Les agents de la GRC aident une famille à traverser la frontière entre les États-Unis et le Canada. Photo : Reuters/Christinne Muschi

Gestion du flux de migrants : la réponse en vagues imprécises d’Ottawa met le Québec en éveil

Share

Avec l’arrivée redoutée de migrants à la frontière du Canada, à l’approche du beau temps, le Québec, qui s’est plaint de l’absence de soutien du gouvernement fédéral l’an passé, espère une meilleure implication. C’est ce qui a justifié des échanges parfois houleux avec Ottawa ces derniers jours. Mais cela a permis de trouver de nouvelles tâches au Groupe de travail intergouvernemental spécial sur la migration irrégulière, mis sur pied en août dernier.

La pomme de discorde : l’argent

Le Québec à lui seul a accueilli 25 000 demandeurs d’asile en 2017, soit plus de 7 fois le nombre total de demandeurs d’asile reçus annuellement dans la province, et la moitié du nombre total reçu dans tout le Canada cette même année.

Une situation perçue comme un véritable fardeau pour cette province qui a eu à composer avec des ressources modiques, tant en ce qui concerne les finances que les infrastructures d’accueil.

Au mois de mars, Québec avait saisi Ottawa pour le remboursement de la somme de 146 millions de dollars lors de la prise en charge des migrants qui arrivaient par grappes des États-Unis.

Cette demande avait été au centre de quelques escarmouches avec Ottawa. Estimant que le gouvernement fédéral « en avait déjà beaucoup fait », le ministre de l’Immigration Ahmed Hussen avait semblé réserver une fin de non-recevoir à la demande du Québec.

Son homologue québécois, David Heurtel, est revenu à la charge au cours des derniers jours et a à nouveau exigé le remboursement, mais aussi des ressources supplémentaires pour faire face  aux nouvelles arrivées.

Cette fois, Ottawa semble lâcher du lest, en faisant de grandes annonces, bien que timides sur certains points, pour éviter de raviver la vieille chicane.

Un homme détenu avec sa famille à la frontière américaine se sauve en courant, passeport à la main. Photo : Reuters/Christinne Muschi

Collaboration, compassion et respect du droit canadien

Réuni pour la neuvième fois depuis sa mise sur pied il y a sept mois, le Groupe de travail intergouvernemental spécial sur la migration irrégulière cherche des moyens pour mieux gérer l’augmentation du nombre de migrants entrés au pays au cours des dernières semaines.

Son président, le ministre fédéral Marc Garneau, propose le maintien de la collaboration avec les provinces comme moyen pour assurer le respect du droit canadien.

Le ministre Hussen a souligné les nouveaux investissements fédéraux de 173 millions sur deux ans pour traiter les demandes d’asile, les enquêtes de sécurité, les détentions et les renvois. Cette somme comprend une contribution de 74 millions à la Commisssion de l’immigration et du statut de réfugié pour accroître ses capacités et accélérer le traitement des demandes.

Par ailleurs, Ottawa, en partenariat avec Affaires mondiales Canada, dit multiplier les démarches auprès de Washington et de pays de provenance d’un bon nombre de migrants irréguliers qui traversent les États-Unis pour demander l’asile au Canada, dont le Nigeria, pour tenter d’arrêter le phénomène.

Le Groupe de travail entend aussi prendre des mesures plus concrètes pour assurer la mise en œuvre d’une intervention coordonnée et efficace.

Pour atteindre cet objectif, ses membres annoncent une évaluation des demandes du Québec pour l’obtention de ressources financières supplémentaires.

Il est aussi envisagé la mise sur pied d’un système de triage à la frontière canado-américaine pour recueillir de l’information sur les demandeurs d’asile, sur leur destination au Canada.

Le but est d’atténuer les pressions exercées sur les grands centres urbains et de réduire les pénuries de main-d’œuvre dans les régions.

Une famille du Yémen traverse illégalement la frontière entre le Canada et les États-Unis. Photo : La Presse canadienne/Graham Hughes

De quoi rassurer le Québec?

Malgré ces annonces, il n’y a véritablement pas de grands changements.

Les 173 millions prévus pour gérer les arrivées irrégulières aux frontières sont connus depuis plusieurs mois, car ils avaient été annoncés dans le dernier budget fédéral.

Aucun mot n’a été dit sur le remboursement souhaité par le Québec des 146 millions pour la prise en charge des 25 000 demandeurs d’asile.

La province s’en tire avec de simples promesses d’évaluer sa demande et de procéder à des triages aux frontières, alors qu’elle espère des actions plus tangibles et plus immédiates.

Les engagements pris par Ottawa à l’issue de la rencontre, mercredi soir, du groupe de travail intergouvernemental sur la migration irrégulière sont insatisfaisants, clament le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ).

On a vu un bel exercice de diplomatie fédéraliste canadienne. Pour ce qui est des résultats concrets, je pense qu’il va falloir être très vigilants. Véronique Hivon, vice-chef du Parti québécois

RCI avec des informations du gouvernement fédéral et Radio-Canada

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*