ça oscille entre un an et demi et deux ans.

Les cas de TSA non diagnostiqués chez les filles pourraient être beaucoup plus élevés

Photo : iStockphoto

Photo : iStockphoto

Depuis 70 ans, les études font état d’un ratio de 4 hommes pour 1 femme en ce qui concerne le diagnostic d’autisme dit « de bas niveau ». Chez les autistes « de haut niveau », dotés d’une intelligence supérieure à la moyenne, ce ratio est établi à 9 hommes pour 1 femme.

Cependant, ces certitudes scientifiques concernant cette prédominance masculine commencent à être ébranlées depuis 15 ans, selon le spécialiste canadien Laurent Mottron.

Titulaire d’une chaire de recherche en neurosciences cognitives fondamentales et appliquées du spectre autistique à l’Université de Montréal (UdeM), Laurent Mottron affirme que l’autisme féminin existerait autant que l’autisme masculin : il serait tout simplement moins flagrant et apparent aux yeux des médecins.

Par exemple, si les garçons ont tendance à être turbulents, les filles, quant à elles, vont souvent demeurer sages. Elles camoufleraient même leurs symptômes, dit Laurent Mottron, et cela se poursuivrait à l’âge adulte :« Les femmes auraient une plus grande facilité que les hommes, ou un plus grand désir que les hommes, à correspondre aux attentes du groupe. », indique le spécialiste.

Recommandez pour vous :
Un mois pour démystifier l’autisme 

RCI avec La Presse canadienne et la contribution d’Alain Gravel, Michel Doucet, Vincent Maisonneuve, Marie-Josée Paquette-Comeau et Michel Plourde de Radio-Canada.

En complément

Vivre avec l’autisme à l’âge adulte – Radio-Canada 

Il écrit une chanson pour son fils atteint du trouble du spectre de l’autisme – Radio-Canada 

Mois de l’autisme : beaucoup de travail reste à faire, selon la Fondation Jean Allard – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Politique, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Un petit canadien sur 66 a maintenant des troubles liés à l’autisme»
  1. Jawad Toussaad dit :

    Bonjour,

    Avez vous des statisques sur les temps d’attente par region dans la region de Montreal et les rives nord et sud.

    Merci beaucoup.