© iStock /patronestaff

Le féminisme canadien peut-il être exporté?

Share

Récemment, à Ottawa, quatre femmes de milieux diverses se sont réunies pour discuter de la nouvelle politique d’aide internationale féministe du Canada. 

Le panel Regards sur la nouvelle politique d’aide internationale féministe du Canada, organisé par le blogue Un seul monde, fruit d’une collaboration entre l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) et le Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS), comptait sur la présence de la vice-ministre des Relations internationales du Canada Caroline Leclerc, de Marie-Ange Noël, coordonnatrice de Fanm Deside, d’Anne Delorme du Comité Québec Femmes et Développement, et de Marie-France Labrecque, professeure émérite au Département d’anthropologie de l’Université Laval.

Pour la modératrice de l’événement Maïka Sondarjee, titulaire d’un doctorat en sciences politiques de l’Université de Toronto, la politique d’aide internationale féministe du Canada a été reçue avec optimisme par ceux qui la mettront en pratique par l’entremise des organismes canadiens de coopération internationale, mais certains doutes persistent :

© iStock/Vladimir Vladimirov

Par exemple, dans la politique, il y a beaucoup de termes flous qui réfèrent à des concepts comme « redonner du pouvoir aux femmes » ou même l’idée des « droits des femmes », le « système d’oppression » ou l' »intersectionnalité ». S’ils ne sont pas bien définis, tout le monde va implanter la politique sans vraiment savoir comment le faire de manière cohérente. Par exemple « l’empowerment » ou l’autonomisation ou « l’empouvoirement » peuvent vouloir dire autant entrepreneuriat économique ou challenger le système d’oppression. Entre les deux, ce n’est pas très bien défini dans la politique jusqu’où on va aller, à quel point cela va être émancipateur pour les femmes.Maïka Sondarjee

Maïka Sondarjee dit qu’elle a noté au cours du débat qu’il y a une certaine tension entre l’universel et le particulier dans cette nouvelle politique féministe d’aide internationale du Canada.

L’aspect universel serait le fait d’avoir une politique féministe gouvernée par les valeurs féministes canadiennes. Le particulier serait les réalités locales des lieux où le Canada a des projets de coopération internationale.

©iStock/FGorgun

Si on arrive dans un pays où les femmes n’ont pas droit à un prêt bancaire ou à l’héritage si elles ne sont pas mariées, on doit repenser la façon de soutenir les droits des femmes parce que nous ne pouvons pas changer le système politique d’un pays qui n’est pas le nôtre. Nous ne pouvons pas imposer notre façon de voir le monde. Selon l’une des panélistes, l’anthropologue Marie-France Labrecque, l’une des façons d’appliquer correctement la politique canadienne est la recherche scientifique qui nous permettra d’en apprendre davantage afin d’être à la fois culturellement sensibles et féministes.Maïka Sondarjee

Un élément que la modératrice de l’événement a particulièrement apprécié est la formule de dialogue proposée par les organisateurs. À son avis, elle est très appropriée parce que divers acteurs de divers milieux ont eu la chance d’interagir et de débattre. Cependant, selon Maïka Sondarjee, dans la pratique de tous les jours, ces dialogues entre acteurs concernés par le sort des femmes ici ou ailleurs, n’ont pas suffisamment lieu.

©iStock

Dans la réalité, les sphères politique, académique et de la société civile travaillent isolément les unes des autres. La politique d’aide internationale féministe du Canada est une occasion de franchir les frontières pour essayer de réfléchir ensemble à la façon de faire en sorte que cette politique fonctionne aussi bien dans la pratique que sur le papier à long terme.Maïka Sondarjee

L’événement a permis à Maïka Sonderjee de conclure que si la recherche universitaire n’est pas suffisante et que si la politique féministe n’est pas institutionnalisée, un nouveau gouvernement à Ottawa pourrait tout revoir et on reviendrait alors au point de départ. Selon elle, depuis l’arrivée du gouvernement libéral de Justin Trudeau à Ottawa, il y a eu un changement de paradigme, mais ce changement de paradigme doit être institutionnalisé pour durer.

Pour entendre l’entrevue de Paloma Martinez avec Maïka Sondarjee, cliquez ci-bas :

Écoutez
Share
Mots-clés : , ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*