Olivier Rioux : le jeune titan qui rêve de gloire!

Olivier Rioux : le jeune titan qui rêve de gloire!

Share

Olivier Rioux Photo: Marie-Claude Simard/RCI

À seulement 12 ans, il est l’objet de convoitises et chaque entraîneur aimerait l’avoir au sein de son équipe. Impressionnant par sa taille et son charisme naturel, le jeune Olivier Rioux fait des émules. À 2,08 m, soit 6 pieds 11 pouces, le Québécois permet à l’équipe élite de basketball de son école, Chénier,  de voler de victoire en victoire et de rafler toutes sortes de médailles aux compétitions entre établissements primaires de la ville de Montréal.

Auréolée de plusieurs titres, l’école Chénier se délecte de ses succès

La gloire de Chénier fait la fierté de l’école. Elle rejaillit sur l’ensemble des jeunes qui la fréquentent et sur son personnel. La graine spontanément semée par le directeur, Éric Décarie, porte ses fruits, et celui-ci, satisfait, encourage ses élèves à poursuivre sur leur belle lancée, tout en continuant d’exceller dans les travaux scolaires. Le basketball est avant tout un moyen pour inculquer plus de discipline aux élèves et les intéresser aux études.

Enthousiasme éveillé pour Rioux et son école

« Qu’est-ce qu’il est grand! Es-tu tenté de devenir un jour un joueur de basketball », lance M. Décarie, un matin, au jeune Olivier en présence de ses parents qui soulignent ce fait à RCI.

En répondant oui, le garçon, alors âgé de 8 ans, n’est pas conscient du branle-bas que va susciter sa décision dans la petite école qu’il fréquente, à un jet de pierre de sa maison, à Anjou, dans l’est de Montréal. Tout de suite, une équipe voit le jour.

En trois ans, partie du néant, l’école Chénier se hisse au sommet en nombre de médailles gagnées dans les compétitions de basketball entre établissements du primaire de la Commission scolaire de la pointe de l’île. Même aux Jeux de Montréal, qui opposent les écoles de différentes commissions scolaires de la ville, Chénier triomphe pour l’arrondissement d’Anjou, aux côtés d’autres écoles partenaires.

Au-delà de huit médailles dans différentes compétitions, l’école, débordée par ses succès à répétition, a cessé de compter ses récompenses.

Le triomphe de Chénier est le résultat d’un travail d’équipe, et l’apport des frères Rioux est à souligner à sa juste valeur. L’aîné Émile, 15 ans, appartient au groupe des pionniers. Ceux-là mêmes qui ont formé la toute première équipe de basket de l’école Chénier. Comme la plupart des jeunes joueurs qui fourmillent désormais au sein de cette école, il est passionné de cette discipline. Une passion qu’il inculque progressivement à son petit frère Olivier.

Selon leur âge, les deux enfants Rioux sont tout petits, mais auprès de leurs camarades, ils ont toujours plusieurs pieds de plus. Du haut de ses 6 pieds 11 pouces aujourd’hui, Olivier a pris le dessus sur son aîné, qui mesure 6 pieds 9 pouces. Photo : RCI / Marie-Claude Simard

Une famille tout en hauteur

La grandeur des enfants Rioux émane de leurs parents : Anne Gariépy et Jean-François Rioux. Tous ensemble, ils forment une équipe au sein de laquelle tout s’exécute en altitude. 6 pieds, c’est la moyenne familiale de la taille chez les Rioux. Photo : Marie-Claude Simard/RCI

Vidéo: Marie-Claude Simard/RCI

La petite famille qui est de toutes les compétitions ne passe pas inaperçue.  À Montréal comme ailleurs, au Canada et à l’étranger, les parents Rioux sont aux côtés de leurs enfants qui évoluent dans différentes équipes de basket, y compris parfois au sein de l’équipe junior du Canada.

Tout aussi motivés que leurs enfants, le père et la mère donnent sans compter pour permettre à ceux-ci de vivre leur passion et de réaliser leur rêve, celui d’atteindre un jour le sommet et de côtoyer les plus grands, au sein de la NBA. Ils sont debout en arrière de cette photo, près d’Olivier et d’Émile, au terme d’une activité à laquelle ils les ont accompagnés. Photo: Jean-François Rioux.

L’incursion dans la chambre du jeune Olivier nous permet de découvrir un véritable petit chérubin dans son univers douillet très ludique, marqué par la présence d’un héros chéri de la plupart des jeunes de son âge. Comme Batman, Olivier a des visées bien mesurées : il rêve de triomphe et de couronnement. Photo : RCI/Marie-Claude Simard.

LA NBA : le but ultime pour Olivier Rioux comme pour la plupart des jeunes qui jouent au basketÉcoutez-le.

Vidéo: Marie-Claude Simard/RCI

Comme Olivier, la plupart des athlètes québécois, qui sont dans des programmes sportifs locaux, au sein des écoles primaires, envisagent de s’inscrire, une fois au secondaire, dans des établissements disposant d’un programme sport-études. Leur but est de poursuivre leur passion et de réaliser leur rêve de signer, eux aussi un jour, des contrats juteux avec la très éminente NBA au sein de laquelle ils se sont déniché des modèles : Stephen Curry, LeBron James, et bien d’autres plus proches, du fait de leur appartenance ou de leur passage au Québec.

Ces jeunes ont brisé le mythe de la NBA ou aspirent à le faire : leur code non secret aux jeunes scolaires sur leurs pas : le dépassement de soi, tant sur le plan intellectuel que physique

Christopher Boucher, Montréalais né dans les Caraïbes en 1993 et immigré au Québec avec ses parents en 1998, est de ces jeunes Québécois moulés dans le programme Sport-Études dans la province, notamment à l’ Académie de basketball de Thetford Mines. Cet établissement, situé près de la frontière avec les États-Unis, apparaît comme un terreau de recrutement de joueurs de haut calibre, voire même de joueurs destinés à la NBA.. Ce programme a ouvert au garçon de 2,08 mètres les portes de deux clubs parmi les plus prestigieux de basketball aux États-Unis : les Duks d’Oregon, où ses exploits de 2016 à 2017 lui ont permis de signer un contrat lucratif dans la NBA, avec les Warriors de Golden State.

Un autre ancien camarade de l’Académie, L’ailier Tidjan Keita, parti de la France pour le Québec, motivé par les possibilités d’accéder à la NBA, est également au sommet, avec à la clé un contrat avec Suns de Phoenix de la NBA.

Guerrier Quincy est de cette même lignée. Le jeune de 18 ans, né de parents d’origine ivoirienne, immigrés au Canada, a été nommé meilleur joueur de sa cohorte 2019 dans le circuit Élite NIKE EYBL qui met en avant les meilleurs talents de l’Amérique du Nord. Aujourd’hui aux portes de la NBA, le « Guerrier » infatigable, transporté par son patronyme, sa taille, ses qualités techniques et son travail acharné, fait efficacement sa route vers le sommet, sur les pas de ses deux camarades de l’Académie de basket de Thetford Mines, et de la diziane d’autres jeunes québécois qui jouent actuellement au sein de la NBA.

Le jeune étudiant retrace son parcours très inspirant. Et il envisage le meilleur pour un futur qui semble très proche.

Écoutez

À noter au sujet du programme sport-études

  • Le sport combiné avec les études permet aux jeunes du secondaire de se surpasser et de donner le meilleur d’eux-mêmes en termes physique et intellectuel;
  • Au Québec depuis 2005, il existe plus de 450 programmes de ce genre dans différentes disciplines et plusieurs commissions scolaires dans certaines régions ont mis en place en leur sein le programme Sport-Études et concentration basketball;
  • Ce sont près de 50 établissements scolaires qui disposent désormais de ce programme qui permet d’appuyer les élèves-athlètes d’élite reconnus par leur Fédération dans la pratique de leur sport et de leurs études secondaires, en accordant une priorité à la réussite scolaire;
  • Avant d’instaurer un programme sport-études, les établissements scolaires privés ou les commissions scolaires doivent respecter un certain nombre de règles établies par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur;
  • Le Programme sport-études est soutenu financièrement par des organismes publics et privés;

    Logo Sport-Études. Image Gouvernement du Québec

  • En ce qui concerne le soutien public, seuls les programmes sport-études reconnus par le ministère peuvent bénéficier d’un soutien financier destiné au remboursement de certains coûts périphériques offerts aux élèves-athlètes (transport, équipements, formation des entraîneurs, médecine sportive, nutrition, soutien pédagogique et autres équipements informatiques). Ces derniers sont admissibles à la demande d’aide à la pension et au déplacement du ministère qui peut aller jusqu’à 225 $ par mois pendant 10 à 12 mois;
  • Le programme sport-études est également soutenu par le Fonds pour le développement du sport et de l’activité physique dans la province (construction, rénovation, emménagement et mise aux normes d’installations sportives);
  • Sport-Québec coordonne quatre programmes d’assistance financière destinés aux athlètes de l’excellence, de l’élite, de l’espoir et de la relève. Les fonds de ces programmes proviennent de diverses fondations;
  • D’autres donateurs et organismes, à l’instar de Radio-Canada, offrent aussi des programmes de bourses qui ne sont pas coordonnés par Sport-Québec.

Une présence qui rassure les coéquipiers et déstabilise souvent les adversaires

D’enfant timide, déconnecté de son entourage et de ses études il y a quelques années, le jeune Olivier Rioux est devenu un élève studieux, souriant et sociable, à l’esprit d’équipe aiguisé et maintes fois apprécié sur le terrain lors des jeux.

Pour ses coéquipiers, l’assurance, la sérénité, l’esprit d’équipe et l’efficacité au panier, des particularités notoires du jeune capitaine, assurent à chaque fois à l’équipe de Chénier un plein succès.

Respectivement à gauche de l’image, les deux entraîneurs de l’équipe Chénier, Joseph Venel et Richard Pauleus parlent d’Olivier en termes élogieux. Pour Arthur Cyr, au centre à droite, qui tient la bannière avec deux de ses coéquipiers et qui partage le capitanat de l’équipe avec Rioux, celui-ci est tout simplement une personne admirable, un modèle inspirant. Photo : Chénier

Écoutez

 Stimuler les troupes sans répit : une mission noble pour des entraîneurs allumés

Derrière les multiples succès de l’école Chénier se trouve une équipe d’encadrement dévouée.

Leur engagement absolu ne saurait échapper à l’attention des responsables de l’école, des élèves, des parents et autres membres du public assistant aux différentes compétitions impliquant l’école Chénier.

Infatigables, Richard Pauleus et Venel Joseph se tiennent constamment aux côtés des jeunes de cette école. En plus de les accompagner de manière quasi quotidienne dans leurs études, les deux « coachs », comme les enfants les appellent affectueusement, sont là pour leur enseigner la technique du basketball.

Dans cette vidéo, Olivier et ses coéquipiers exécutent le cri de ralliement qui précède chacun de leurs matchs

Levés tôt presque tous les matins en semaine, ils sont dans le gymnase de l’école dès 7 h avec les jeunes, de la première comme de la sixième année. Tous travaillent très fort pour maîtriser les méandres du basket et maintenir la dragée toujours très haute pour leur école.

Chez Richard, qui est par ailleurs employé comme intervenant à l’école Chénier, et Venel, ingénieur dans une compagnie de téléphonie de la ville,  il n’existe presque plus de fin de semaine.

Richard et Venel sont deux amis dans la vie, mais surtout deux cousins qui ont décidé de redonner au quartier qui les a vu grandir, à travers leur engagement à Chénier. Ils n’hésitent pas à entraîner avec eux leurs amis, ainsi que des parents bénévoles, qui s’impliquent également auprès des différentes équipes de l’école : des novices (jeunes de la première en quatrième année), et des élites (jeunes de la cinquième en sixième année), filles comme garçons. Photo : Chénier

Samedi et dimanche, tous sont soit aux entraînements avec les jeunes basketteurs, soit aux compétitions entre écoles.

C’est ainsi que l’espace occupé par les entraîneurs aux tournois est toujours bien achalandé. Ça bouillonne de dynamisme et d’encouragements pour porter les jeunes à la victoire.

Pour eux, Olivier Rioux, qui en est à sa dernière année à l’école Chénier, est un jeune aux multiples atouts, à qui ils souhaitent une carrière sportive à la dimension de son immense potentiel.

Ils voient en lui une source d’inspiration pour la relève, et qui démontre déjà un réel pouvoir de maîtrise, de puissance et d’autorité sur le terrain.

Écoutez

Des adversaires perplexes et souvent sur les dents

Pour plusieurs adversaires de l’école Chénier, Olivier Rioux représente une réelle menace. À sa vue, c’est la tristesse et le désarroi pour la plupart d’entre eux qui l’affublent régulièrement, plus par frustration que par pure méchanceté, de qualificatifs désagréables, en lien avec sa grande taille. Parmi les plus récurrents : « La girafe est encore là! »

Une expression révélatrice de l’angoisse qui anime ces jeunes désespérés de voir leur équipe s’incliner plusieurs fois devant celle de Chénier, malgré leurs multiples efforts et la mobilisation de leurs entraîneurs.

L’école Saint-Joseph est de celles qui sont habituées à la compétition avec Chénier. Le combat est souvent rude entre les deux équipes. Bien que les joueurs de Saint-Joseph abordent les matchs avec une certaine angoisse, à cause notamment de la présence d’Olivier, ils demeurent très combatifs. Ils parviennent même à relever le défi d’arracher quelques fois à Chénier des médailles lors de tournois de grande importance.

L’équipe de Saint-Joseph en compagnie de l’entraîneur, Pasquale Freda, debout derrière à droite,  et du capitaine de l’école Saint-Joseph, Zacharie Belliveau, qui tient la balle. Les deux donnent respectivement la perception qu’ils ont d’Olivier Rioux et de l’équipe de Chénier. Photo : Saint-Joseph

Écoutez

Les affres du défi d’être grand

Être grand de taille ne présente pas seulement des avantages. Certes sur un terrain de basketball, la hauteur permet de glaner des points et des médailles, mais le revers peut être très douloureux pour les sportifs.

Olivier Rioux, chez lui Photo : Marie-Claude Simard

Vidéo: Marie-Claude Simard/RCI

Comme les Rioux, Guerrier est grand : 6 pieds 7 pouces pour ses 18 ans. Il témoigne des souffrances physiques qu’il a subies quand il s’est lancé dans le basket, à cause de sa grande taille, et surtout de son pied plat. Des douleurs qu’il a su maîtriser au fil du temps par des exercices d’étirement. Photo : Quincy.

Gérer sa grandeur et bien s’alimenter : l’apport de la médecine sportive

Jacques Toueg, médecin chirurgien spécialisé en orthopédie et en médecine sportive. Photo : ICS Montréal

Jacques Toueg est médecin chirurgien spécialisé en orthopédie et en médecine sportive. Il est par ailleurs le directeur médical de l’Institut de chirurgie spécialisée de Montréal, médecin en chef de la Coupe Rogers et du Centre national d’entraînement de Tennis Canada à Montréal. Il estime que, sur le plan physiologique, avoir la taille d’Olivier Rioux à tout juste 12 ans pose plusieurs défis.

Le jeune a eu une poussée de croissance très tôt et il est fortement possible pour lui de grandir davantage dans les prochaines années.

Dans une telle éventualité, il arrive souvent que la croissance osseuse ne s’accompagne pas toujours d’une réelle maturité musculaire, ce qui peut mener à certains problèmes, notamment aux épaules ou aux genoux. Le jeune peut donc avoir des problèmes d’instabilité, des problèmes de manque de force et des douleurs articulaires dans certains cas.

C’est pour cette raison qu’il faut mettre l’accent sur l’entraînement physique pour s’assurer d’avoir une belle croissance musculaire.

M. Toueg relève aussi le fait que les jeunes trop grands sont souvent considérés comme étant non coordonnés, ce qui est réel physiologiquement, étant donné qu’il y a une adaptation à faire. Le jeune dans sa tête a des membres qui sont courts, pourtant dans la réalité, ils sont plus longs. Cela entraîne des problèmes de coordination avec une croissance qui est très rapide. Il faut donc résoudre ce problème grâce à des mesures d’adaptation. Des exercices qui permettent de travailler la coordination sont de mise.

Il est important de consulter un kinésiologue si un programme d’entraînement s’avère nécessaire pour le jeune. Dans le cas d’Oliver qui ne présente aucun problème actuellement, il n’est pas obligé de consulter, et il doit simplement continuer à s’entraîner en gymnase comme il le fait déjà. Mais, s’il aspire véritablement à pousser très haut dans le basket, pour avoir un équilibre musculaire adéquat au niveau des articulations, il peut quand même consulter, même s’il n’a que 12 ans, tout en évitant d’être l’objet d’une pression indue, précise Jacques Toueg.

En ce qui concerne l’alimentation pour un jeune de 12 ans qui rêve de haut niveau, en qui les parents et les entraîneurs voient un potentiel, il faut éviter de tomber dans le piège, met en garde le médecin. Ce piège consiste à pousser le jeune dans des programmes de nutrition trop importants, trop restrictifs surtout en gras, ou des programmes d’entraînement trop intenses.

D’un autre côté, compte tenu du fait qu’à cet âge, les jeunes sont comme des « usines à brûler les calories », ils ont besoin de les compenser par un apport en protéines substantiel, et surtout par une alimentation équilibrée, qui va s’ajuster en fonction notamment du nombre d’heures consacrées aux entraînements.

Écoutez
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société
@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Olivier Rioux : le jeune titan qui rêve de gloire!
  1. Clemence Parenteau dit :

    Très beau reportage et beauvoup d’efforts pour tout ceux qui y participent merci

  2. SYRILE NANTCHOUANG dit :

    Excellent documentaire,bonne chance à tous ces jeunes basketteurs .