16 Canadiens arrêtés dans le cadre d’une enquête internationale sur l’exploitation sexuelle des enfants. Photo : IS/Zmeel Photography

Exploitation sexuelle des enfants : des Canadiens font partie de la fourberie mondiale

Share

Une enquête internationale lancée en 2014 par la police britannique, en collaboration avec le Canada et les États-Unis, permet de débusquer des délinquants sexuels tapis dans l’ombre de leurs ordinateurs, qui avaient pour cible des enfants.

Arrestations au Canada

Grâce à la collaboration entre équipes policières britanniques, américaines et canadiennes, l’enquête internationale baptisée « Projet Mercure » aboutit à des arrestations dans différents pays.

Au Canada, Toronto semble être la plaque tournante de cette pratique qui cible les enfants : le réseau enregistre et diffuse sur Internet des enfants en train d’être agressés sexuellement.

Dans cette ville, l’enquête cible précisément un homme appartenant à ce réseau.

Une fouille dans son ordinateur permet de constater que des images illicites impliquant des enfants y sont stockées.

L’homme est arrêté et doit faire face à une dizaine de chefs d’accusation.

En plus de cet individu figurant parmi les têtes du réseau, 15 autres personnes sont arrêtées en Ontario, à Terre-Neuve-et-Labrador, au Nouveau-Brunswick, en Alberta, en Saskatchewan et au Québec.

Série d’arrestations en matière de pornographie juvénile Photo : iStock/iStock

Un phénomène qui prend de l’ampleur dans le monde

Cette vaste enquête internationale a mené à l’arrestation de plus de 150 personnes à l’échelle de la planète.

Ces arrestations démontrent le fait que, malgré la croisade au fil des ans contre ce fléau de l’exploitation sexuelle des enfants, le phénomène reste difficile à maitriser.

Internet semble une passerelle toute trouvée qui facilite l’accès des exploitants à leurs cibles vulnérables.

Les données suivantes rendues public en 2016 par Cyberaide.ca , la centrale canadienne de signalement de cas d’exploitation sexuelle des enfants sur Internet, témoignent de la gravité du problème dans le pays.

Cyberaide.ca recense au moins 514 arrestations liées aux signalements du public. Photo : Cyberaide.ca

3300 signalisations par mois de comportements inquiétants en ligne. En janvier, Cyberaide.ca a analysé environ 45 000 images et vidéos. Environ 80 % du matériel contenait des images d’enfants de moins de 12 ans. L’agence a constaté qu’environ 70 % des images semblaient avoir été prises à l’intérieur de maisons.

À l’échelle du monde la situation est tout aussi alarmante, bien que les faits soient difficiles à documenter. Selon L’UNICEF:

Environ un million d’enfants entre chaque année dans la prostitution.

150 millions de filles et 73 millions de garçons de moins de 18 ans auraient eu des relations sexuelles sous la contrainte ou subi d’autres formes de violence sexuelle et d’exploitation impliquant un contact physique.

Bien que la majorité des enfants victimes d’exploitation sexuelle et d’abus soient des filles, à la fois les filles et les garçons, de tous âges et de toutes conditions, partout dans le monde, sont les victimes d’exploitation sexuelle et d’abus sexuel.

Dans un tel contexte, ce cri du cœur de la Sénatrice du Parti libéral du Canada, Mobina S.B. Jaffer qui représente la Colombie-Britannique,  retentit comme un véritable appel à la mobilisation collective pour juguler ce mal à la racine.

L’exploitation sexuelle des enfants sur Internet est une sorte de traite de personnes à des fins sexuelles, qui expose tous les enfants du monde à d’innombrables prédateurs. De jeunes garçons et filles mineurs, même des tout-petits, sont obligés de commettre des actes sexuels devant une caméra. L’industrie du cybersexe est maintenant une industrie massive au sein de laquelle les jeunes enfants rapportent d’énormes profits. Chaque minute où nous attendons, un enfant se voit forcé d’exécuter des actes sexuels en direct pour la caméra. Ensemble, nous pouvons mettre fin à ce crime épouvantable. Mobina S.B. Jaffer, sénatrice, Parti libéral du Canada

RCI avec La Presse Canadienne, radio-Canada, L’UNICEF et le Sénat du Canada

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*